Politique › Institutionnel

Législatives et municipales 2013: Le RDPC attend de voir ses candidats

Alors que le conseil électoral est entré dans sa session d’examen des candidatures, des protestations augmentent au sein du parti

Une session de plein droit du conseil électoral d’Elections Cameroon a été ouverte le 29 juillet 2013 au palais polyvalent des Sports de Yaoundé avec pour objectif de délibérer sur les conclusions des travaux des sous-commissions qui se sont penchées sur l’examen des différentes listes de candidatures depuis le 19 juillet 2013. Se prononçant sur l’issue des travaux, Samuel Fonkam Azu’u le président du conseil électoral a fait savoir que tout serait terminé selon la loi jeudi 1er août à minuit au plus tard. Ce qui pourrait laisser entendre que les premières listes seront disponibles dans la matinée du vendredi 2 août. Une journée qui pour de nombreux candidats du RDPC risque d’être celle de la division. Alors même que les listes ne sont pas encore publiées, la grogne n’en finit pas de croître au sein de ce parti qui domine la vie politique camerounaise. Bien que ses responsables le contestent, plusieurs commentateurs sont d’avis que le RDPC n’a pas publié la liste de ses candidats pour prendre la mesure de la contestation et mieux s’y préparer. De sources policières, on apprend que l’heure est à la mobilisation. « Nous multiplions des réunions, mais c’est un processus normal dans le cadre de ce type d’évènement », a fait savoir une de ces sources sans commenter d’avantage. Pourtant le gouvernement a du mal à confiner le malaise. Lors de la rencontre avec les gouverneurs, l’heure était à a sécurité dans les propos du ministre René Sadi en charge de l’Intérieur.

Les contestations sont plusieurs ordres et l’un des plus en vue est Charles Ateba Eyene qui demande aujourd’hui au président de la république Paul Biya chef de ce parti de prendre ses responsabilités. «L’idée des investitures au Rdpc avait pour but de positionner des amis. Vous verrez que beaucoup de listes du RDPC seront rejetées. Beaucoup de ces listes seront éliminées parce que la composition est familiale», a-t-il commenté dans plusieurs de ses passages dans les médias. Les exemples sont légions. On apprend dans la région de l’Adamaoua, qu’un membre du parti au pouvoir a inscrit sur la même liste ses enfants son épouse et ses neveux. Dans d’autre cas les contestations font savoir que les délégués du parti sont venus produire des listes d’amis, au mépris de l’expression de la base. Au sein du RDPC, on reconnait que plusieurs critère de choix des candidats étaient subjectifs et à la libre discrétion des porteurs de message. Du coup c’est la révolte un peu partout. La plus forte actuellement et celle de la région de l’Est où des militants selon le journal le Messager ont assiégé les bureaux du gouverneur. « Excellence, nous avons l’honneur de porter à votre haute personnalité la situation troublante, incompréhensible, voire dangereuse vécue lors des investitures aux législatives et municipales de 2013 dans notre département », ont il écrit à ce responsable indexant deux sénateur de la région dans d’autres cas, on annonce que des listes de maires sortant avec des bilans appréciés n’ont pas été retenus. Dans de nombreuses factions RDPC, on annonce déjà un vote sanction, notamment dans les régions du centre et même de l’Est. Le vendredi jour des résultats risque d’être un nouveau jour pour la politique camerounaise avec des déchirures envisagées au sein du RDPC. Une situation qui finalement pourrait profiter à l’UNDP, qui est la deuxième formation politique en terme de candidature derrière le RDPC, et semble encore avoir de la ressource pour rebondir

Le RDPC attend de voir ses candidats

cameroononline.org)/n

À LA UNE
Retour en haut