Politique › Institutionnel

Législatives et municipales 2013: L’heure des grandes man uvres

Sans surprise, ce sont des partis politiques surpris par la convocation du corps électoral qui ont débuté tout le weekend durant les actions en vue de présenter des listes de candidats dans les délais

Législatives et municipales 2013: L’heure des grandes man uvres
Sans surprise, ce sont des partis politiques surpris par la convocation du corps électoral qui ont débuté tout le weekend durant les actions en vue de présenter des listes de candidats dans les délais
Avec la convocation du corps électoral et le découpage électoral qui en a suivi, plusieurs partis politiques au Cameroun sont désormais dans les grandes man uvres pour respecter le délai butoir du 17 juillet prochain de dépôts des candidatures. Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais au pouvoir a publié une note de son président présentant les contours de l’investiture. Il en ressort deux choses, les listes finales une fois encore seront validées par le comité central du parti, mais cette fois et pour éviter les tensions des sénatoriales, les constitutions faites à la base du parti seront fortement prises en considération. Le MRC de Maurice Kamto ancien ministre du gouvernement et aujourd’hui actif dans l’opposition va plus loin et indique que son parti sera lié par le choix de sa base. «Nos listes seront constituées par la base du parti et ne seront retouché que si elles peuvent entrainer la disqualification», a-t-il fait savoir lors d’un discours de lancement de son parti dans la région de l’Ouest.

Le SDF dont le statut est aujourd’hui très ambigu aux yeux de l’opinion camerounaise effectuera ses primaires ce 8 juillet 2013, suivis d’une évaluation de son comité central le 9 juillet. Au sein de l’UDC de Ndam Njoya, on a achevé les primaires et les résultats sont attendus ce jour aussi. L’actualité d’autres partis comme celui de l’UNDP de Bello Bouba, du CPP de Kah Wallah et aussi du Front pour le salut national du Cameroun du ministre Tchiroma de la communication reste inconnu. L’urgence des délais de présentation a presque mis de côté le débat sur le découpage électoral. Mais pour ceux qui ne sont pas militant de parti, la répartition des sièges de députés inquiète. Certains départements comme celui du Mfoundi qui couvre la capitale camerounaise ont un député pour près de 240 000 Habitants. Pourtant le gouvernement qui a la responsabilité de procéder à ce découpage a créé des circonscriptions dites spéciales. «Le découpage spécial est une subdivision d’une circonscription électorale en plusieurs entités. Cela veut dire que le département qui reste la circonscription électorale peut être éclaté en plusieurs espaces qui regrouperont des électeurs pour un ou plusieurs postes», a commenté Pierre Esomba, le SG du ministère de l’administration territoriale dans des propos rapportés par Cameroon-tribune, le quotidien à capitaux publics.


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut