Opinions › Tribune

Les 20 « fautes de gestion » que le Contrôle Supérieur de l’Etat inflige à Iya Mohammed sont un mensonge d’Etat!

Vincent S. FOUDA

Le tango pascal de Monsieur Henri Eyebe Ayissi au Contrôle Supérieur de l’Etat est indigne et insupportable pour tous. Une lecture attentive des conclusions de l’audit de la Sodecoton et des sanctions infligées à Monsieur Iya Mohammed montrent que c’est un tour de passe-passe fondé sur un mensonge d’Etat. Le but final étant tout simplement de protéger un monsieur qui pendant 28 ans, a pillé une société qui lui a été confiée par ses amis. Qui a mis le football camerounais à genoux. Le 16 octobre 2012 dans la correspondance CG2011/PR – N° 3 adressée au Chef de l’Etat nous avons demandé un audit de la Fecafoot sans ignorer que depuis le mois de janvier 2012 un audit était mené à la Sodecoton. Un an après une amande de 02 millions de francs CFA.

Sachant que la faute de gestion n’est pas clairement définie dans les textes de loi, son périmètre peut être assez large. Les 9 milliards 502 millions 78 mille 692 FCFA pourront donc être supportés par l’entreprise via le Conseil d’Administration et les 02 millions ne seront donc que de l’argent de poche pour un des enfants de Monsieur Iya Mohammed.

La suspension de 7 ans pour un homme officiellement né vers 1952 au parcours scolaire soigneusement camouflé, relève du vaudou administratif dont seul a le secret le Conseil Supérieur de l’Etat.

Autrement dit, Monsieur Henri Eyebe Ayissi bras séculier de la mafia politico-administrative de notre pays vient de mystifier le peuple en lui servant des chocolats de Pâques dans un grand parc pour enfants. Alors tout le monde court partout en pensant ramasser les restes d’un homme qu’on dit mort mais qui en réalité, vient d’être gratifié du titre de meilleur gestionnaire.

Nous restons sur nos positions et demandons non seulement un audit de la Fecafoot mais aussi que les criminels et délinquants économiques qui ont pris en otage le devenir des millions de jeunes camerounais soient dans un premier temps, présentés au peuple camerounais et deuxièmement qu’ils répondent de leurs actes.

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut