International › APA

Les affaires minières en vedette dans la presse centrafricaine

Les sujets liés à l’exploitation minière en Centrafrique font les choux gras des journaux parcourus mardi par APA, avec un accent particulier sur les recommandations de la commission d’enquête parlementaire qui dénonce les abus de sociétés minières chinoises.Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme(RJDH) annonce qu’une commission d’enquête parlementaire recommande l’arrêt de l’exploitation minière des sociétés chinoises dans le nord de Centrafrique. Selon ce quotidien ce rapport de la commission d’enquête parlementaire est accablant pour les sociétés chinoises qui exploitent les mines dans le nord de la République Centrafricaine.

Le RJDH explique c’est un rapport de 29 pages dont 16 ont été consacrées aux images des sites que les trois députés, membres de la commission parlementaire, ont fait le point de l’enquête menée entre le 06 et le 10 juin 2019 à Bozoum et à Bossangoa chefs-lieux de ces préfectures.

De son côté titre, Le Confident titre : « l’Or du scandale financier : l’assommant rapport parlementaire sur la gestion scabreuse de la filière aurifère de l’Ouham et de l’Ouham-Péndé ».

L’Évènement signale pour sa part que le document décrit une situation alarmante due à la pollution du fleuve Ouham où ces sociétés exploitent l’or, sans oublier les risques de maladies liées à l’exploitation présumée du mercure, de déforestation et les risques de disparition des espèces protégées dans la région. Ainsi selon le journal, cette situation est « un désastre écologique ». 

Le Nouvel Espoir souligne que cette enquête sur les abus de sociétés minières chinoises a été menée à la demande de la conférence des présidents de l’Assemblée nationale. Cela fait suite à de nombreuses plaintes des populations de la région, conclut le journal le Baboba.

Une autre affaire minière qui a intéressé les journaux concerne l’annulation des permis miniers. Ainsi le journal La Fraternité renseigne que le président Touadéra a pris un décret annulant trois permis de la société minière Aurafrique.

L’Agence Centrafricaine de la Presse (ACAP) qui a abordé ce sujet souligne que l’attribution de permis de recherche et d’exploitation aurifères à la société Aurafrique S.A.R.L. sur les sites de Passendro (60 km au nord de Bambari) et de Ndassima (45 km au nord-ouest de Bambari), dans le centre de la RCA, a été annulée jeudi dernier par décret.

Selon l’ACAP, il ressort que les premiers permis d’exploitation aurifère ont été délivrés au mois de mars 2004 pour des activités d’exploration. Mais en 2011, les recherches sur les sites de Passendro ont été annoncées fructueuses, ce qui a permis au gouvernement d’octroyer à Aurafrique S.A.R.L. un permis d’exploitation en août 2010.

Selon le journal le Langage, les violences armées de 2010 et 2013 ont handicapé la société Aurafrique S.A.R.L. puisque sa base-vie a été détruite et ses activités ont connu une suspension.

Pour le journal l’Expansion, la société Aurafrique S.A.R.L. a bénéficié de plusieurs suspensions de reprise des travaux, qui ont fait perdre au fisc centrafricain la somme de 184,4 milliards francs CFA.

Par ailleurs, le journal explique que les permis lui ont été retirés pour non respect du code minier centrafricain

Zapping Actu International
Vos paris sportifs can 2019
1xbet
À LA UNE
SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé