Société › Kiosque

Les attentats à l’Extrême-Nord en couverture des journaux camerounais

Les attentats terroristes survenus lundi 25 janvier au marché de Bodo occupent une place de choix dans les éditions de journaux parus mardi

Quatre attentats à la bombe ont fait 32 morts (dont les terroristes eux-mêmes) ainsi que plusieurs blessés enregistrés dans cette place populaire, détaille le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune qui relaie un communiqué du gouvernement sur la question.

«La nébuleuse islamiste a encore frappé», acquiesce Mutations qui constate que c’est depuis 2013 que le mouvement jihadiste a inauguré la tactique des bombes humaines, l’attaque de Bodo comptant parmi les plus meurtrières commises sur le sol camerounais.

«Le Cameroun a renforcé sa présence militaire en 2013 à la frontière nigériane pour endiguer la montée en puissance des islamistes. Actifs dans le nord-est du Nigeria, ceux-ci se servaient du nord du Cameroun voisin comme base arrière et lieu d’approvisionnement en armes, véhicules et marchandises.»

«C’est le bain de sang qui se poursuit à l’Extrême-Nord», s’étrangle The Guardian Post qui revient également sur le macabre bilan du début de la semaine ainsi que sur les récents méfaits de la secte dans des zones frontalières avec le Nigeria.

Les militaires camerounais continuent pourtant de porter de rudes coups aux terroristes de Boko Haram, renchérit Le Jour qui indique que, le 22 janvier au c ur de la nuit, des soldats du bataillon des troupes aéroportées stationnés à Achigachia ont tendu une embuscade à des hommes lourdement armés venus du Nigeria.

Les assaillants ont alors été mis en déroute, explique la publication qui affirme que, dans leur fuite, les terroristes ont abandonné les corps de deux d’entre eux avec autant de fusils d’assaut AK 47, trois boîtes de chargeurs garnies de balles, deux grenades défensives et deux porte-tout, ont été retrouvés près des corps.

Mais les soldats camerounais ne sont pas indemnes de tout reproche dans leur offensive contre Boko Haram, tempère Emergence qui signale plusieurs cas d’indiscipline et d’exactions : certains actes répréhensibles, posés par des soldats, renvoient au sein de l’opinion une image négative de l’armée, «petit à petit, les notions d’éthique et de déontologie désertent les rangs».


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé