Opinions › Tribune

Les aventures de Faka Bilumba N°11, la chronique de François Zo’omevele Effa

« Laissez-moi parler, je demande la parole, je ne peux pas ne pas dire certaines choses; si je me taisais, ce serait un suicide »

Laissez-moi parler, je demande la parole, je ne peux pas ne pas dire certaines choses; si je me taisais, ce serait un suicide -mon suicide- ; mon silence serait complice d’un génocide, un génocide culturel. Je ne voudrais pas seulement parler parce que j’ai une bouche et que je puis émettre des sons audibles, je veux que ce que je vais et dois dire se sache. Alors, appelez-moi Faka Bilumba afin qu’à travers Ekilafrica mes propos fassent office de manifeste! »

C’est ainsi que je me rendis immédiatement chez Akouma Mba, ce héros visionnaire mythique, qui revenait de je ne sais quelle galaxie. La dernière fois qu’il nous était apparu, il se faisait dorloter par ses innombrables épouses et maîtresses qui cherchaient des poux dans ses cheveux! C’est des éléphants entiers qu’elles capturaient… Tout le monde le suppliait de venir prêter main forte à l’équipe locale de football qui se faisait massacrer dans une importante compétition. Alors, ce fut un désastre car il n’y avait qu’un seul ballon et, quand Akouma Mba a tiré dedans, ce ballon est monté si haut qu’il a fallu trois années lumières pour qu’il retombe! D’ailleurs, on l’attend toujours, ce ballon. Il était normal que je sois un peu anxieux, ne sachant pas ce que ce personnage phénoménal pouvait bien vouloir me demander de faire savoir au monde entier par Ekilafrica.com!

– « Souviens-toi, Faka, il y a trois siècles déjà, j’annonçais dans une de mes prophéties du « Mvet » l’invasion de l’Afrique par des peuples lointains, j’annonçais la déportation de ses enfants en esclavage. Je voudrais vous rappeler la suite de la prophétie, vous rappeler que ces Africains de la diaspora allaient faire changer les rapports de force, et que de leur humiliation, des brimades et de leurs souffrances allait se tisser une volonté de fer qui condamnerait à l’excellence toute cette descendance stigmatisée par l’exclusion. »

– « Je suis mort de rire, dit Le Pen, car beaucoup ne t’ont pas pris au sérieux, moi si! Il est évident qu’avec vos valeurs, nous ne pouvons que craindre la disparition de notre domination gauloise, que je veux aryenne, moi! Nous vous avons cherché pour nous servir, vous étiez voués à ne devenir que de sous-manoeuvres, des éboueurs, des bonnes à tout faire, et voilà que certains indélicats ont compris que « Liberté, Egalité, Fraternité » s’appliquait aussi aux Nègres, aux Bougnoules, et aux Juifs -je me méfie de ces derniers qui peuvent me coller un procès de plus sur le dos si je les identifie par nos sobriquets racistes-. Je suis mort de rire, car les politiciens soi-disant non racistes appliquent mes théories. Ce n’est pas du tout par hasard si je suis arrivé au second tour dès avant les élections présidentielles! Mon pays serait-il donc raciste comme moi ? Je dis simplement que mes idées sont très bien partagées dans beaucoup de bords politiques. J’ai des imitateurs qui rappellent la similitude de leur fond de commerce au mien par des petites phrases distillées par ci et par là.
C’est vrai que, moi, je fais très fort avec mes « fours crématoires », mes camps de concentration qui ne sont que « des détails » de l’histoire, mais j’ai fait des émules, et c’est par ingratitude qu’ils ne se reconnaissent pas de moi! Tenez! Ces « Africains qui ne sont pas entrés dans l’histoire », ou les « sous-hommes » et les excès de Nègres dans l’équipe de France de foot! Il y en a qui veulent faire dans la subtilité en parlant « d’auvergnats ». Le pire est que des régions entières se reconnaissent par leur vote derrière ce Monsieur Fresse, ancien socialiste, nouveau raciste auto-proclamé! Ses électeurs ne s’inquiètent pas, c’est lui qui s’inquiéterait ? »

– « J’ai fait mieux, moi, Eric Zemmour, dans mon dernier livre. Je démontre que la racaille noire et arabe se spécialise dans le deal des stupéfiants. Mais il faut bien, je vous le dis, se garder de parler des consommateurs de ces stupéfiants. Les consommateurs, ce n’est pas forcément eux, mais il ne faut pas le dire…
J’ai parlé de l’intégration à la République qui consisterait à franciser son nom. Cette pratique vient de l’esclavage, de la traite des Noirs : aucun descendant d’esclave n’a gardé son nom africain, et je propose que la République se débarrasse des Mamadou, Mohamed, Nguyen. Je vais d’ailleurs m’appeler dorénavant Eric des Z’amour, et plus Zemmour, qui ne fait pas gaulois. Je conseillerai également au Président de la République de se débarrasser de son Sarko, qui fait un peu ethnique. Quant à Obama, c’est l’exception qui confirme la règle! »

– « J’ai dit depuis le début que je voulais parler, dire des choses! C’est toi, Faka Bilumba, qui nous parlais de l’incongruité de ce Prix Nobel de la Paix qu’on avait attribué à Nelson Mandela et à son bourreau, De Klerk. Tu avais raison, parce que son ex-femme, Winnie, dit la même chose. Je vais vous ouvrir les yeux par une révélation! Ma précédente prophétie se réalise, nous sommes en plein dedans! Regardez l’avènement d’Obama en président noir des Etats-Unis! Oui, noir, et non métis, car le métissage est l’avenir incontournable. Métissage culturel, économique, scientifique, et laissez-moi vous dire que ça va bouger. Ca bouge même déjà, car les connaissances, les richesses, le savoir sont devenus la propriété de tous. Nous avons besoin de garder les identités, pas nationales et racistes, mais celles qui font la vraie richesse, les diversités spécifiques des êtres humains. On a autant besoin du tango que de la valse, de la bourrée auvergnate que du coupé-décalé, du kébab que de la choucroute, du mafé que des nems ou des hamburgers, sans ordre hiérarchique de noblesse du palais; ceci vaut pour le Bordeaux millésimé comme pour le vin de palme. Quand on arrivera à la même chose pour les différentes monnaies et matières premières, on aura sauvé notre petit monde de ce qu’il appelle « crise »! »

François Zo’omevele Effa
Journalducameroun.com)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé