Opinions › Tribune

Les aventures de Faka Bilumba N°21, la chronique de François Zo’omevele Effa

« Ce n’est plus un secret pour vous qui suivez régulièrement mes aventures. Le futur pape sera une Africaine, noire et mariée »

Ce n’est plus un secret pour vous qui suivez régulièrement mes aventures. Le futur pape sera une Africaine, noire et mariée ; elle m’a dit de ne pas l’appeler papesse, cela risque de provoquer une polémique féministe syntaxique qui sera d’ailleurs complètement obsolète quand elle règnera. Ce n’est donc pas à bord de la « papessemobile » que nous sommes allés faire un tour à Nice, oui, Nice, cette cité française qui, pendant deux jours, a abrité le vingt-cinquième sommet de la Françafrique.

« Tu vois », m’a dit cette dame, « c’est un non-événement pour les Français. Aucun de leurs grands journaux télévisuels ne l’a annoncé, alors que, dans plus de quarante pays africains qui y participaient, c’était la une : télés, journaux et radios, et même le net, saturaient l’entendement. C’est Monseigneur NDOGMO qui m’a signalé le fait, et je croyais qu’il exagérait ; il me disait en effet qu’il avait la nette impression que, sur la photo de « famille » qui immortalisait la fin du sommet, on voit le plus petit en taille, Sarko, applaudir ses vassaux. Ces derniers auraient pu éviter de se mettre tous en uniforme constitutionnel : costume, cravate et chemise blanche ! Il y a un des présidents en gandoura blanc, et une femme, Hélène du Libéria. Ils auraient tout de même pu penser à la mettre au premier rang ! Tout de même Sarko, où est passée la galanterie française ? Il se pourrait, chuchote-t-on, que la Présidente ait refusé de se mettre au premier rang des soumis africains, regrettant de n’avoir pas fait comme Khadafi, Gbagbo, Mugabé et le président soudanais. Ils ne sont pas venus à ce rendez-vous, et les mauvaises langues disent qu’ils l’auraient qualifié de Sommet de la Soumission et de la Médiocrité.

– « Je voudrais, Faka Bilumba, avant que tu ne donnes la parole aux autres, dire mon indignation aux responsables des cultes protestants camerounai, car, dimanche dernier, vers midi, ils ont passé un drôle de culte à la C.R.T.V.. Ce culte a commencé par l’hymne national de leur pays. Franchement, aussi loin que puisse aller mes souvenirs et mes connaissances, aucun psaume dans la Bible n’a chanté la gloire d’Israël. Tous les psalmistes et les chantres, tous les prophètes aussi glorifiaient Dieu et non leur pays, même pas leurs rois, ou les reines ou les concubines.

« Alors, je demande à ces faux pasteurs et à ces mauvais curés d’arrêter de jouer au griot, d’arrêter de quémander des « gombos » par des cultes d’actions de grâce bidon. Tout le monde sait que ce n’est pas la grâce qu’ils récoltent mais de la malédiction. Ils n’ont qu’à se remémorer le premier commandement : « Tu n’auras point d’autre dieu devant ma face. ».

– « Tu fais bien d’en parler, future Pape que nous ne savons pas encore appeler. Faut-il dire « Sa Majestée », « Son Eminence », « Sa Saintetée » ? Nous saurons quoi faire quand tu règneras. Ce cinquantenaire a été aussi marqué par des « bizarroïsmes » dogmatiques spécifiquement africains. Certaines églises ont africanisé les dogmes, créant ainsi un obscurantisme qui remplit leurs poches et leurs comptes bancaires. Des « Chrétiens célestes » au marianisme tropical, la liste serait longue s’il fallait énumérer toutes les nouvelles églises qui se créent tous les jours.

La pauvreté est le facteur de ces nouvelles fois. Pasteurs et prêtres exorcistes surgissent de partout et de nulle part. On a besoin de prières particulières pour protéger contre les démons, les poisons, les jalousies, mais aussi pour être nommé à un poste intéressant et même pour épouser un Blanc riche en Suisse ou en France. Il faudrait que Mongo Béti revienne nous réécrire « Le pauvre Christ des Schismes africains ». Il est vrai que moi et mon Kibanguisme avons été à la base de ces mouvements ! Mais moi, je voulais africaniser nos cultes… »

– « Il faut que je prenne la parole très vite car personne n’a expliqué les vraies raisons pour lesquelles Israël a massacré ces militants pacifistes dans leurs bateaux. Ils avaient été informés que moi, Dieudonné Mbala Mbala, je faisais partie de l’expédition. Ceci explique la barbarie avec laquelle ces neufs militants ont été tués. Le but était de me rayer complètement du monde des humoristes noirs. C’est maintenant que vous comprenez que je n’exagère pas souvent. Mais, je préfère me taire, car j’ai peur des représailles. Etant donné que nous sommes presque tous certains qu’aucune sanction ne sera prise contre Israël, je me tais car ce pays a la bombe atomique ! Ils peuvent aller se venger chez moi, au Cameroun, et personne, comme d’habitude, ne dira rien. »

– « Et voilà que ça recommence, ton antisémitisme primaire, Monsieur Mbala Mbala. Je fais de l’équilibre, moi, Zemmour, et, bien que sachant que vous allez bientôt me couper la parole, je continue d’affirmer qu’il faut bien parler français, surtout à la télévision, même si on soutient des causes perdues. J’ai remarqué, et il va de soi, que la majorité des Palestiniens à qui l’on donne la parole, parlent très mal notre belle langue.

– «Regarde-moi ça ! !Est-ce que tu peux parler palestinien, toi ? Vous avez une certaine tare dans votre club des Eric, toi, le Zemmour, l’autre, le ministre, et l’autre qui ne ressemble à rien. A cause de vous, le prénom d’Eric risque d’être synonyme du mot raciste. C’est pourquoi j’ai décidé démocratiquement tout seul de vous enlever ce prénom, car vous frustrez d’honorables citoyens qui le portent. Et, comment expliquez-vous que la majorité des personnalités qui n’aiment pas beaucoup les étrangers aient des origines étrangères ?

– « En 1974, Poniatowski, ce ministre de l’Intérieur au nom si peu gaulois, a institué la carte de séjour. Elle stigmatise les étrangers jusqu’à aujourd’hui.
Un autre ministre de l’Intérieur, Sarko, a compliqué et tordu beaucoup de lois C.E.S.D.A. qui définissent l’entrée des étrangers et leur séjour en France. Devenu président, il a institué l’ « immigration choisie », puis a imposé un quota de quarante mille étrangers environ à refouler chez eux chaque année. Ce Sarko n’a pas d’origine gauloise. Son père est hongrois.
N’oublions pas notre fameux Balladur, ce prince turc qui est parti dévaluer le franc C.F.A.. »

– « Et alors, moi, Georges Marchais, je continue de crier que « C’EST UN SCANDALE ! » ».

– « Que reste-t-il de nos amours,
Que reste-t-il de ces beaux jours ?
Il reste cette photo,
Cette dernière photo du 25ème Sommet Afrique-France.
Non, ce n’est pas un au revoir, c’est un adieu.
Oui, c’est le dernier Sommet, il n’y aura rien en Egypte.
Et comme je ne suis pas inspiré,
Et que j’attends le 14 juillet pour voir toute cette marmaille devant les Champs Elysées, assise gentiment aux ordres de leur papa Sarko, ce grand manitou, qui aime les injurier mais qui leur promet aussi une place au Conseil de Sécurité De l’O.N.U.

« C’est bien exprès que j’ai fait cette mauvaise poésie, car la vue de ces grands enfants africains aux ordres de leur ancien et nouveau patron colonial m’écoeure. Je m’appelle Camara Laye, et ça me rappelle quand j’étais vraiment enfant et que je jouais à côté de la forge de mon père. Le temps aurait dû s’arrêter là, mais ainsi va la vie… »

– « Mais enfin, Camara, tu vas tous nous faire pleurer ! Nous avons besoin de courage et d’optimisme car dans quelques jours, démarre le Mondial de football en Afrique du Sud. Les derniers matchs amicaux des équipes africaines sont catastrophiques. Ne vous en faites pas, c’est un truc : c’est pour que les autres croient qu’ils seront faciles à battre. Pourquoi notre vieux Lion, Roger Milla, s’offusque-t-il de voir nos grandes vedettes déserter les stages d’entraînement pour venir « couper et décaler » à Paris, dans les fêtes populaires, que dis-je !, dans les orgies à gros sous de leurs sponsors. Je suis le roi Pelé et, si vous n’entendez plus tellement parler de moi, c’est que j’initie en secret de jeunes étoiles africaines, de jeunes étoiles noires du ballon rond qui vont illuminer les stades sud-africains très bientôt. »

Et moi, Faka Bilumba, je vous dis que les choses ne semblent pas être très claires ici et dans l’au-delà. Je ne sais pas ce qui se prépare mais je peux vous dire que de très grands et graves événements vont très bientôt bousculer notre façon d’être, de penser et de dire.

www.ekilafrica.com

François Zo’omevele Effa
Journalducameroun.com)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé