Opinions › Tribune

Les aventures de Faka Bilumba N°24, la chronique de François Zo’omevele Effa

« Non, Monsieur Sarko, je ne veux pas être Ministre de votre République qui se transforme non en république bananière, mais en 4e Reich »

Non, Monsieur Sarko, je ne veux pas être Ministre de votre République qui se transforme non en république bananière, mais en quatrième Reich ; je n’ai pas envie d’associer une seule seconde, une seule lettre ou un seul son de mon label fakabilumbien à la médiocrité ambiante : la xénophobie d’état, un état où liberté, égalité et fraternité sont en train de se transformer en fossiles millénaires. »

C’est la fin de non recevoir que j’ai réservée à la proposition de faire partie du gouvernement, du prochain gouvernement français, dont le remaniement annoncé fait trembler celui en place ; alors, ceux qui veulent conserver leur poste font un excès de zèle qui n’envie rien à la bande à Pétain au temps de Vichy. Des postulants excellent dans le jeu de « plus raciste, plus con, plus xénophobe que moi, tu meurs ».

Pour vous qui découvrez mes aventures, chers lecteurs du monde entier, sachez que c’est avec plaisir que je vous transporte chaque semaine, par le biais de mon intemporalité et de mon omniprésence, dans cette chronique. Vous pouvez ainsi savoir tous les kongossas sur les choses, les évènements, et les personnalités du passé, du présent, et du futur.

C’est donc une personnalité future que j’ai eu le plaisir de vous présenter -le futur Pape, qui sera une femme, et africaine- qui m’a interpellé, me confirmant que c’est à son initiative que des responsables d’église ont adressé des avertissements à la xénophobie d’état de Sarko :

« Voyez-vous, Faka, ce pays que l’on présentait comme le berceau des droits de l’homme sombre dans le fascisme, et à pas de géant. Nous avons surpris une réunion secrète entre Sarko, Adolphe, Jean-Marie, l’Auvergnat raciste, Mussolini et bien d’autres de la même mouvance. L’objet de cette cabale était d’instituer à travers le prochain remaniement ministériel un quatrième Reich. Jean-Marie ferait partie des ministres d’ouverture… »

« Je te prie de ne pas citer mon nom, moi qui suis noir et qui n’aime pas le manioc. C’est Eric Besson qui me propose au Secrétariat d’Etat à la Francophonie. Je lui ai déjà donné à ce Besson tous les trucs pour traquer les sans-papiers africains afin d’augmenter le chiffre des expulsions, et, si on sait que c’est du Kelman basique, cette brillante idée d’avoir humilié l’Afrique le 14 juillet aux Champs-Elysées à Paris !!! Nos treize Doungourous de Chefs Bananiers sont venus encenser leur tortionnaire, leur exploiteur, bref, leur Maître ! »

« Continue de nous piller, de nous voler en nous injuriant et nous méprisant, lui ai-je dit, moi le meilleur élève de Mitterrand. On te reproche d’avoir déclaré que nous ne sommes pas entrés dans l’Histoire, tu viens de nous prouver le contraire en appliquant la philosophie du maître et de l’esclave. D’ailleurs, dans ma république bananière, cacaoyère, caféérique, pétrolière, diamantifère, tout le monde me sollicite pour une autre candidature à la magistrature suprême : des motions de soutien qui pleuvent, surtout chez ces pauvres « Boulous », qui ne verront jamais de Comice agro-pastoral. Ils l’attendent depuis vingt-deux ans. Si seulement ces pauvres gens savaient que j’ai un pacte innovant avec toi, Maître Sarko. Mon fils ne pouvant me remplacer démocratiquement, à la présidence, comme c’est la nouvelle mode africaine, nous préparons le tien, Jean, pour qu’il soit le futur président de mon pays, qui autrefois « vécut dans la barbarie », et qui, grâce à toi, va disparaître en s’enfonçant dans la sauvagerie. »

« Doucement avec ton excès de zèle, doyen ! Moi, le jeune Ali, j’ai compris comme toi que la corde sensible pour le peuple consiste à mettre, comme tu le fais, la Première Dame en exergue. J’envoie donc la mienne régulièrement se former chez la tienne, et c’est très bientôt que nous remplacerons le nom des institutions du grand Blanc de Lambaréné, Albert Schweitzer, par le nom de mon épouse. Je fais fort ! En attendant, elle est devenue imbattable au bikutsi, elle apprend vite, bien que les miens lui reprochent qu’elle aurait bien pu se mettre à la danse omnias !!! »

« Et moi, je vous dis que l’histoire des vuvuzelas qui ont été bannis des stades européens, c’est grave! C’est de nouveau la ségrégation culturelle dans le sport ! Quand les entraîneurs européens ne seront plus sollicités par les équipes de foot africaines, avec des salaires qu’ils ne peuvent jamais gagner dans un autre continent, moi, le Roi Pelé, je peux vous assurer que les trophées du Mondial de foot feront l’aller et retour entre l’Amérique du Sud et l’Afrique. »

C’est vrai que je n’ai pas eu le temps de vous parler, chers lecteurs, des lois d’exception votées et mises en place contre les délinquants d’origine africaine, y compris les polygames. Des jeunes noirs ont été condamnés à la suite de dénonciations anonymes légales à quinze et dix-neuf mois de prison ferme… A la suite de quoi on aurait demandé à Rama Yade, et à celle qui n’était « ni pute, ni soumise », Fadela, qu’elles pondent une loi défendant les Arabes et les Noirs avant de quitter le gouvernement. Pour les minorités juives et roms, on fait confiance à la Communauté Européenne. On en reparle la semaine prochaine.

www.ekilafrica.com

François Zo’omevele Effa
Journalducameroun.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut