Opinions › Tribune

Les aventures de Faka Bilumba N°26, la chronique de François Zo’omevele Effa

 » Les incontournables réunions de bonne conscience internationale de ce machin (l’ONU), comme l’appelait De Gaulle, se suivent et se ressemblent »

Les incontournables réunions de bonne conscience internationale de ce machin, comme l’appelait De Gaulle, se suivent et se ressemblent. Dans les coulisses du dernier rassemblement, l’O.N.U., puisqu’il faut par son nom l’appeler, a encore vomi sa litanie d’inepties, de promesses qui ne seront jamais tenues, et j’en passe ! La principale caractéristique fakabilumbienne consistant à vous dévoiler, très chers, ce qu’on vous cache dans les comptes rendus et communiqués officiels, je vais donc vous révéler certaines choses qui se sont dites là-bas, parfois par des acteurs que nul n’a cités.

C’est Paul, l’ex-séminariste, Paul de la Rigueur, qui a dû lire -ça arrive- les avant-dernières aventures de Faka, qui pavoisait, se vantant d’avoir tout fait pour parer la contre-campagne ourdie par Faka :

« J’ai fait annoncer par l’un de mes vice-premiers ministres que ce fameux Truc agro-pastoral d’Ebolowa aura lieu du 9 au 14 décembre prochains. On me traite d’ex-séminariste, je le suis : la preuve, un prophète n’est jamais aimé dans son pays. C’est ce que je m’efforce de mettre en application depuis des décennies. Je n’ai jamais épousé une fille Boulou afin de ne pas avoir à subir de chantage affectif et sentimental tribalistique qui me contraindrait à développer cette région censée être mon berceau ancestral ! Je me suis toujours démarqué des tribalismes ambiants : lorsque Ahidjo m’a nommé Premier Ministre, il y a longtemps, en jetant à la figure de la délégation Beti venue me féliciter avec magnums de champagne et tout le tralala, sur le seuil de ma résidence, que s’ils venaient au nom du Peuple camerounais, ils étaient les bienvenus, mais si c’était au nom des Boulous-Bétis, qu’ils n’avaient qu’à rebrousser chemin. »

« Parfaitement, Maître Absolu par lequel je jure, vis et respire, moi, Issa T. Bakary, ton plus fidèle et zélé ? Doungourou-griot-porte-parole ?. Tu as même puni ta région du Sud en ne leur octroyant aucun établissement d’enseignement supérieur public. Gloire à ton fait mémorial d’avoir laissé disparaître l’Ecole Normale de Foulassi, dans laquelle a été composé notre Hymne national. Ce que les gens ne savent pas, c’est que c’est aussi pour qu’on ne parle plus des héros et élites qu’elle a formés, à l’instar de Ruben Um Nyobé ! Le Mpodol ! Tu es génial, Grand Maître, Maître si grand, car, pour leur fermer le clapet, tu as nommé justement le fameux Ndongo à ce Ministère de l’Enseignement Supérieur. On ne peut avoir l’argent du beurre et le beurre ! Donc s’ils ont, ces Boulous, un Comice au rabais, ils te voteront quand même massivement en 2011. Et puis quoi encore ! L’amélioration du monde agro-pastoral, l’agro-industrie, tu vas remplacer tout cela par du vin rouge, des cartons de poissons, des kilos de viande de boeuf et de l’huile, qui seront distribués. Alors, comme on dit là-bas, ils seront obligés d’avaler le sang de la blessure de leur langue , Metyi me Oyem ! Mais, Patron, fais quand même attention, le dicton dit que le Boulou, même fauché, avec rien dans les poches, a une langue acérée qui fait sa force ! Si nous lui coupons la langue, il y a déjà eu Bibi Ngota… »

« Tais-toi, espèce d’embrouillé, ton excès de zèle nous conduira dans les abimes ! Tu as déjà déclaré à Paris, dans une émission de Télésud, que tu invitais les investisseurs au Cameroun, et, comme argument, tu as osé mettre en avant que les salaires étaient bas et les charges sociales inexistantes ! Alors, Paul de la Rigueur, moi, Sarko, je te dis de tenir en laisse tes griots ! Ca va encore nous tomber dessus, surtout avec tous ces enlèvements… mais, mais, ce n’est pas vrai, c’est Ben Laden que je vois là-bas ? Eh ! Ben Laden… »

« Quoi, Sarko, que me veux-tu ? J’ai le droit de venir officieusement à l’O.N.U., pendant qu’on fait semblant de de me chercher en Afghanistan, et que vous vilipendez le nom d’Al Quaïda pour justifier tous vos échecs et les revendications des peuples opprimés, brimés et volés honteusement dans le monde ! ».
« C’est vrai, Ben Laden, je reconnais que nous ne sommes pas toujours honnêtes avec vous. Les Américains t’ont bien employé à la C.I.A., ainsi que Saddam Hussein en Irak, avant de vous jeter et de détruire par la guerre des pays pour des raisons bidon ! Des armes de destruction massives ! J’en rigole encore ! »

« Ne rigole pas trop, Sarko ! Moi, à ta place, je ne serais pas si serein ! Il y a déjà ces Africains qui t’en veulent : tu les expulses, tu les injuries chez eux à Dakar, tu les nargues pour ton défilé du 14 juillet dernier. Sache que, là-bas, il y a des sorciers et des marabouts qui ont juré d’avoir ta peau. Chez toi, en France, il y a même des prêtres qui prient pour que tu aies une attaque cardiaque, et n’oublie pas que les Roms, que tu expulses avec tant de fracas, pratiquent beaucoup de magie blanche. Toutes leurs cartomanciennes annoncent tes futurs échecs présidentiels, fais gaffe, Sarko ! »

« T’as rien compris ou tu fais exprès, Ben Laden ! Tout est codifié -Faka Bilumba a raison-., notre machin qu’est l’O.N.U., c’est l’ordre établi des Grands et Puissants pour diriger le monde, notre monde à notre manière. Ce que nous décrétons, c’est ce qui se passe. Quand des guerres deviennent mondiales, nous le décrétons, alors que, la réalité, c’était que les Allemands nous damaient le pion. Et nous faisons de nos vrais sauveteurs, les Africains, des ? soldats sénégalais ?, des ? indigènes ?, de la chair à canon. Il va de soi que le débarquement des Alliés pendant la deuxième guerre avait pour mobile leur propre intérêt économique à venir. Un Africain ne peut être notre allié, il ne peut être qu’un éternel soumis. C’est pourquoi, même si je dis certaines choses pour la galerie, il est entendu qu’il n’est pas envisageable une seule minute, une seconde même, qu’un pays africain puisse siéger de façon permanente au Conseil de Sécurité de notre Machine à nous, l’O.N.U… »

Et moi, Faka Bilumba, je ne peux vous cacher, chers lecteurs, que ça chauffe, ça chauffe même beaucoup, beaucoup même ! Il se passe un sommet extraordinaire des futurs chefs d’états africains. Je ne puis vous révéler leurs noms -il y va de leur vie-. Ils disent que la colonisation n’a jamais pris fin, que la France a son armée en permanence en Afrique noire pour défendre ses intérêts économiques, stratégiques et politiques ; ils disent aussi que ces enlèvements, qui ne seraient pas tous le fait d’Al Quaïda, que ces pirates, dont les médias ne parlent plus, ne seraient que les premières de ces attaques que mèneraient des organisations pour les vraies indépendances économiques et politiques africaines. Nous irons la semaine prochaine dans le Golfe de Guinée, en Somalie et au Mali rencontrer ces meneurs.

Ekilafrica.com

François Zo’omevele
Journalducameroun.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut