Opinions › Tribune

Les aventures de Faka Bilumba N°28, la chronique de François Zo’omevele Effa

« Il ne faut pas fâcher les ancêtres, c’est bien connu. Le président Amadou Ahidjo me l’a fait savoir… »

Il ne faut pas fâcher les ancêtres, c’est bien connu. Le président Amadou Ahidjo me l’a fait savoir, car, il y a quelques semaines, je lui reprochais d’avoir eu une main de fer à l’époque où il dirigeait le Cameroun. Il m’a fait remarquer que, de son temps, où l’on délivrait au compte goutte les visas de sortie du Cameroun, les prostituées ne s’expatriaient pas, et aller épouser des vieux Blancs ? n’était pas une gymnastique nationale.

J’ai alors expliqué à plusieurs de ces anciens dirigeants du continent que je n’étais qu’un porte-parole, et que le privilège qui m’est donné de leur parler et de révéler nos discussions à nos lecteurs s’avère d’une grande nécessité. A leur tour, Chaka Zulu, Charles Atangana et d’autres rois africains ont pris la parole :

Je ne comprends pas comment vous, dirigeants actuels, pouvez continuer à contribuer à la ruine de votre continent, notre Afrique. Vous bazardez tout, jusqu’à votre dignité. On est venu vous tromper en vous disant qu’il faut que vos royautés disparaissent, mais au lieu de faire à l’occidentale vous avez fait à la coloniale.

La Grande Bretagne a sa reine, la Principauté de Monaco, l’Espagne, la Belgique, la Norvège aussi. La liste est longue ! Quand je vois ces rois et empereurs d’opérette à la Bokassa et Idi Amin Dada, ces présidents à vie et de père en fils à la Bongo, Kabila et Biya, j’ai envie, moi, Chaka, de provoquer de nouvelles guerres de décolonisation!

Venir danser et se trémousser devant les palais et les aéroports chaque fois qu’un chef d’état part pour l’étranger, et refaire la même chose à son retour, c’est une folklorisation qui porte à son maximum l’attribut de république bananière. On dirait que certains s’évertuent à être de piètres imitateurs de ces gouverneurs coloniaux, qui prenaient un malin plaisir à humilier les indigènes : les coups de fouet, la ségrégation, bref, vous remettez à votre compte tout l’arsenal colonial, ma parole !

Et comment donc, Anna Zingha ! Tu as parfaitement raison, toi l’illustre reine d’Angola. Moi-même, Amina Zazzua, j’ai dans mon royaume Zazzua, le Nigéria actuel apporté trente quatre ans de prospérité, et on continue aujourd’hui à raconter des légendes abracadabresques sur les femmes africaines soumises depuis des éternités ! Ce n’est pas par hasard que la reine de Saba et d’autres rois aussi ont laissé une telle influence. Tenez, cette comptine que chantaient les troubadours occidentaux, comme Jean-Naty Boyer :

Melchior et Balthazar sont venus d’Afrique avec le roi Gaspard.
Et ils sont venus nous apporter une bonne galette, que nous allons manger. Je vous conseille pour votre culture de lire l’ouvrage de Sylvia Serbin : Reines d’Afrique et héroïnes de la diaspora noire.

Je ne sais pas pourquoi, mais moi, Faka Bilumba, je laisse aujourd’hui en guise de conclusion la parole à quelqu’un qui, depuis plus de quinze ans, parle d’Afrique dans une de ses émissions de radio, Africa Mbolo, Bonjour l’Afrique:

Parler d’Afrique
C’est souvent lyrique
C’est magnifique
la chaleur, l’exotisme, les fantasmes, l’aventure,
cette Afrique-là vous dit bonjour.

Parler d’Afrique
C’est dramatique
Quelles problématiques !
Ces rêves antiques
Ces sauvages diaboliques
les guerres, les famines, les épidémies,la pauvreté,
les génocides, les sauvages, la polygamie,
le Sida, ces grands enfants.

Parler d’Afrique,
C’est magique,
C’est exotique,
Parfois féérique,
C’est érotique,
C’est angélique,
Ces femmes sensuelles aux formes évocatrices,
Ces hommes aux sexes gigantesques, bêtes d’amour, pouvant assouvir les fantasmes inavoués.
Ces enfants, objets sexuels presque gratuits souvent, consensuels.

Parler d’Afrique
C’est unique
C’est très critique
Parfois sadique,
très sadique
C’est inique
C’est satirique
Ah ! Quelle Afrique !
Ces peuples victimes des vocations naturelles des puissances colonisatrices, impérialistes, esclavagistes, ségrégationnistes, révisionnistes.
C’est tragique de parler d’Afrique
C’est pathétique

de parler d’Afrique
Ce parlé d’Afrique
Afrique de musique
Afrique athlétique
Afrique du Mozambique
Afrique de l’Atlantique
Afrique que l’on critique
Afrique qu’on revendique
Afrique qui abdique
Alors, comment parler d’Afrique !

Ekilafrica.com

François Zo’omevele
Journalducameroun.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut