Les aventures de Faka Bilumba N°36, la chronique de François Zo’omevele Effa

« Si la Côte d’Ivoire continue comme ça, c’est encore l’occasion que guettent les charognards pour vendre leurs armes »

Le « Vieux » m’a dit qu’il en a marre de se retourner dans sa tombe. Si la Côte d’Ivoire continue comme ça, c’est encore l’occasion que guettent les charognards pour vendre leurs armes. En tant que premier président de ce pays, il voudrait pouvoir décréter démocratiquement tout seul, comme il le faisait de son vivant, pour que la paix revienne.

Mais la paix pour qui ? Je vous le demande, moi, Faka Bilumba ! Si nous passons ce mois de décembre en bilan et rétrospectives des dix premières années de ce siècle, voire de ce millénaire, c’est une bonne occasion d’analyser ce qui se passe là-bas. J’ai demandé à Mbeki pourquoi il a échoué dans sa mission.

« C’est que je n’ai pas tout à fait échoué, dans la mesure où mon voyage a été très médiatisé. Qui vous a dit que c’est l’Union Africaine qui m’a envoyée ? Cette dernière n’a jamais tenu de sommet de crise spécial pour prendre position sur les élections en Côte d’Ivoire. L’ambiguité inédite de ce bicéphalisme ivoirien est sans nom. C’est, à mon avis, l’envoyé de l’O.N.U. Et les autres qui outrepassent leur rôle d’observateurs. La Constitution de la Côte d’Ivoire prévoit que c’est le Conseil Constitutionnel qui valide et proclame les résultats des élections présidentielles. C’est aussi devant ce Conseil que le Président de la République prête serment. Voilà alors, deux présidents pour un seul pays. Chacun des deux conteste la légitimité de l’autre. Ouattara se passe du Conseil Constitutionnel, prête un drôle de serment dans un hôtel, puis envoie le texte de son serment à ce même Conseil Constitutionnel.

Gbagbo, nous dit-on, se maintient au pouvoir -lui qui n’a fait que dix ans- alors que les Biya, Bongo, Eyadema, ces « sages », ont battu des records. Mais il y a surtout, dans le gouvernemen « hôtelier » d’Alassane, son premier ministre guerrier, Guillaume Soro, qui bouffe à tous les rateliers. Ce chef de l’ex-rébellion des Forces Nouvelles qui tiennent le nord du pays était aussi le dernier premier ministre de Gbagbo. Il a fait campagne avec lui à ces dernières élections, et le voilà non seulement Premier Ministre du gouvernement d’Alassane Ouattara mais aussi Ministre des Forces Armées. »

« Toi aussi, Mbeki, on t’a demandé pourquoi tu as échoué dans ta démarche de réconciliation ! Tu nous donnes tes points de vue ! Encore que moi, Sankara, je rigole, et je dis au vieux Houphouët Boigny qu’il n’a pas à se retourner dans sa tombe. Si j’en faisais autant chaque fois qu’il y a des non-sens, des incongruités de la part de celui qui m’a assassiné et qui dirige le Burkina, c’est un tremblement de terre qui se produirait là où l’on m’a enterré en cachette !! Quand c’est ce fameux Baise -président depuis combien d’années déjà ? Depuis 1987 – faites le compte ! 23 ans de pouvoir-, ce « sage », qui a soi-disant joué le rôle de médiateur et qui, avec ses collègues de la Cedeao, rejette fermement le maintien de Gbagbo au pouvoir !

Je demande à Obama de quoi il se mêle ! Alors que Ben Laden les dépasse depuis des années là-bas en Afghanistan, et qu’il est en train d’essayer de finir cette guerre honteuse d’Irak sur un mensonge de son prédécesseur qui devrait, lui, le Bush, être condamné pour crime contre l’humanité ! Mais qu’est-ce que l’Irak dans la notion occidentale d’Humanité ?! Je me fâche toujours contre Obama ! Tu devrais, avec le nom que tu portes, Obama, dans ta profonde et incontournable africanité, lutter pour la dignité du continent de ton père. Tape du poing sur la table de l’O.N.U pour qu’un pays africain entre au Conseil Permanent de Sécurité ! »

« Et moi, Sarko, je peux me vanter à juste titre que je le fais. Chaque fois que je vais dans une région du tiers-monde, comme en Inde récemment, je leur promets de les envoyer au Conseil de Sécurité de l’O.N.U. Je l’ai fait maintes fois en Afrique : cela, c’est un argument pour que je puisse signer et vendre ma camelote !J’ai effectivement dit qu’ « aucune fatalité ne condamne le Pakistan à être la victime et le creuset du terrorisme mondial ». Il faut donc comprendre que je décide aussi et organise la fatalité qui fait de l’Afrique, mon Afrique francophone, mon Afrique française, mon Afrique de la Françafrique, mon Afrique de lèche-bottes de prétendus présidents que je place au pouvoir ou dont je les retire, bref, comprenez bien que je suis un acteur actif de la médiocrité africaine qui m’arrange ! J’organise et planifie sa pauvreté avec le maintien du franc C.F.A., je déverse en Côte d’Ivoire, au Cameroun, mes déchets nucléaires, j’y vends et expédie mes armes.

Vous comprenez donc que je ne puis soutenir Gbagbo, mais Alassane ! Ce n’est pas par hasard que nous l’avons marié à « notre fille » du temps du vivant de son père spirituel, « le Vieux ». J’ai plus de vingt-mille compatriotes là-bas qui sont presque tous des cadres et hommes d’affaires. Je vais doubler leur effectif avec Alassane, ce qui me fera moins de chômeurs ici. Et quand je promets des places au Conseil de Sécurité, c’est à des hommes de main comme mes vassaux africains. Vous avez sans doute remarqué que, le 14 juillet dernier, quand ils sont venus me rendre hommage pour les cinquantenaires de leur « Dépendance » à la France, seul Gbagbo n’était pas là. Je peux même vous dire que si ce Gbagbo avait proposé son fils à sa succession présidentielle, je ne l’aurais pas soutenu comme je le fais pour Kabila, Eyadema, Bongo, et bientôt au Sénégal ! ».

Voilà donc de quoi s’inquiéter vraiment ! Qui se frotte les mains pour les prochaines ventes d’armes au futur conflit de la Côte d’Ivoire ? La France, la Chine, les Etats-Unis, la Russie, et bien d’autres ! Les vieux stocks d’avions de combat, d’armes, les mercenaires au chômage, quelle aubaine pour ces fossoyeurs !

Messieurs Gbagbo et Ouattara, si vous renonciez tous les deux à ce poste de Président de la République, en confiant le pays à un gouvernement de transition qui par alternance aurait comme chef des partisans de chaque parti représentatif aux dernières élections présidentielles, la « Honte » s’en irait toute seule, sans victime, et surtout vous éviteriez un bain de sang de trop, parole de Faka Bilumba

www.ekilafica.com

François Zo’omevele
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé