Les aventures de Faka Bilumba N°37, la chronique de François Zo’omevele Effa

« Quant à Barthélémy, bonne année aussi, malgré le comice d’Ebolowa, de plus en plus au rabais… »

2O11, nous saluons ta venue. Nous saluons ton sourire plein de promesses, ton abondance de v ux et de bonnes résolutions ; c’est le lot de ces choses conventionnelles de la civilisation à l’occidentale, qui se veut mondiale, et que nous traversons.

Ne vous étonnez pas, amis (et moins amis) lecteurs, car il m’arrive de parler au temps et aux saisons ; et c’est avec émotion que je dis au revoir à 2010. Nous nous retrouverons bientôt, cette chronique de fin d’année n’est qu’un au revoir. Il me permet d’enchaîner avec le bilan de la première décennie du siècle, que dis-je, du millénaire !

Vous avez été nombreux à me faire parvenir vos analyses et vos points de vue sur cette décennie. Je ne citerai que quelques réactions, à l’instar de celle de BARTHELEMY, le mari de CHANTOU.

« Mon cher Faka, tu te prétends Bulu et Camerounais comme moi. Ce que tu ignores, c’est que j’ai une formation basique de curé ; ne lève pas les bras au ciel, ce n’est pas Chantou qui m’a défroqué. Ton fameux comice agro-pastoral d’Ebolowa, je m’en fous, et pas qu’un peu, mais royalement. C’est vrai, mais c’est pour des raisons que certains sont loin d’imaginer. J’avais en effet, dans mon discours de fin d’année, annoncé l’an dernier que ce fameux comice allait avoir lieu maintenant. Eh bien, je n’annoncerai rien du tout pour légitimer mes fausses promesses, ou les justifier. Le Fameux Ndongo, et mon Doungourou, Wadjo de l’Info, se chargeront de ça. Ils ne sont plus à une couleuvre près à vous faire avaler.

Cependant, pour ce qui est des élections présidentielles de l’an prochain, j’ai une promesse de campagne électorale pour le Sud. Je viendrai habiter moi-même à Ebolowa, dans l’hôtel que construisent en ce moment les Chinois. N’ayez pas peur, ce n’est pas pour leur vendre les terrains que nous sommes en train de ravir à l’Eglise Presbytérienne Camerounaise. Je viendrai pour lancer mon Appel, comme celui de De Gaulle à Londres ; ceci, au cas où mes élections présidentielles ressembleraient, le jour de la proclamation des résultats, à celles de la Côte d’Ivoire en ce moment. »

« Quant à moi, Rama Yade, toi, Faka, qui ne m’a jamais épargnée, je voudrais te dire que tu n’avais pas tort. Tu me demandais sans cesse ce que j’étais allée chercher dans cette galère du gouvernement sarkozien. Eh bien, tu dois le savoir, j’ai rejoint Borloo ainsi que ma copine qui est plus pute et soumise que jamais. Mais le faisant, nous avons ouvert les yeux à cette jeunesse française issue des diasporas. Il y a des postes ministériels pour soigner les apparences, et « ça trompe énormément ». Il reste donc à la Gauche de commencer à faire non pas des ouvertures de promesses ministérielles par des portefeuilles à des femmes migrantes mais une politique de citoyenneté véritable. Elle concernerait tous les citoyens à part qui, comme par hasard, sont grandement issus de l’immigration. »

« De quoi te plains-tu, Rama, je suis un professeur émérite, un prix Nobel français, et me voici en Chine où j’ai émigré, car un tapis en or m’a été déroulé pour mes recherches. C’est bien moi, Luc Montagnier, et, si j’avais les moyens qu’il fallait, il y a belle lurette qu’on aurait trouvé ce remède pour soigner le sida. Regardez vous-mêmes, ce sont nos voisins allemands qui viennent de le mettre au point. Et mon analyse est claire : rien n’est fait, dans ces labos de recherche et dans les pharmacies, pour le progrès de la science ; tout est fait pour grossir leur portefeuille. La preuve, c’est ce procès qu’ils ont osé faire à l’Afrique du Sud, qui voulait fabriquer des médicaments génériques contre le sida ! Et que pensez-vous de ce laboratoire et cet institut pharmaceutique qui ont fait ce médicament qui a tué : le Médiator ? Et, personne, vraiment personne ne les a condamnés ! Je commence à me demander si certains Africains n’ont pas vraiment raison de nous soupçonner, nous, savants occidentaux, d’avoir conçu dans nos labos ce virus du sida et l’avoir sciemment propagé ? Et, comme par hasard, ces infos et ces intox que nous diffusons à tout vent, affirmant que l’origine du sida serait africaine… Un sida qui viendrait des singes qui contamineraient ceux qui les mangent. C’est du n’importe quoi ! »

« Moi qui n’aime pas le manioc et qui suis pourtant profondément nègre dans mes gênes, moi qui ai donné toutes les astuces au pouvoir ministériel de Besson, dont j’étais le conseiller Toxique pendant ses heures de gloire, gloire du plus fascisant des ministères que la République ait connu depuis Pétain, moi qui crie à qui veut l’entendre ceci, contrairement à James Brown dans son fameux « Say it loud, I’m Black, I’m Proud », oui, moi qui aboie pour les racistes ces choses qu’ils aiment entendre, bref, je ne suis pas le seul Noir à renier les siens en donnant raison à ceux qui affirment que nous ne sommes pas entrés dans l’Histoire… »

« Mais qui t’a donné la parole, traitre !? D’ailleurs tu ne sais même pas parler, la preuve : on ne comprend rien à ce que tu veux dire ! On devrait te bannir et tu devrais plutôt, à la façon de Francis Bebey, chanter ce texte que je te propose :

« Je suis venu quémander du travail,
Du travail ministériel,
Je suis venu de mon lointain pays Bassa
Pour ne plus manger le Ntoumba de manioc.
J’ai tout renié, mon continent, mes valeurs,
J’ai renié mon histoire, la vraie.
J’espérais être le premier vrai Premier Ministre noir,
Ministre à part entière, Ministre de la trahison.
Mais Besson m’a fait de l’ombre,
Mais Sarko m’a laissé en pénombre.
Je ne fais plus que partie de ce grand nombre
Des déçus, des honteux au regard sombre,
Qui bientôt retournerons leur veste,
Retourneront aussi tout ce qui leur reste. »

«Taisez-vous, Aboubacar, il ne me reste rien du tout, et même pas mes livres, car je ne sais pas s’ils auront encore autant d’échos. J’envoie le même message à des comme moi, qui allons bientôt militer pour coller des affiches, faire les gros bras dans les meetings de Gauche ou de Droite, et même d’Extrême-Droite. Cependant, j’ai un scoop ! Il y a dans l’air que Marine, la fille du Borgne, va se mettre en couple avec un Black musulman. Elle le suivrait partout en ce moment car, très amoureuse, elle va aussi avec lui aux prières du vendredi dans la rue. Ce qui met notre blonde en rogne, c’est qu’il y a une jeune, talentueuse et sexy Black qui aurait fait des avances à son homme à l’issue de cette prière de rue. C’est alors qu’elle a eu sa réaction médiatique.
S’il te plaît, Faka, si on faisait la paix ? En reprenant tout à zéro pour cette nouvelle année qui va commencer, n’est-ce pas ? Je voudrais profiter, moi, Kelman, pour me racheter, si je peux, de souhaiter une bonne année à tous. »

Oui, on ne peut pas refuser ça, à condition que tu tiennes tes résolutions de ne plus te renier. Quant à Barthélémy, bonne année aussi, malgré le comice d’Ebolowa, de plus en plus au rabais. Et, s’il te plaît, n’annonce surtout pas dans ton prochain discours de fin d’année que ce comice sera le dernier ; on risquerait de croire que c’est ta dernière candidature à la présidence.

www.ekilafrica.com


Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé