Les aventures de Faka Bilumba N°49

« S’accrocher au pouvoir », voilà comment les journalistes des médias occidentaux qualifient le règne de Laurent Gbagbo… »

« S’accrocher au pouvoir », voilà comment les journalistes des médias occidentaux qualifient le règne de Laurent Gbagbo, et celui de Kadhafi. La R.T.I., radio télévision ivoirienne, est qualifiée d’outil de propagande présidentiel. Henri Bandelo s’est retourné dans sa tombe. Il est venu me voir, moi, Faka Bilumba, afin qu’une mise au point soit faite sur certaines pratiques. Ce journaliste et ancien ministre camerounais sait de quoi il parle.

« Effectivement, mon cher Faka, voici l’hôpital qui se moque de la charité. Afin de décrypter les mensonges occidentaux, il est indispensable d’avoir certaines bases. L’Histoire, racontée par les Occidentaux, est en général un énorme mensonge qui légitime les crimes, les faiblesses, et les exactions commises par ci par là. C’est une honteuse gymnastique intellectuelle, une véritable arme de destruction massive de la pensée. Je n’exagère pas du tout, Monsieur Finkielkraut, vous, le philosophe raciste et révisionniste de la traite négrière et de la colonisation ! Voici des exemples pertinents:

â- les méchants Peaux-Rouges d’Amérique sont, dans les westerns, de sauvages primitifs qui attaquent de pacifiques colons blancs, et, là, je demande à Sarko comment il qualifie cette immigration ? Choisie ou subie ? Et par qui ? C’est une « pacification » qui finira par une guerre de sécession ;
â- pour légitimer la supériorité des Blancs et la suprématie de leur civilisation, l’intelligentsia occidentale a, dans une manipulation de neurones, fabriqué des personnages de cinéma et de bande dessinée : tenez, Tarzan, ce héros sauvage de la forêt qui commande même aux animaux, sans oublier les sauvages Bantous ! Tarzan ne peut être que Blanc, comme les rois de la jungle des bandes dessinées, Akim et Zembla. Et, pour aller jusqu’en Amérique Latine, qui est Zorro ? Un autochtone ? »

« J’ai toujours dit de mon vivant que « ma bouche sera la bouche des malheureux, qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir. » C’est moi, Césaire, oui, Aimé Césaire, que ce bout d’homme de Sarko n’a eu de cesse de vouloir instrumentaliser. Hier, au Panthéon parisien, tant de tralala en mon nom à des fins électorales ! Pourquoi de mon vivant ai-je toujours répugné à rencontrer ce petit Napoléon ? Pourquoi croyez-vous qu’il ne sera jamais question que mes vieux os aillent reposer au milieu de cette mascarade

d’honneurs posthumes ?

Quand je pense que c’est au moment où ce Sarko se moque plus que jamais de notre concept de négritude, avec ses guerres coloniales en Côte d’Ivoire et en Lybie, qu’il ose aller poser une plaque en mon… je ne sais quoi au Panthéon ! Oui, monsieur Bandelo Henri, vous avez raison, c’est lui, Sarko, qui s’accroche au pouvoir. Il reprend à son compte les idées les plus racistes du Front National, en s’entourant de théoriciens et partisans racistes sans égal au Ministère de l’Intérieur et en faisant aux étrangers la guerre, celle qu’il a déclarée du temps qu’il officiait à la tête de ce ministère. On va d’ailleurs rebaptiser ce dernier – juste reflet du moment- : Ministère du Racisme et de la Haine des Etrangers.
Quand, Sarko, tu pourras réciter, en me citant, cette prière virile que j’ai écrite :

Et voici au bout de ce petit matin ma prière virile
Que je n’entende ni les rires ni les cris, les yeux fixés
Sur cette ville que je prophétise, belle,
Donnez-moi la foi du sauvage du sorcier
Donnez à mes mains puissance de modeler
Donner à mon âme la trempe de l’épée

Faites de moi un homme d’initiation
Faites de moi un homme de recueillement
Faites de moi un homme d’ensemencement

Mais, le faisant, mon coeur, préservez-moi de toute haine,
Ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n’ai que haine,

quand, Sarko, tu pourras réciter ceci, car tu ne peux le comprendre, alors tu pourras avoir un peu de crédit moral. »

« Toi aussi, Césaire ! Sarko n’est pas un intello ! Il est convaincu que tu te moques de lui. Je voudrais rejoindre le point de vue de ce journaliste camerounais. Il y a des journalistes, des historiens, des philosophes, des économistes, des hommes politiques qui attisent et cultivent la haine et le mépris contre les Africains. C’est moi, Calixthe Beyala, qui vous le dis. Je continue, moi, de soutenir Kadhafi, et de dire qu’il est un Africain qui a travaillé pour son peuple. Regardez le niveau de vie en Lybie ; et vous envoyez vos avions détruire tout cela, pour refaire une conquête coloniale ! Vous attendrez longtemps, il ne rompra pas, ce Kadhafi. Même chose pour Gbagbo. Il était le seul président africain à ne pas être venu le 14 juillet dernier à cette humiliation de défilé aux Champs-Elysées. Cet insoumis de la Françafrique vous emmerde vraiment, oui, il vous résiste, et vous avez décidé de le tuer en direct.

Quant à vous, présidents des républiques bananières, pétrolière, uraniumières, bref, chers vigiles des matières premières africaines à la solde de l’Occident, voici ce qu’on dit de vous et des vôtres :
â- vous n’êtes pas entrés dans l’Histoire,
â- vous n’êtes pas mûrs pour la démocratie,
â- vous êtes de grands enfants,
â- vous sentez mauvais, vous faites trop de bruit.

Et, ça, ce sont vos patrons, les bons Blancs, présidents et intellectuels, qui vous tiennent par les couil…, qui le répètent haut et fort. D’ailleurs, si vous bronchez, ils gèlent vos avoirs et richesses mal acquises, et vous feront la guerre comme à Gbagbo et Kadhafi. »

Ainsi va la vie dans les coulisses du pays des Droits de l’Homme… « blanc », avec ce Guéant, nouveau Ministre de la Bêtise sarkozienne. Chaque semaine, il sort sans rire une énormité sur les Arabes, les Musulmans, les immigrés. Tenez-vous bien, la semaine prochaine, c’est le « Code Noir » qu’il remettra à la page. Alors, d’ici qu’il commence ses discours par « Sales négros », « sales bougnoules »…

Ekilafrica.com

François Zo’omevele
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé