International › APA

Les barrages de l’Ethiopie sont une menace pour les communautés kenyanes (HRW)

La chute du niveau de l’eau du lac Turkana au Kenya suite à la construction de barrages et l’irrigation des champs agricoles dans la basse vallée de l’Omo, en Éthiopie menace les moyens de subsistance d’un demi-million d’autochtones aussi bien en Ethiopie et qu’au Kenya, a annoncé l’organisation de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch, dans un communiqué publié mardi à Nairobi.Selon HRW, un rapport publié par le département américain d’Agriculture révèle que le niveau de l’eau du lac Turkana a diminué d’environ 1,5 mètre depuis janvier 2015. Cette situation, avertit l’ONG, risque de continuer si des mesures urgentes ne sont prises.

Le rapport se base, explique HRW, sur des données satellitaires recueillies depuis les États-Unis.

L’organisation de défense des droits de l’homme a fait observer que le lac Turkana est une zone de reproduction des poissons et une zone de prédilection des pêcheurs installés sur les rives du lac.

HRW a accusé le gouvernement kenyan de n’avoir pas pris les devants pour évaluer l’impact social et environnemental des barrages éthiopiens sur la vallée de l’Omo.

« Les gouvernements kényan et éthiopien doivent travailler de toute urgence dans l’optique de minimiser les effets dévastateurs pour les communautés indigènes, des travaux d’aménagement sur le lac Turkana » a déclaré HRW.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé