International › APA

Les communautés invitées à collaborer avec les services de sécurité

L’ambassadeur des Etats-Unis au SĂ©nĂ©gal, Tulinabo S. Mushingi, a plaidĂ© ce jeudi, Ă  Dakar pour une collaboration entre les communautĂ©s et les services de sĂ©curitĂ©, Ă  l’ouverture de la ConfĂ©rence sur les Leçons Apprises organisĂ©e par l’Institut des États-Unis pour la Paix (USIP) et Partners West Africa SĂ©nĂ©gal initiĂ©e dans le cadre du Programme « Dialogues, justice et sĂ©curitĂ© au Sahel et au Maghreb »,« Les communautĂ©s et les services de sĂ©curitĂ© doivent collaborer et comprendre que vous tous jouez un rĂ´le important dans la justice et la sĂ©curitĂ© de vos pays » a dĂ©clarĂ©,

 « Nous sommes Ă  un moment important de l’histoire de cette rĂ©gion. Nous faisons face Ă  de nouveaux dĂ©fis liĂ©s Ă  la paix, la sĂ©curitĂ©, et Ă  l’Etat de droit, alors que nous subissons des menaces sur la sĂ©curitĂ© des personnes et des familles», a rappelĂ© M. Mushingi.

Il a ajouté que « les services de sécurité et les gouvernements ne peuvent pas faire face à ces menaces tous seuls » de même que  les communautés ne peuvent pas non plus se protéger toutes seules »

« Nous avons surmontĂ© des incomprĂ©hensions, des mĂ©fiances venues du passĂ©, des ressources limitĂ©es, et des dĂ©fis sĂ©curitaires très importants, pour montrer qu’il est possible que la force publique et les citoyens travaillent ensemble afin de renforcer la sĂ©curitĂ© », a ajoutĂ© Tulinabo S. Mushingi.

Le gĂ©nĂ©ral Lamine CissĂ©, ancien ministre de l’intĂ©rieur, a pour sa part declarĂ© que les parties concernĂ©es  « doivent  se concerter, dialoguer, pour pouvoir Ă©changer des informations.


Il faut parvenir Ă  ce que la population n’ait plus de craintes Ă  aller vers les forces de l’ordre, a souhaitĂ© le gĂ©nĂ©ral CissĂ©, prĂ©cisant que « les communautĂ©s sont au centre de la sĂ©curitĂ© »

Cette confĂ©rence qui va se dĂ©rouler du 12 au 13 octobre,a pour but de consolider le rĂ©seau d’acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux travaillant ensemble pour une rĂ©gion plus forte et plus sĂ©curisĂ©e, qui ne peut s’appuyer que sur des communautĂ©s plus impliquĂ©es et des services de sĂ©curitĂ©, plus efficaces, responsables et rĂ©actifs.

Les reprĂ©sentants des Forces de sĂ©curitĂ© du Burkina Faso, du Niger, du NigĂ©ria et du Mali et des membres de la sociĂ©tĂ© civile ouest africaine comme l’association malienne des droits de l’homme et le balai citoyen burkinabĂ© ont participĂ© Ă  cette rencontre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut