Société › Société

Les enfants de la rue du Cameroun vus par les jeunes de Trégueux en France

« Nanga Boko, voyage au bout de la rue » est un film documentaire tourné à Douala

Dans la commune de Trégueux en France, des écoliers ont pu voir le film documentaire sur les enfants de la rue de Douala
Mélanie Haguet a visiblement été très marquée par son passage récent dans la ville de Douala où elle a uvré comme bénévole au sein de la Chaîne des foyers Saint Nicodème. Depuis son retour sur le sol breton en France, elle a organisé une tournée dans les communes du canton de Langueux pour présenter un documentaire de 52 minutes intitulé Nanga Boko, voyage au bout de la rue]. Cette initiative lui a permis de partager son expérience avec de jeunes écoliers de cette commune. Dernière en date après le passage à Ploufragan et bientôt Plédran, c’est l’école Chanteclair qui a accueilli l’association La chaîne des foyers Saint-Nicodème, mardi derniers. Trois classes de l’école Chanteclair (du CE2 au CM2) ont visionné et échangé leurs impressions à l’issue de la projection.

Dans un témoignage fait sur le site maville.com la bénévole française évoquait la situation de ces enfant de la rue qui ont inspiré le film documentaire.

{c Mélanie Haguet, réalisatrice du film documentaire
On ne peut pas parler réellement de vie pour eux mais plus de débrouille. Ces jeunes fonctionnent en secteur dans toute la ville. Les jeunes que j’ai rencontrés se trouvent dans le quartier commercial. Durant leur journée, ils aident les conducteurs à garer leurs voitures, la garde moyennant un pourboire et parfois proposent de la nettoyer. Le pourboire atteint en moyenne pour une journée 1 000 à 2000 francs CFA soit 1,5 à 3 € ! Une minorité d’entre eux réussissent à gagner davantage en créant leur petit commerce: vente de whisky, cigarettes, bonbons, mouchoirs en sillonnant la ville. [/c]


La chaîne des foyers saint nicodème qui est basé à Douala a fixé comme but de sortir ces enfants de l’environnement de la rue, apporter un soutien moral, éducatif et matériel aux enfants et jeunes âgés de 5 à 20 ans sans famille, aux enfants rejetés ou ceux qui rencontrent des problèmes familiaux en général, aider à maintenir les enfants dans leur cadre familial afin de les empêcher d’être livrés à eux-mêmes dans un contexte de délinquance. Depuis la création de la chaîne en 1996, 6 000 enfants ont été accueillis, 8 000 enquêtes sociales réalisées, 4 000 enfants ont été réinsérés dans leurs familles et dans la société. 2000 enfants ont été placés en formation scolaire et professionnelles et tous ont reçu un parchemin. Dans le cadre de l’insertion socio-économique 150 jeunes ont bénéficié d’un emploi après leur stage de perfectionnement, 500 jeunes ont été placés en auto emploi. Au bout du compte 650 jeunes sont autonomes.

Pour y parvenir, Le processus commence dans la rue. La rue est scindée en 5 zones. Ce sont des zones où vivent et dorment les enfants/jeunes en rupture avec leur famille. Les animateurs vont dans ces zones observer ces enfants, les rencontrer, les mettre en confiance et les identifier sommairement. Ces enfants sont orientés au centre d’écoute (garçons et filles), qui est un lieu où les enfants peuvent s’exprimer, se laver, laver leurs vêtements, garder leurs objets, renouer les liens avec leurs familles et être réinsérés plus tard dans la famille. Pour des enfants dont le retour en famille est difficile, les animateurs les orientent au foyer de stabilisation où ils sont accompagnés dans le changement de comportement et dans le choix d’un projet.

Après une période d’observation de 6 à 8 mois, les enfants sont orientés d’après le choix du projet soit en formation professionnelle soit en formation scolaire. Avant cette orientation la priorité ici est la réinsertion familiale qui s’accompagne toujours d’un suivi de l’enfant dans sa famille. Si le retour de l’enfant dans la famille est difficile, dans ce cas ces enfants sont orientés soit au foyer de scolarisation pour ceux qui ont un projet scolaire, soit au foyer des jeunes en formation professionnelle pour ceux qui ont un projet professionnelle. Après cette étape, les jeunes au terme de leur formation sont accompagnés vers l’autonomie
L’organisation caritative bénéficie de nombreux soutiens de partout dans le monde. Le film documentaire lui aussi réalisé depuis plus de trois ans a reçu de nombreux prix dans divers festivals de cinémas contemporains.

Jeunes vendeur dans les rues de Yaoundé
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut