Dossiers › Focus

Les entreprises italiennes invitĂ©es Ă  s’intĂ©resser davantage au Cameroun

Le chef de l’Etat camerounais a appelĂ© jeudi, au cours du dĂ®ner d’Etat offert Ă  son homologue italien, une coopĂ©ration plus dense entre les deux pays. L’intĂ©gralitĂ© de son toast

Monsieur le Président de la République Italienne
Mon épouse et Moi-Même éprouvons un réel plaisir à vous accueillir au Cameroun, ainsi que Maître Laura Mattarella, votre fille et la délégation qui vous accompagne. Nous vous souhaitons une chaleureuse bienvenue et un agréable séjour parmi nous.

Le choix de mon pays, comme l’une des Ă©tapes de votre premier voyage en Afrique, nous honore. Ce choix tĂ©moigne de la soliditĂ© de l’amitiĂ© qui lie nos deux pays. Il reflète aussi l’excellence de leurs relations. De nos entretiens de ce jour et des Ă©changes entre nos opĂ©rateurs Ă©conomiques, il se dĂ©gage, pour ces relations, des perspectives nouvelles et prometteuses.

Le Cameroun vous remercie pour cette marque d’intĂ©rĂŞt et vous offre son hospitalitĂ© lĂ©gendaire, en ce Palais, symbole de l’unitĂ© de notre peuple.

Le Cameroun est une jeune nation. Il poursuit résolument son but: bâtir un Etat moderne, démocratique et prospère.

MalgrĂ© de nombreux dĂ©fis, nous accomplissons chaque jour des progrès significatifs et rĂ©els dans des domaines tels que la promotion de l’Etat de droit, des libertĂ©s, la protection des droits de l’Homme.

De mĂŞme, nous nous attelons, chaque jour, Ă  consolider les bases d’un vĂ©ritable dĂ©veloppement Ă©conomique, par des projets ambitieux dont l’objectif est de hisser le Cameroun au rang de pays Ă©mergent Ă  l’horizon 2035.

Sur ce plan, après une longue et difficile pĂ©riode d’ajustement structurel, notre pays, grâce aux sacrifices de ses fils et, avec l’aide de ses partenaires, dont l’Italie, a su retrouver depuis des annĂ©es le chemin de la croissance. Celle-ci s’est Ă©tablie Ă  6% en 2015.

C’est le lieu pour moi de remercier, ici et maintenant, votre pays pour ses appuis directs et indirects.

Monsieur le Président,
Vous le savez, le terrorisme est une prĂ©occupation majeure dans le monde aujourd’hui. Le Cameroun n’en est pas Ă©pargnĂ©. Depuis maintenant plus de deux ans, la paix est menacĂ©e dans la partie septentrionale de notre pays. Nous sommes engagĂ©s dans une guerre dĂ©clenchĂ©e par Boko Haram, une horde de terroristes basĂ©e au Nigeria et qui revendique son appartenance Ă  l’Etat Islamique. Les ressortissants de pays amis dont ceux de l’Italie en ont fait les frais. Les Pères Gianpaolo Marta et Giantonio Allegrini furent enlevĂ©s il y a quelques temps par ces hommes sans foi ni loi. Nous les avons libĂ©rĂ©s.

Nous faisons face fermement aux exactions des terroristes. Nous traquons ces assassins et leur infligeons de lourdes pertes de jour en jour nombreuses, avec l’appui de la Force Multinationale Mixte, mais aussi avec le soutien de nombreux pays amis, parmi lesquels l’Italie.

Les terroristes de Boko Haram provoquent un afflux massif de réfugiés sur notre territoire. Devant tant de personnes en détresse, notre devoir de solidarité humaine nous commande de ne jamais repousser ceux qui cherchent refuge, de les accueillir et de partager avec eux le peu dont nous disposons.

L’Europe et, singulièrement, l’Italie, vivent, mutatis mutandis, une situation similaire en ce moment et font face Ă  une crise migratoire sans prĂ©cĂ©dent.

J’ai toujours pensĂ© que toute solution durable Ă  cette difficile question devrait s’appuyer sur la morale sociale et sur des valeurs d’humanitĂ©, que je sais chères Ă  l’Italie.


En fait, plus que jamais, notre monde a besoin de plus de solidarité.

Sur le front Ă©conomique, je l’ai souvent dit, cette solidaritĂ© induit une exigence de prospĂ©ritĂ© globale partagĂ©e. Il ne s’agit pas, pour les uns de demander l’aumĂ´ne, et pour les autres de la distiller avec parcimonie.

Il s’agit, dans le cadre d’un contrat de solidaritĂ©, d’avancer ensemble, en bons partenaires, soucieux de conclure, en tout temps, des accords mutuellement bĂ©nĂ©fiques.

Monsieur le Président,
Le Cameroun dispose de ressources naturelles importantes et variées. Son agriculture bénéficie de conditions écologiques favorables et de vastes étendues de terre fertile. Son sous-sol est richement pourvu de ressources minières diverses.

Cet important potentiel doit faire l’objet d’une exploitation plus judicieuse, et d’une plus grande transformation locale. Le dĂ©veloppement de multiples infrastructures Ă  caractère Ă©conomique et social est aussi appelĂ© Ă  s’accĂ©lĂ©rer.

J’invite donc les entreprises italiennes dont la compĂ©tence et le sĂ©rieux sont reconnus, Ă  s’intĂ©resser Ă  ces diffĂ©rents programmes. De la sorte, elles contribueront, Ă  nos cĂ´tĂ©s, dans le cadre de ce contrat de solidaritĂ© que j’Ă©voquais tout Ă  l’heure, Ă  crĂ©er chez nous et Ă  offrir Ă  nos jeunes, des conditions de vie bien meilleures. Ce faisant, nous les dĂ©tournerons de la recherche, au risque de leur vie, d’illusoires Eldorado.

Je sais, Monsieur le PrĂ©sident, que bon nombre de vos entreprises ont dĂ©jĂ  nouĂ© des partenariats dans les domaines de la transformation des matières premières ainsi que des Travaux Publics. Je sais aussi que d’autres partenariats sont en nĂ©gociation dans le secteur du dĂ©veloppement infrastructurel et de l’Habitat.

Votre pays, Monsieur le Président de la République Italienne, accorde depuis sa création, il y a dix ans, une aide précieuse au Centre International de Référence Chantal BIYA (CIRCB) pour la recherche sur le VIH. Permettez-moi, avant de conclure, de vous en remercier très sincèrement.

Mesdames, Messieurs,

Distingués invités,

Le moment est maintenant venu pour mon Ă©pouse et moi-mĂŞme de vous inviter Ă  lever vos verres, en l’honneur du prĂ©sident de la RĂ©publique italienne, Son Excellence Monsieur Sergio Mattarella, de MaĂ®tre Laura Mattarella, sa fille, de la dĂ©lĂ©gation qui l’accompagne et Ă  l’amitiĂ© entre l’Italie et le Cameroun. »

Paul Biya.

Le chef de l’Etat camerounais a offert un dĂ®ner d’Etat jeudi, 17 mars, Ă  son homologue italien
PRC)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut