Société › Société

Les journalistes du Nord outillés sur les enjeux de la communication pour la paix

Le Club Média Ouest a organisé à Garoua un atelier de renforcement des capacités des journalistes sur les enjeux de la communication pour la paix

Le journaliste a un rôle fondamental à jouer dans la préservation de la paix sociale au Cameroun. Mais, dans un environnement sociopolitique fragile, il est important que les communications des médias soient objectives et citoyennes, faute de quoi, celles-ci pourraient très vite exacerber des tensions sociales latentes, et la paix s’en trouverait fortement menacée. Afin de promouvoir et renforcer la culture de la paix dans les articles de presse au Cameroun, le Club Medias Ouest (CMO) en partenariat avec l’Association Mondiale pour la Communication Chrétienne (WACC) a réuni à Garoua les hommes et femmes de médias des trois régions septentrionales (Nord, Extrême Nord et Adamaoua) à l’occasion d’un atelier de formation sur « les enjeux de la communication pour la paix ». Selon les organisateurs, il était question pour les journalistes et communicateurs de s’approprier l’importance d’une communication citoyenne, afin que les productions journalistiques ne soit plus susceptibles de provoquer des tensions sociales et soulèvements populaires ; et de réduire les dérapages dans le traitement des informations par les journalistes.

Programmé sur une journée, cet atelier de réflexion a été l’occasion pour les participants de suivre des riches exposés sur des thématiques liées à la problématique de la démocratie, de la paix comme construit social, et du rôle des médias dans la promotion de la démocratie. Les débats très animés qui ont suivi les différents exposés ont permis aux participants de mieux comprendre le rôle des médias dans la communication pour la paix. L’occasion s’y prêtant, les participants issus de différents médias ont saisi l’occasion pour partager leurs expériences respectives. Les hommes et femmes de médias ont également dénoncé certains maux qui ternissent l’image de marque de leur profession, à l’exemple de la corruption, du libertinage, du chantage, de la paresse, des conflits d’intérêts ou encore du manque de professionnalisme. Ils ont préconisé comme solution la connaissance et le respect par tous les hommes et femmes de médias des règles déontologiques et éthiques qui régissent la profession de journaliste au Cameroun. A la fin des travaux, un plan d’action a été élaboré par l’ensemble des participants. Il prévoit la création d’un observatoire des médias au sein du Réseau des Journalistes du Septentrion (RJS), le jumelage avec le CMO pour bénéficier de son expérience, l’organisation d’un forum mensuel et la redynamisation du RJS.

A l’issue de l’atelier, Michel Ferdinand, coordinateur du CMO, n’a pas manqué d’exprimer toute sa gratitude aux journalistes pour leur disponibilité. Il leur a par ailleurs promis qu’une coopération plus accrue entre le CMO et le RJS sera mise sur pied, et a émis le v u d’avoir à terme au Cameroun un journalisme pour le développement. Dans le même sillage, il est également prévu deux voyages d’études à Bakassi et au Nord Ouest, foyers de quelques tensions sociales.

Photo de famille à l’issue des travaux
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé