Société › Société

Les musulmans du Cameroun à l’heure du jeûne du mois de Ramadan

C’est finalement ce samedi que devrait débuter la pratique visant à renforcer la foi chez les musulmans

Consensus sur la date
Ils sont nombreux les musulmans qui s’attendait à commencer le jeûne du moi de ramadan hier vendredi. Jusqu’à tard dans la soirée de jeudi, les membres de la Commission nationale du croissant lunaire ont observé le ciel à travers le pays, pour voir apparaître la lune annonciatrice de cet exercice de foi. Le début du ramadan est déterminé par l’apparition du clair de lune, le soir de la dernière nuit du mois de Châabane, dans ce cas le mois de Ramadan est de 29 jours. L’observation a été rendu difficile cette fois parce que la période coïncide avec la saison des pluies. D’épais nuages empêchaient ainsi de voir clair dans le ciel.

C’est un mois d’abstinence. Mais il faut également se montrer très généreux, les fidèles sont appelés à pratiquer l’aumône.
Président de la commission du croissant lunaire

Selon quelques scientifiques, comme l’astrophysicien Nidhal Guessoum ou l’association algérienne Sirius d’astronomie, il était impossible de voir le croissant lunaire en Afrique, en Europe, en Asie et dans une grande partie du continent américain le jeudi 20 août, en raison de ces couches de nuages. Le début du mois de ramadan 2009 ne pouvait donc débuter le vendredi 21 août, mais seulement à partir de samedi 22 août. Une information que la commission du croissant lunaire a prise à son compte. Le Cameroun devrait donc comme de nombreux autres pays prendre le jeune ce samedi. Le ramadan est un long moment de ferveur chez les musulmans du monde entier.

Coïncidence avec la rentrée scolaire et le retour des congés
Au Cameroun le jeune se fond à la diversité de la culture qui le caractérise. Selon que l’on soit dans la communauté sénégalaise, haoussa de la briqueterie ou dans la communauté bamoun il subsiste des petites différences notamment dans les habitudes alimentaires. Pour de nombreux musulmans cette année, quelques situations devraient rendre l’effort encore plus difficile. L’année 2009 est une année de crise économique comme dans beaucoup pays. Le gouvernement camerounais en raison de sa laïcité ne peut apporter une aide pour des groupes à caractère religieux. Il existe pour cela de nombreuses associations, qui reçoivent l’aide des pays islamiques, l’Arabie saoudite en général, pour permettre aux plus pauvres de traverser cette épreuve. Mais l’aide devrait baisser cette année en raison de la crise et surtout de l’augmentation du nombre de personnes voulant en bénéficier.

Enfin le début du jeune du ramadan cette année coïncide aussi avec la période des rentrés scolaires. La facture risque d’être lourde pour de nombreuses familles, dans un pays où le crédit à la consommation n’existe pas. Une situation qu’il faut relativiser. Au nord du Cameroun les prix sont restés constants. Les récoltes de céréales relativement bonnes et les facilités d’échange avec le Nigéria voisin permettront d’avoir des denrées à des prix raisonnables. Dans les localités Bamouns et Mbamoises, elles aussi majoritairement musulmanes, le ramadan devrait être plus dur. Leur alimentation principale étant basée sur la mais. Cette année, le prix de cette céréale a augmenté sur le marché.


image60.webshots.com)/n
À LA UNE
Retour en haut