International › AFP

Les nombreux rebondissements de l’affaire Daval

Pas d'image

Depuis le meurtre d’Alexia Daval, dont le corps a été retrouvé fin octobre 2017 près de Gray-la-Ville (Haute-Saône), son mari Jonathann Daval, le principal suspect, a multiplié les versions avant son nouvel interrogatoire par un juge d’instruction de Besançon ce jeudi.

– La disparition

Jonathann Daval signale la disparition de sa femme, Alexia, le samedi 28 octobre 2017. Selon lui, après un repas de famille la veille au soir, le couple s’est levé vers 07h00, les époux ont regardé une série à la télévision avant de prendre leur petit déjeuner. L’informaticien de 34 ans affirme qu’Alexia, 29 ans et qui travaille comme employée de banque, est partie faire un jogging. Il donne l’alerte en ne la voyant pas rentrer, appelant les gendarmes de Haute-Saône vers midi.

– La découverte du corps

Lundi soir 30 octobre 2017, un corps est découvert, partiellement brûlé, dans un bois isolé près du lieu de la disparition de la jeune femme. Celle-ci n’est pas formellement identifiée. Le corps, brûlé avant d’être transporté, est caché sous des feuillages. Des analyses ADN confirment le lendemain qu’il s’agit d’Alexia Daval.

Jonathann Daval se présente alors en veuf éploré. Il est entendu comme témoin. L’hypothèse privilégiée est une mauvaise rencontre faite par la jeune femme lors de son jogging. Le maire de Gray, commune de 5.000 habitants, appelle à ne pas céder à la psychose.

Le 4 novembre, l’autopsie révèle que la jeune femme a été étranglée. Ce même jour, des centaines de personnes lui rendent hommage en courant dans plusieurs villes de France.

– La marche blanche

Le dimanche 5 novembre, une marche blanche rassemble entre 8.000 et 10.000 personnes à Gray. Jonathann Daval, en larmes et soutenu par les parents de la jeune femme, prend la parole: « La force de notre couple nous faisait nous dépasser, dans nos sorties et dans notre vie commune. Cette plénitude me manquera terriblement ».

Alexia Daval est inhumée le 8 novembre. Jonathann Daval, effondré, est soutenu par son beau-père. Il se constitue partie civile une semaine plus tard, « pour avoir accès au dossier », selon son avocat Randall Schwerdorffer.

– Les aveux

Le 29 janvier 2018 au matin, Jonathann Daval est interpellé à son domicile de Gray. Dans un premier temps il nie, avant de finalement avouer l’avoir tuée « par accident » lors d’une dispute conjugale. Le couple, qui avait des difficultés à avoir un enfant, connaissait de vives tensions. Le système de traçage du véhicule professionnel de Jonathann Daval et des marques de pneus près du corps correspondant à cette voiture ont permis aux enquêteurs de remonter au mari. Celui-ci nie cependant avoir mis le feu au corps.

Il est mis en examen pour « meurtre sur conjoint » et incarcéré dans une unité psychiatrique en raison de sa fragilité psychologique et physique. Sa belle-famille, qui n’avait « rien vu venir », est « sidérée ».

– Le revirement

Jonathann Daval est entendu à sa demande par le juge d’instruction le 27 juin. Il change de version, nie avoir tué sa femme et accuse son beau-frère, Grégory Gay, d’avoir étranglé la victime au domicile de ses parents dans la nuit du 27 au 28 octobre, tentant de la maîtriser lors d’une crise d’hystérie. La famille aurait ensuite passé « un pacte secret pour étouffer l’affaire ». Des déclarations qui ne collent pas avec les éléments du dossier, pointe Me Jean-Marc Florand, avocat de la famille de la victime.

– La confrontation

Entendu jeudi par le juge d’instruction, Jonathann Daval, qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité, sera confronté vendredi 7 décembre, d’une part à son beau-frère Grégory Gay et à son épouse Stéphanie, soeur d’Alexia, et d’autre part à ses beaux-parents, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, tous parties civiles.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut