Politique › Institutionnel

Les otages camerounais enlevés au large de Bakassi ont été libérés

Le ministre de la communication a prévu de donner les détails au cours d’une rencontre avec la presse ce jeudi

Les otages camerounais enlevés le 6 février dans la péninsule de Bakassi, dans le sud-ouest du Cameroun, ont été libérés mercredi, a affirmé à l’AFP le porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary. Selon une source proche des services de sécurité, « les autorités ont envoyé de l’argent hier mardi aux ravisseurs ». Le 6 février, le sous-préfet d’Akwa, une localité de Bakassi, et 12 personnes qui l’accompagnaient avaient été kidnappés, d’après des déclarations le 9 février de M. Tchiroma qui avait jugé que le sous-préfet n’avait pas respecté les consignes de sécurité. Le rapt des 13 Camerounais avait été attribué par la source proche des services de sécurité à l’Africa Marine Commando (AMC), présenté comme le groupe rebelle le plus actif actuellement à Bakassi. Selon le quotidien privé Mutations, les ravisseurs ont exigé plus d’un milliard de FCFA (environ 1,5 million d’euros) pour la libération des otages.

La péninsule de Bakassi a été le théâtre de plusieurs attaques en moins d’une semaine
En plus du rapt du 6 février, dans la nuit du 6 au 7 février un groupe armé avait pris pour cible une brigade de la gendarmerie à Mbonjo, tuant deux gendarmes, selon le gouvernement. Dans la nuit du 10 au 11 février, un militaire camerounais et un assaillant avaient été tués à Isangele (une localité de Bakassi), alors qu’une femme avait été blessée par une balle perdue, avait affirmé la source proche des services de sécurité sans que l’information soit confirmée officiellement. De même source, des négociations pour la libération des otages avaient été entamées après le retour le 8 février en urgence de Suisse du président camerounais Paul Biya.

Selon un article paru dans le quotidien Mutations, ce sont cinquante personnes qui auraient été enlevées en trois ans. Le dernier cas de piraterie, avant le rapt du week-end dernier était le 22 septembre 2010, 3 français et trois autres expatriés avaient été enlevés. Le 12 septembre 2010 déjà, six marins étrangers avaient été enlevés dans un bateau belge au large de Douala. En mars 2009, les Africa Marine Commando avaient aussi revendiqué l’enlèvement de sept pêcheurs chinois travaillant pour une société de pêche basée à Limbe. Deux ressortissants russes et un lituanien avaient été capturés à bord d’un navire, au large des eaux territoriales camerounaises le 16 mai 2010 par des assaillants. Ils ont été libérés le 4 juillet 2010, après 49 jours de captivité, contre le paiement d’une rançon jamais connue publiquement. C’est la première fois que des responsables de l’administration camerounaise étaient directement otages des assaillants de la zone de Bakassi.

Bakassi, au large du Cameroun et du Nigéria, théâtre des attaques
journal du Cameroun)/n

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé