› International

Les processus électoraux en Afrique centrale évalués à Malabo

«Le succès d’une élection, ce n’est pas la tenue de l’élection elle-même, mais celui de tout le processus»], ont souligné des experts de la CEEAC qui ont pris part à la 38ème réunion de l’Unsac

Malabo, la capitale de la Guinée Equatoriale, a abrité du 29 juillet au 02 août 2014 la 38ème réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (Unsac).

«L’importance des processus électoraux crédibles et pacifiques dans la prévention des conflits» figurait parmi les questions abordées par les participants à cette réunion ministérielle. Ce point a été abordé le 1er août avec le propos du secrétaire général des Nations Unies, lu par son représentant spécial en Afrique centrale, Abdoulaye Bathily. [i «Les élections sont parfois l’occasion de tensions sociopolitiques accrues. Il importe donc que les États disposent de ressources et d’institutions adéquates pour garantir des élections libres, démocratiques et transparentes», a indiqué Abdoulaye Bathily.

«Le succès d’une élection, ce n’est pas la tenue de l’élection elle-même, mais celui de tout le processus qui y conduit», a résumé pour sa part Pierre Siméon Athomo-Ndong, Chef de l’Unité d’appui électoral à la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Ont particulièrement été indexées dans les crises électorales au sein des pays de la sous-région, les institutions qui jouent un rôle dans la tenue des scrutins: commissions électorales, juridictions chargées de régler les contentieux, entités techniques, médiatiques et politiques.

Hormis les questions électorales dans la sous-région, les participants à la 38ème réunion ministérielle de l’Unsac ont également abordé la crise en République centrafricaine. Dans une déclaration publiée sous le titre: «Appel de Malabo sur le Forum de réconciliation nationale et du dialogue politique inter-centrafricain», les ministres des Affaires étrangères et chefs de délégations des Etats membres de l’Unsac ont salué la tenue à Brazzaville, du 21 au 23 juillet 2014, du Forum de réconciliation nationale et du dialogue politique inter-centrafricain. Ils ont invité dans la même lancée les Etats membres du Comité à s’impliquer pour le transfert effectif, le 15 septembre 2014, de la MISCA vers la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA).

«Le Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale fera une nouvelle évaluation de la situation globale dans la sous-région lors de sa 39e réunion prévue à Bujumbura en novembre 2014. La Guinée équatoriale assurera la présidence du Comité jusqu’à cette session du Burundi, qui occupe la première vice-présidence de l’institution. L’Angola (2e Vice-présidence) et le Gabon (Rapporteur) complètent le bureau mis en place à Malabo où le bilan de l’ancienne équipe conduite par le Tchad a été salué par le Comité», note-t-on dans le communiqué ayant sanctionné ces travaux.

L’Unsac a appelé les pays de la sous-région à plus transparence dans les processus électoraux
lapresse.ca)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top