Opinions › Tribune

Les raisons du triomphe de Maurice Kamto à Bruxelles

Par Jean-Marie Moukam

La diaspora Camerounaise de l’Occident a souvent été considérée par le pouvoir de Yaoundé comme un conglomérat d’opposants malfamés, incultes, incapables de s’intégrer au Cameroun et qui dorment dans les caniveaux en Europe.

C’est, cette population très souvent abandonnée à elle-même et marginalisée à dessein par le régime de Yaoundé que le professeur Maurice Kamto s’est donné du temps pour rencontrer, écouter, conseiller, renseigner.

La première étape de ce périple fut Bruxelles du 05 au 07 juin2015. Avant la grande conférence prévue pour le samedi 06 juin 2015, l’enseignant de Droit et président du MRC est allé à la rencontre des Camerounais de la Rue Heyvaert le vendredi 05 juin 2015.

Pour la petite histoire, c’est la fameuse rue où Kontchou Kouomegni fut hué par les Camerounais lors de son dernier passage à Bruxelles le 13 septembre 2013.

Quoi qu’il en soit, la présence de Maurice Kamto à la rue Heyvaert s’est vite répandue comme une trainée de poudre. S’ensuivit donc un déferlement de Camerounais sortis de toute part qui a envahi la célèbre artère de la capitale Belge. Si pour certains ce fut une occasion pour lui serrer la main, d’autres par contre sollicitaient des photos et en profitèrent pour l’entretenir sur divers sujets.

Fidèle à l’humilité qu’on lui connait, le professeur Maurice Kamto s’est donné la peine de consacrer à chacun de ses compatriotes le temps qu’il fallait.

Entre les encouragements et les messages de réconfort , l’émotion était à son paroxysme et c’est un peu la mort dans l’âme , au bout de trois heures d’étreinte avec une diaspora jadis abandonnée à elle-même et visiblement réconfortée que l’illustre enseignant dû prendre congé non sans lui avoir expliqué la place prépondérante qui est la sienne dans le devenir du Cameroun.

Là où Paul Biya s’est déplacé en avril 2014 dans le cadre du 4ème sommet Union Européenne-Afrique avec des centaines de policiers, des services de renseignements et que sais-je encore pour tenir les Camerounais du CODE et du CCD à bonne distance, Maurice Kamto y évoluait en terrain conquis avec un bain de popularité jamais témoigné avant à un autre homme politique.

Le point d’orgue de cette rencontre fut l’auditoire H 2215 (d’une capacité de 300 places) de l’Université Libre de Bruxelles où les Camerounais se sont massivement rendus pour un échange interactif des aspects importants de son positionnement politique.

Ils sont médecins, pharmaciens, étudiants, échevins, conseillers communaux, commerçants, chefs d’entreprises, banquiers .ces Camerounais de Belgique qui ont répondu présent à l’appel du professeur Maurice Kamto.

S’exprimant alternativement dans un anglais impeccable puis en français, le public présent fut émerveillé par son aisance et sa parfaite maîtrise des sujets économiques, sociaux, politiques et culturels qui minent le Cameroun.

L’homme de Droit de s’est pas contenté d’agrainer le chapelet des maux qui minent le Cameroun. Il a également proposé des solutions pour mettre définitivement le Cameroun sur les rails de la modernité.
Que dire des applaudissements nourris qui ponctuaient chacune de ses interventions? Le maître des cérémonies (le très volubile Elie Kadji) fut très vite débordé par une foule en liesse qui visiblement conquis par la pertinence des explications du professeur a spontanément entonnée l’hymne national.

Le Cameroun renaissait de nouveau. La récurrence des applaudissements était si fréquente qu’elle attira de nombreux étudiants étrangers présents sur le campus qui virent découvrir cet homme qui était porté en triomphe par une foule en extase.

Si Mouangue Kobila avait été là, il se serait certainement étouffé dans son venin en voyant l’étendue de la considération et la popularité dont jouit le professeur Maurice Kamto au sein de la diaspora Camerounaise de Belgique.

Si Paul Biya détient pour l’instant le pouvoir, le professeur Maurice Kamto a l’opinion avec lui et rien ni personne ne pourra arrêter sa marche vers Etoudi en 2018.

L’histoire est en marche et elle est irréversible. Des officines du mal et du chaos tapies dans l’ombre à Yaoundé peuvent toujours mandater certains pseudo-intellectuels malfamés (suivez mon regard) pour essayer de ternir l’image de Maurice Kamto. De toutes les façons, c’est peine perdue. Le moment venu, le troupeau saura reconnaître son berger.


Droits réservés)/n



A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé