Politique › Institutionnel

Les réfugiés nigérians qui fuient Boko Haram seront casés à Minawaou

Les autorités locales dans la région de l’Extrême-Nord ont recensé ces deux dernières semaines l’afflux de 9000 Nigérians fuyant les combats. Ils rejoignent 30.000 autres réfugiés

Les réfugiés nigérians qui fuient l’insécurité provoquée par Boko Haram dans la partie nord-est de la première puissance économique africaine seront casés à Minawaou (Extrême-Nord du Cameroun), ainsi en a décidé le gouvernement camerounais en partenariat avec l’UNHCR et d’autres organismes humanitaires présents dans la région. Au cours d’une conférence de presse donnée à Genève mardi, 02 septembre 2014, par le porte-parole du HCR, Adrian Edwards a indiqué qu’il s’agit de quelque 9000 personnes qui sont arrivées au Cameroun en dix jours.

«Les nouveaux arrivants ont fui des attaques récurrentes ces trois dernières semaines dans la région de Gwoza dans l’Etat de Borno au Nigéria, avant leur quête de sécurité au Cameroun. Selon les autorités, quelque 5 500 réfugiés sont arrivés à Kolofata, 3 000 à Kerawa et 370 à Mora, dans les districts de Mayo Sava et de Logone-et-Chari. Cependant, même après leur arrivée au Cameroun, ils ne sont pas nécessairement hors de danger. Dimanche, des insurgés ont attaqué la ville de Kerala au Cameroun, forçant des réfugiés et certains résidents à fuir plus à l’intérieur du Cameroun», relève le HCR.

Le camp de Minawaou, à 120 Km de la frontière Cameroun-Nigéria, dans la région de l’Extrême-Nord abrite déjà 6000 réfugiés nigérians, répartis en 1257 familles, qui y avaient déjà été transférés depuis 2013. Selon le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, le nombre total de réfugiés nigérians au Cameroun s’élève à près de 39.000, y compris les 19.633 enregistrés ces derniers jours par le HCR. Le site de Minawaou a une capacité d’accueil de 39.000 personnes.

Insécurité persistante
La situation sécuritaire ne semble pas s’améliorer du côté nigérian. Lundi, le 1er septembre 2014, l’armée camerounaise a annoncé avoir tué 40 membres de Boko Haram qui tentaient de franchir un pont dans la localité frontalière de Fotokol, département du Logone et Chari. Un soldat camerounais a été touché par des éclats d’obus au cours de cette attaque.

La presse publique rapporte par ailleurs ce jeudi que le dernier contingent de militaires nigérians ayant fui les combats contre Boko Haram lundi lors de la prise de Banki pour se réfugier au Cameroun est rentré mercredi. Les 450 militaires nigérians, selon l’évaluation faite par Cameroon Tribune, étaient cantonnés depuis mardi au commissariat spécial d’Amchidé, dans le département du Mayo-Sava, à la frontière avec la ville nigériane de Banki. «Munis de leurs armes et des véhicules de guerre, ce contingent conduit sous forte escorte des éléments de l’armée camerounaise est arrivé à Maroua vers 12h (mercredi, ndlr) et a poursuivi sa progression vers Mubi eu Nigéria», écrit Le quotidien gouvernemental.

6000 Nigérians sont déjà installés au camp de Minawaou dans l’Extrême-Nord du Cameroun
leseptentrion.net)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé