Sport › Football

Les travaux des états généraux du sport se sont achevés sans solution révolutionnaire

Le rapport des travaux sera présenté en conseil de cabinet cette semaine

De l’avis des nombreux observateurs de la scène sportive camerounaise, il ne fallait rien attendre de spécial à l’annonce de la convocation des Etats généraux du sport par le ministre des sports et de l’éducation physique. Après les préparatifs de ces travaux destinés à procéder à l’état des lieux des différentes disciplines sportives au sein de chaque région du pays, les acteurs se sont retrouvés du 18 au 20 novembre au palais de sports de Yaoundé. Pendant trois jours, ceux-ci ont planché sur les différents problèmes qui freinent l’évolution du mouvement sportif camerounais aussi bien sur le plan national, qu’international. Il fallait donc « mettre de l’ordre », suivant la recommandation du Président de la République, à en croire le ministre des sports, Michel Zoah. Ceci afin de faciliter «l’émergence du sport national d’ici 2035». Un slogan qui à priori, semble concerné tous les secteurs d’activité du pays, et le sport n’y échappe pas. Sans surprise, les participants ont reconnu que le sempiternel problème d’infrastructures sportives, la mauvaise gestion des fédérations, et autre absence de stratégies susceptibles de contenir l’exode massif des sportifs, sont quelques uns des maux qui minent le sport camerounais.

Les recommandations
Les travaux de Yaoundé, ont permis alors aux uns et aux autres, de faire plusieurs recommandations : la mise en application du document relatif à la politique nationale sportive, la construction de nouvelles infrastructures sportives, la mise sur pied d’un code d’éthique à faire respecter au sein des différentes fédérations. Dans le même ordre d’idée, l’on a demandé la revalorisation de l’éducation physique en milieu scolaire, afin de susciter d’avantage l’intérêt des jeunes au sport dès le bas âge. Elaborer un cadre juridique pour les athlètes, construire un bâtiment destiné à abriter les bureaux de toutes les fédérations sportives, font également partis des recommandations des participants, en passant par la signature d’une convention qui lierait l’institut national de la jeunesse et des sports, Injs, aux fédérations sportives. Cette convention sera entre autre axée, sur la formation des entraîneurs dont le statut continue d’être au centre des controverses. Concernant le football, il a été recommandé la révision profonde des textes de la fédération camerounaise de football, Fécafoot, la professionnalisation de cette discipline via la mise sur pied d’une ligue professionnelle de football au sein de ladite fédération. Autant de recommandations qui s’apparentent au déjà entendu, puisqu’elles ne datent pas d’aujourd’hui, leur matérialisation demeurant attendue depuis des décennies.

Les conclusions sur la table du PM
Les Etats généraux des sports et de l’éducation physique qui se sont déroulés sous le thème : « la redynamisation du sport et de l’éducation physique », ont mobilisé près de 1 500 participants venus des institutions d’Etat, des fédérations, des corps de métiers en rapport avec le sport, des centres de formation, ainsi que des médias. Des invités de marque sont également venus partager leurs expériences, dans l’optique de booster le domaine sportif. D’après le Minsep, les conclusions de ces Etats généraux seront acheminées au premier ministre, et jeudi prochain, elles seront soumises à l’appréciation du conseil de cabinet.


Carpentas.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut