Société › Kiosque

Les turbulences de la compagnie aérienne à la Une de la presse camerounaise

La crise entre les passagers désabusés et la compagnie nationale Camair-Co, objet d’un mouvement d’humeur lundi à Yaoundé, fait l’actualité dans des journaux camerounais parus mardi

La crise entre les passagers désabusés et la compagnie aérienne nationale Camair-Co, objet d’un mouvement d’humeur lundi à Yaoundé, la capitale du pays, focalise les journaux camerounais parus mardi, 08 septembre 2015.

 »La colère des clients de Camair-Co », titre le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune qui explique que des centaines de passagers, exaspérés par le report incessant de leurs voyages, ont manifesté lundi matin et ainsi un vol spécial leur a été promis.

« Sauf que le vol spécial annoncé ne compte que 165 places’‘, souffle la publication qui constate que la rengaine, qui dure depuis le 25 août dernier, a fini par agacer les centaines de Camerounais et expatriés disposant de billets d’avion Camair-Co à destination de Paris.

Des voyageurs ont donc menacé d’incendier l’agence de Yaoundé, poursuit Emergence qui confirme que cette situation dure depuis plus de deux semaines.

« Du feu à Camair-Co’‘, s’écrie pour sa part Le Jour d’après qui les malheurs de la compagnie ne sont que la manifestation d’une incurie institutionnalisée par les pouvoirs publics, à l’origine de la création d’une entreprise ne disposant d’aucune garantie de viabilité.

Pour Mutations, c’est « l’incident de trop »: « Avec ce qui se passe en ce moment à Camair-Co, il y a lieu de penser que la compagnie aérienne nationale est loin de sortir de la zone de turbulences dans laquelle elle est entrée moins de 2 ans après son décollage, en 2011. »

Cet autre quotidien à capitaux privés pointe à son tour de nombreux dysfonctionnements internes, une flotte ridicule, un plan de relance inopérant, un management muet alors que de nombreuses menaces de plaintes se profilent à l’horizon.


Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé