International › APA

L’été du mécontentement en Afrique

Cet été, l’Afrique a été le théâtre de nombreuses manifestations, dont certaines sont parmi les plus marquantes de l’histoire récente du continent, à un moment où la récession économique et les incertitudes politiques mettent des millions de pauvres du continent à rude épreuve et que leur patience est chauffée à blanc.Depuis le mois de juin, le continent a été le théâtre de pas moins de seize manifestations réparties sur cette vaste étendue géographique, la plupart d’entre elles portant sur l’augmentation du coût de la vie pour les gens ordinaires dans les pays africains qui souffrent encore de la gueule de bois post-Covid exacerbée par les effets du conflit entre la Russie et l’Ukraine voisine.

De l’Afrique du Sud à la Sierra Leone, en passant par le Soudan, le Sénégal, la Guinée et la République démocratique du Congo, des manifestants sont descendus dans la rue, recourant parfois à une violence extrême pour des raisons diverses, laissant les experts pantois devant les causes de cet été de mécontentement quasi simultané sur le continent.

Il y a quatre mois à peine, la Banque mondiale, qui avait prévenu en avril dernier que les économies du continent pourraient être affectées par le resserrement des conditions mondiales et la réduction des flux financiers étrangers dans la région, avait déjà commencé à s’inquiéter, poussant du coup les gens dans la rue.

Albert Zeufack, l’économiste principal de la Banque mondiale pour l’Afrique, avait alors prédit que la flambée des prix des carburants et des denrées alimentaires entraînerait une hausse de l’inflation qui aurait un impact négatif sur les nombreux pauvres du continent, en particulier ceux qui vivent dans les zones urbaines.

M. Zeufack a mis en garde contre une probabilité accrue d’instabilité grâce à une inflation alimentée par les prix des denrées alimentaires et de l’énergie, ce qui aggraverait les dissensions politiques déjà observées dans certains pays africains.

Le pain et le beurre

Ces prédictions se sont réalisées dans un pays comme le Soudan, où le général Abdel Fattal al-Burhan se maintient en place malgré un mouvement de protestation véhément mené par des civils qui souhaitent le retour à un régime civil dans les plus brefs délais.

Les manifestants avaient des besoins plus immédiats à l’esprit – le prix exorbitant d’une miche de pain qui a grimpé en flèche depuis la chute du dictateur Omar el-Béchir en 2019.

Depuis la révolution alimentée par le pain, le Soudan est sur les nerfs et la tendance des militaires à s’accrocher au pouvoir après la chute d’el-Béchir à la fin d’un règne de 30 ans, a conduit à une « armée civile de mécontents » trop pressée de faire descendre leur militantisme dans la rue et à imposer le changement.

Des dizaines de personnes sont mortes alors qu’un scénario post-Covid désespéré a provoqué des ondes de choc sur l’économie, plongeant des millions de Soudanais dans la pauvreté et la misère.

Le même scénario post-Covid se jouait en Sierra Leone, dernier pays africain à être pris dans le bourbier de violentes manifestations qui ont vu des postes de police incendiés et leurs agents tués.

Les analystes attribuent la situation à l’inflation galopante qui explique les pénuries récurrentes de produits de base comme la nourriture et le carburant et la hausse des prix qu’une population de plus en plus pauvre ne peut suivre.

« Le gouvernement est tout simplement à court d’idées pour faire face aux défis socio-économiques croissants auxquels des millions de personnes sont confrontées en Sierra Leone », affirme un analyste anonyme appartenant à un groupe de réflexion local.

En Afrique du Sud, les protestations ont été alimentées par la hausse du coût de l’électricité, qui a poussé de nombreuses entreprises locales à la faillite et a porté un coup dur aux efforts du gouvernement de Cyril Ramaphosa pour réduire le chômage, notamment chez les jeunes.

Plusieurs personnes sont mortes depuis le début du mois d’août pour protester contre les difficultés économiques croissantes de l’Afrique du Sud, qui ont vu la valeur de la monnaie locale, le rand, s’effondrer au plus fort de la période post-Covid et les crimes liés au chômage et à la pauvreté augmenter sensiblement.

La violence dans le township de Thembisa, au nord-est du pays, un centre financier proche de Johannesburg, a fait deux morts, la police ayant utilisé des méthodes musclées pour nettoyer les rues.

Plusieurs semaines auparavant, l’ancien président Thabo Mbeki avait mis en garde contre le risque d’un printemps arabe en Afrique du Sud si le mécontentement généralisé venait à s’envenimer.

Alors que les manifestations en Guinée, au Sénégal et dans l’enclave semi-autonome du Somaliland visaient davantage à faire des déclarations politiques aux dirigeants de Dakar et de Conakry qu’à autre chose, le mécontentement qui couvait à propos de la hausse des prix des produits de base comme la nourriture et du chômage des jeunes a accentué ces désillusions communes.

Au moins quatre personnes sont mortes lorsque des manifestations ont éclaté à Conakry en juillet en raison de la méfiance croissante à l’égard de la junte militaire dirigée par Mamady Doumbouya, dont le calendrier de transition est largement considéré comme trop lent par une population de plus en plus irritée à l’idée de voir l’armée revenir en politique.

Au Sénégal, le mécontentement de la population à l’égard du pouvoir politique sous la présidence de Macky Sall depuis juin a conduit à des accusations selon lesquelles la police aurait eu la main lourde pour réprimer les manifestations à Dakar et dans la région méridionale de la Casamance.

Il a également été reproché à la réputation de longue date du Sénégal en tant que phare de la paix et de la stabilité dans une région ouest-africaine précaire d’être lentement sapée par la manière dont l’Etat traite la dissidence ouverte au moyen de représailles prétendument musclées.

Dans l’enclave autonome du Somaliland, les protestations ont été dirigées contre le président, que les manifestants ont accusé de tenter de retarder les élections présidentielles.

Le président Muse Bihi Abdi a déclaré qu’au moins cinq personnes étaient mortes et des dizaines d’autres blessées lors des affrontements entre les manifestants et la police, qui a accusé les manifestants de porter et d’utiliser des balles réelles.

Le mouvement de protestation affirme que le président est déterminé à prolonger sa présidence au-delà du mois de novembre, date à laquelle son mandat devrait expirer, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles élections.

Les détracteurs d’Abdi affirment qu’il envisage d’utiliser le Conseil des anciens dénommé « Guurti », le parlement de facto du Somaliland, pour s’accrocher au pouvoir contre la volonté du peuple.

Entre-temps, le message des protestations en RD Congo est mitigé : certaines manifestations sont dirigées contre le gouvernement du président Félix Tshisekédi, qui n’aurait pas tenu ses promesses de créer des emplois, d’accroître la sécurité et de donner aux Congolais ordinaires un espoir pour l’avenir.

Les manifestations de juillet contre la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo ou Monusco ont fait plus de dix morts, dont quelques soldats de la paix.

Les Congolais ordinaires affirment que, bien que la Monusco soit présente en RD Congo depuis plus de deux décennies, la sécurité de ses citoyens n’a connu aucune amélioration au cours de cette période et exigent le départ immédiat de la Mission.

Les manifestants ont accusé les soldats de la paix de l’Onu de retourner leurs armes contre eux, tuant au moins trois d’entre eux dans la ville de Goma, dans l’est du pays, en juillet.

La Monusco est mise en cause pour son indifférence présumée face à l’insécurité des civils dans un contexte de recrudescence des attaques armées de milices, notamment le M23.

Le même mois, des affrontements ont éclaté dans la capitale tunisienne, Tunis, où des manifestants ont tenté de marcher sur le bâtiment de la commission électorale après que le président Kaïs Saied eut limogé le responsable des élections à l’approche d’un référendum organisé en juillet.

L’année dernière, le dirigeant tunisien avait limogé l’ensemble de son gouvernement, révoqué plus de 50 « juges corrompus » et dissous le Parlement, suscitant la crainte qu’il ne mette en péril la démocratie acquise de haute lutte par le pays.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé