International › APA

L’Ethiopie minimise les succès du TPLF

Pas d'image

Le ministre d’Etat aux Affaires étrangères, Redwan Hussein, a déclaré ce mercredi que le Front Populaire de Libération du Tigré (TPLF) ne constitue pas « une menace existentielle » pour l’Ethiopie.Au cours d’une conférence de presse, le chef de la diplomatie éthiopienne a relativisé le délogement de l’armée fédérale à Mekele, la capitale du Tigré, par les rebelles du TPLF. Dans son discours, Redwan Hussein a souligné que « le cessez-le-feu unilatéral tenait compte des objectifs de maintien de l’ordre, de la survie de la nation, des préoccupations de la population du Tigré et de la communauté internationale ».

Selon le Coordinateur en chef de la division du renforcement des capacités militaires, le Général Bacha Debele, Mekele n’est plus le centre de gravité de la menace contre l’Ethiopie. Le ministre éthiopien des Affaires étrangères a ajouté que l’opération militaire visait à neutraliser militairement le TPLF, à reprendre ou à détruire ses munitions volées, à libérer les otages et à faire en sorte que les rebelles répondent de leurs crimes.

Dans cette mission, M. Hussein a affirmé que le gouvernement avait atteint ses objectifs. C’est pourquoi il a précisé que le cessez-le-feu procède de la volonté de l’Ethiopie d’éviter la mort de civils en raison de la propagande à caractère ethnique du TPLF.

Partant de là, le chef de la diplomatie éthiopienne a invité les Tigréens à réfléchir aux avantages et inconvénients de s’associer à un groupe terroriste pour combattre les troupes éthiopiennes qui assurent la protection et l’aide humanitaire dans la région.

Le conflit au Tigré aurait coûté environ 2,5 milliards de dollars à Addis-Abeba pour notamment la réhabilitation de la région et les œuvres humanitaires. Avec la cessation des hostilités, a précisé Redwan Hussein, la communauté internationale devrait pouvoir augmenter l’aide humanitaire indispensable à la population du Tigré.

Les autorités éthiopiennes sont persuadées d’avoir anéanti les capacités militaire, administrative et organisationnelle du TPLF qui, en aucun cas, ne pouvait obliger les forces éthiopiennes à quitter la ville.

Toutefois, le Premier ministre, Abiy Ahmed, a annoncé que des insurgés, en se faisant passer pour des civils, ont tué plusieurs soldats fédéraux au Tigré avec des kalachnikovs et des machettes. Ce dernier justifie le cessez-le-feu par la nécessité pour l’Ethiopie de prendre en charge « d’autres affaires prioritaires dans d’autres régions du pays. Par conséquent, elle doit économiser son argent et ses armes ».


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
Advertisement
error: Contenu protégé