Opinions › Tribune

Lettre à celles et ceux qui ont porté et soutenu notre combat !

Par Dr Vincent-Sosthène Fouda, Président du Mouvement Camerounais Pour la Social-Démocratie

Chers(es) amis(es),

Chères et chers volontaires, anonymes et gens connus,

Le 6 novembre 2009, j’annonçais ma candidature à l’élection présidentielle du Cameroun qui devait alors se tenir hypothétiquement en octobre 2011. Cette annonce, je l’avais faite sur mon site www.generationcameroun2011.com

Très peu de médias nous avaient suivis mais au fil des mois, notre candidature, plus que nos propositions, a été prise au sérieux. Nous voulions le contraire. Les propositions faites aux peuples du Cameroun sont contenues dans quatre ouvrages : Cameroun Generation 2011 ; de vous à moi en 2010, Cameroun Generation 2011 : C’est le moment, nous devons nous y engager ! Cameroun Generation 2011 de vous à moi en 2011 et enfin Cameroun pour une nouvelle éthique à la fonction publique. Ces ouvrages sont appelés à nourrir nos réflexions et nos échanges parce que c’est ensemble que nous devons construire notre pays. Aujourd’hui, nous avons franchi le cap de 76.000 (soixante-seize mille) connexions, plus de 240.000 personnes reçoivent notre « poste » via notre Netletter. Je tiens à vous remercier pour votre engagement personnel dans ce que je considère comme une magnifique campagne qui nous a permis de nous connaître, de nous soutenir dans les épreuves mais et surtout nous a permis de modifier le visage de la politique au Cameroun.

Pendant la pré-campagne, nous avons marqué des points sur l’ensemble du pays et au sein des communautés camerounaises installées à l’extérieur du pays. Nous avons comme nous le souhaitions, obligé différents états-majors de partis politiques à présenter des programmes et non plus à distribuer riz et poissons comme cela se faisait dans le passé. Oui à force de conviction, nous avons remporté ce qu’il y a de plus promoteur en politique : le débat d’idée. Nos idées ont fait mouche ainsi que les mots pour les exposer à nos concitoyens. Nous avons ouverts de nouveaux chemins politiques pour notre pays. Notre candidature a été rejetée et non invalidée, suivant une logique qui avait été savamment mise en place par le secrétariat général du RDPC et contenu dans une publication du journal Aurore Plus du 4 février 2011 sous le titre : Présidentielle 2011-Tripatouillages : Chronique d’une réélection programmée

Oui nous avons gagné par la force de nos propositions et la justesse de notre stratégie. C’était une étape nécessaire et essentielle. Elle a été franchie grâce à l’apport de tous. Il y a eu une petite équipe qui a travaillé dans l’ombre pour vous faire vivre jour après jour la pertinence de nos idées sur le site www.generationcameroun2011.com Je voudrais dire merci à monsieur Maurice Ze pour son travail ici, je connais son engagement personnel comme celui de chaque membre de cette équipe. Je connais les heures passées dans cette campagne, et je tenais à vous en remercier personnellement et chaleureusement. Oui mes remerciements vont à tous ces visages inconnus du public, à toutes ces petites mains qui ont travaillé jour et nuit pour distribuer tracts et affiches jusque dans les coins les plus reculés du pays. À toutes, à tous et à chacun merci.

Nous avons choisi d’appeler les camerounais à s’abstenir d’aller voter, beaucoup d’entre vous m’ont fait part de leur sentiment d’incompréhension, et pour certains d’entre vous d’abandon, pour ce choix politique. Cet appel venu de nous mais aussi de certains artistes, du choix personnel des citoyens camerounais, a été une réussite soit un taux de participation de 30% suivant le rapport de Transparency International.

Mon devoir d’homme politique est de vous faire connaître les raisons qui m’ont conduit à faire ce choix difficile mais nécessaire pour l’avenir de notre pays. La composition d’Elecam, la Cour Suprême, la Commission Nationale de Recensement de Vote dite Commission Atangana, le jeu double de l’essentiel des leaders de l’opposition dont plusieurs ont vu leur caution de 5 000 000 de Francs CFA payée par le RDPC et ses nombreux amis visibles et invisibles, m’y ont conduit. Rapidement j’ai compris que le Président Biya allait gagner cette élection sans faire campagne. Il nous fallait donc lui montrer qu’il n’a pas la maîtrise et la mainmise sur l’électorat contrairement à ce qui est chanté par l’élite acquise à sa cause. En faisant mordre la poussière à la fois à cette élite mais aussi au Président mal élu parce que le peuple ayant choisi de vaquer ordinairement à ses occupations, nous prenions date à la fois avec le Cameroun mais aussi avec tous les partenaires politiques du Cameroun. Grace à vous nous avons remporté cette victoire, quelque soit le gouvernement qui sera formé au Cameroun il n’aura aucune crédibilité. Ni le retour de Garga Haman Adji au gouvernement qu’il avait quitté simplement par calcul politique (il pensait à l’époque que le SDF allait s’installer durablement aux affaires et lui offrirait alors le poste de premier ministre), ni l’entrée au gouvernement de ceux et celles dont les candidatures ont été pilotées depuis le Palais des Congrès par le Secrétariat Général du RDPC ne résoudra ce problème de légitimité. Voilà la victoire du peuple camerounais et cette victoire est aussi la nôtre.

Ceux et celles qui sont aux affaires aujourd’hui sont des frères siamois, issus de la même école que ceux et celles qui sont dans l’opposition. Ils ont enfanté des enfants qui leur ressemblent aussi. Presidentielle-2011 : Olivier Bilé, un candidat de la crtv vendeur d’illusions

Comme vous pouvez le constater, la vie d’un homme politique n’est pas de tout repos. Il faut en très peu de temps trouver des solutions, les meilleures c’est mieux. C’est ce que nous avons fait pour construire le futur avec vous.

Le Cameroun cherche l’homme providentiel.

Il n’y a pas d’homme providentiel sans l’audace des peuples, le Cameroun aujourd’hui a besoin de ses peuples pour se remettre dans le sens de la marche. Oui l’homme providentiel que toutes les camerounaises et tous les camerounais cherchent dans le suffrage universel devra dans un avenir que nous voulons proche passer un contrat avec ces peuples. Ces peuples en retour devront au préalable travailler les uns pour les autres afin justement qu’en leur sein surgisse cet homme. Nous avons posé des actes novateurs dans la vie politique camerounaise, un de ces actes est la naissance de la démocratie citoyenne qui consiste à faire naitre un programme politique des échanges que les leaders politiques ont avec les populations ; mieux nous avons aussi redonné, peut-être pas suffisamment, à la population camerounaise la place qui est sienne dans la construction du Cameroun. Voilà pourquoi l’abstention a été et demeure une victoire politique pour les peuples libres.

Depuis l’élection présidentielle, j’ai pris la parole de façon utile pour m’adresser tour à tour aux camerounaises et aux camerounais, mais aussi pour m’adresser à nos gouvernants, j’ai interrogé les institutions qu’ils dirigent, qu’ils représentent voire qu’ils incarnent. Oui dans ma tribune paru dans les colonnes de Mutations du 28 octobre 2011 « Lendemains d’élection : politiques de toutes les chapelles unissez-vous »

J’ai essayé de montrer que la solution au problème politique camerounais qui est d’ailleurs le père de tous les problèmes de notre pays aujourd’hui, réside dans l’incapacité des leaders politiques où de ce qu’il en reste à être en phase avec le devenir commun des hommes et des femmes qui font la beauté de ce triangle national ; c’est-à-dire les populations. Nous savons que la désunion fortifie la désinvolture du visage dominant d’un pouvoir illégitime, nous savons que cette désinvolture est humiliante pour chacun d’entre nous et pour l’ensemble des peuples du Cameroun. Voilà pourquoi j’ai aussi pris la parole le 4 octobre 2011 pour expliquer aux Camerounaises et aux Camerounais pourquoi le 9 octobre 2011 date de l’élection présidentielle, j’ai décidé que je n’irai pas voter. njanguipress.com Ce texte a été relayé par plusieurs sites Internet mais aussi par le quotidien le Messager. Le 20 octobre 2011 à nouveau j’ai choisi de m’adresser aux Cameroun à travers une tribune dans le quotidien Le Jour

Dans cette tribune j’ai essayé d’ouvrir d’autres perspectives en montrant que l’ascenseur social dans notre pays est inexistant. Ce constat reste vrai aujourd’hui et le sera encore demain si nous nous obstinons à nous enfermer dans « l’ultra-libéralisme communautaire » avec ce que celui-ci a de plus vicieux dans notre pays : promotions canopées, sous-mission sexuelle. Ce que nous faisons est un travail de rénovation de la vie politique camerounaise, c’est nécessaire et ce chantier ne peut plus attendre longtemps. Les faits que nous mettons à jour aujourd’hui comme nous l’avons fait hier dans un travail minutieux et scrupuleux, n’ont point altéré notre jugement. bien au contraire, nous plaçons aujourd’hui sur le même pied d’égalité le régime en place au Cameroun et l’opposition noyauté, c’est la même pièce de monnaie. Au final nous voulons cependant que le peuple non seulement prenne conscience de ce jeu de dupe mais et surtout qu’il prenne ses responsabilités face à lui-même mais aussi face à l’histoire. Personnellement je ne suis point dépouillé de toute préférence personnelle, la mienne de préférence je la voue au Cameroun et à ses peuples.

Cameroun Generation 2011 demeure dans les choix possibles

Le 9 octobre 2011 s’est ouverte une autre page de notre combat politique. Nous sommes tous appelés sans exceptions à continuer à exister sur les plans politiques nationale et internationale par notre force de proposition et par notre dynamisme. Mais il y a une vie après la présidentielle. C’est une vie de travail dans l’enseignement et la recherche. C’est aussi une vie de famille avec ceux et celles qui la partagent au quotidien. Le site generationcameroun2011.com et[generationcameroun2011.org-> www.generationcameroun2011.org] qui ont porté cette campagne vont fermer leurs portes mais le concept reste le vôtre tel que nous l’avons déposé dans les sociétés de protection des propriétés intellectuelles respectivement en Afrique du Sud, au Cameroun, en France et au Canada. Vous attendez de moi que je fasse des choix, parfois contre l’avis de la majorité pour l’intérêt de la cause qui est la nôtre. Financièrement nous ne pouvons pas maintenir en vie notre site même s’il est le site politique le plus visité aujourd’hui par les internautes camerounais et certainement par des femmes et des hommes venus d’autres horizons. Trois universitaires consacrent leurs recherches en ce moment sur ce fait nouveau dans la politique camerounaise. Nous sommes heureux de l’avoir initié.

Nous allons nous orienter vers les blogs moins lourds et plus faciles à gérer, trois sont déjà en activité. Ils ne présentent certes pas les mêmes avantages mais financièrement sont supportables.

Je voudrais terminer sur des observations personnelles. J’ai reçu beaucoup de messages de méchante désapprobation, d’insultes, et de noms d’oiseaux de toutes sortes de plumes. J’ai même lu que je me serais laissé pousser dans cette aventure présidentielle pour servir d’intérêt à telle ou telle autre personne. Mais ceux et celles qui croient cela savent-ils que l’avenir est devant nous ? Que fort du soutien des uns et des autres, ensemble nous bâtirons le Cameroun de demain.

Voilà pourquoi j’appelle à l’Unité et à l’Union aujourd’hui et demain. Quoi qu’il advienne je reste persuadé que nos propositions ne resteront pas longtemps dans les bibliothèques, elles seront portées plus hauts par les uns et les autres pour l’avènement d’un Cameroun Debout. C’est pour cela que nous devons continuer à travailler.

Chères amies, chers soutiens, je vous prie de croire en l’assurance de ma plus fidèle amitié.


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé