Opinions › Tribune

Lettre ouverte à Ban Ki-Moon sur la situation de la Côte d’Ivoire

Par Maurice Lohourignon, président du Comité exécutif du Mouvement Solidarité pour Laurent Gbabgo

Monsieur le Secrétaire Général,
Au moment où s’ouvrent les travaux de la soixante-neuvième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le peuple ivoirien tout entier est tourné vers New York aux Etats-Unis où séjourne actuellement Alassane Dramane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, soi-disant, présenter la situation officielle de son pays. A cette occasion, le Mouvement Solidarité pour Laurent Gbagbo voudrait confronter son discours que vous entendrez à la situation réelle sur le terrain.

Monsieur le Secrétaire Général,
L’homme fort de la Côte d’Ivoire exécutera probablement son même couplet habituel sur l’importation de la démocratie en Côte d’Ivoire au bout du canon et au prix du sang. Il vous dira que depuis le bombardement de la résidence du Président Laurent Gbagbo, la Côte d’Ivoire va très bien. Comme à son habitude, il dira que le taux de croissance est très élevé et que les investisseurs se bousculent à la porte de la Côte d’Ivoire ; il dira que la BAD et les autres institutions internationales sont de retour et que le pays sera émergent en 2020.

Ce mensonge d’Etat fait très mal aux Ivoiriens dans leur chair et dans leurs assiettes. La situation des droits de l’homme n’a jamais été pire en Côte d’Ivoire comme aujourd’hui. Le social n’a jamais été absent des politiques publiques comme de nos jours. L’homme fort s’en fout. Il musèle tout le monde par les armes à feu, le gel des avoirs et des comptes bancaires, l’attribution des libertés provisoires et les nominations par intérim.

Monsieur le Secrétaire Général,
Le Président ivoirien ne vous dira pas que les seuls investisseurs qui arrivent en Côte d’Ivoire depuis son coup de force sont uniquement ceux qui trouvent une place dans les avions présidentiels et dans les valises diplomatiques sous l’appellation honteuse d’accords de coopération. Il ne vous dira pas que la Côte d’Ivoire est parmi les champions du monde en matière de surfacturation du commerce extérieur, ce qui est contraire à la libre compétition. Il ne parlera pas de la fracture sociale qui est catastrophique et qui expose le citoyen moyen à la précarité. Il ne parlera pas certainement de l’insécurité qui se prolonge jusqu’à l’intérieur de nos maisons à travers ses milices de dozos, ses groupes de « microbes » et autres groupes armés parallèles que ses proches collaborateurs entretiennent pour semer la terreur au quotidien. Il ne vous parlera pas de la Commission électorale qui est impartiale et indigne d’un pays comme la Côte d’Ivoire.

Monsieur le Secrétaire Général,
Le Mouvement Solidarité pour Laurent Gbagbo vous interpelle sur :
La maltraitance et le traitement inhumain et indigne réservé aux détenus arbitraires accusés d’être proche de Laurent Gbagbo. Depuis le 1er septembre 2014, ils sont en grève de la faim pour demander leur jugement ou leur libération. La presse ivoirienne parle déjà de « suicide collectif » à la Maison d’Arrêt d’Abidjan ainsi que dans d’autres mouroirs qui tiennent lieu de prison. Il est de votre devoir de suivre ce dossier de très près après votre intervention discutable dans la crise ivoirienne.
La volonté macabre de Monsieur Ouattara de détenir arbitrairement en détention et sous votre bénédiction les principaux opposants ivoiriens jusqu’à la fin des élections présidentielles de 2015. Il s’agit là d’une autre forme d’ivoirité judiciaire qu’il introduit et qui risque d’avoir les mêmes méfaits que l’ivoirité politique introduite et entretenue par son actuel complice, Henri Konan Bédié. Pour rappel, l’éligibilité des deux complices a été assurée par Laurent Gbagbo qui les a rappelés avec leur rébellion au sein de la République en leur garantissant le financement public de leurs activités politiques. Il est de notre devoir de vous demander quelle leçon de démocratie vous voulez transmettre à la jeunesse africaine lorsque vous accueillez le nouveau dictateur ivoirien les bras ouverts.
L’occupation arbitraire des maisons et des villages des citoyens accusés d’être pro-Gbagbo par des milices qui défient l’armée régulière et qui contraignent les adversaires politiques à vivre dans l’indigence et sans domicile fixe en vue de les exposer au clientélisme politique. Il est de notre devoir de vous demander si tel était l’objectif poursuivi par votre intervention hautement discutable en Côte d’Ivoire. Votre idéal était-il de soumettre aux pieds des impérialistes les défenseurs de la souveraineté ivoirienne ?
Le rattrapage ethnique qui attribue la légitimité sociopolitique aux seuls proches de la rébellion du nord. Il est de notre devoir d’attirer votre attention sur l’exacerbation de la tension sociale et le risque d’explosion sociale si vous continuez d’être une caution pour toutes les formes de ségrégation en Côte d’Ivoire.

Monsieur le Secrétaire Général,
Nous voulons croire que les Nations Unies restent une tribune juste et équitable. Nous vous interpellons donc sur la justice des vainqueurs qui a conduit Laurent Gbagbo à La Haye loin des exigences de réconciliation nationale et qui laisse le pays entre les mains des plus violents qui n’ont aucune formation au maintien de l’ordre et au maintien de la paix. L’actualité au Front Populaire Ivoirien (FPI) a montré trois ans après que le seul vrai chemin pour reconstruire la Côte d’Ivoire est la réconciliation avec
Laurent Gbagbo au tour de la table. Nous vous décourageons d’être l’incarnation de ces institutions internationales qui proposent pour des raisons impériales de mauvaises solutions à l’Afrique.

Maurice Lohourignon
ladepechedabidjan.info)/n

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé