Opinions › Tribune

Libération des otages: Comment voulez-vous que je me taise?

Mathieu Mbarga-Abega estime que la réciprocité en terme d’images n’a pas été respectée par les médias français comme ça été le cas au Cameroun

Concernant la libéralisation des otages Français au Nigéria et rendus aux autorités camerounaises, la réciprocité en terme d’images entre les responsables politiques Français et Camerounais, n’a pas été, côté Français à la hauteur de la couverture médiatique indispensable pour l’image des deux pays et n »en déplaisent aux lâches qui veulent qu’on enterre ce débat, pourtant c’est une injustice faite au Cameroun.

Dans ces conditions, comment voulez-vous que je me taise ?
Autant les médias camerounais ont largement diffusé les images de ces otages Français entourés de l’Ambassadeur Français au Cameroun, à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen, au pays de Paul Biya, à sa chancellerie et à la présidence de la République camerounaise. Autant en France, l’image de l’Ambassadeur du Cameroun en poste à Paris, a été boycottée par les télévisions françaises lors de l’accueil à l’aéroport de Roissy, de ces otages Français venant du Cameroun. Pourtant ce diplomate Camerounais était bien à côté de ces otages, mais, les caméras des télévisions de notre pays ont préféré montrer le président François Hollande, entouré de son premier ministre et des otages. Un boycottage médiatique systématique des personnalités africaines en visite en France ou en poste, que, je dénonce sans succès depuis 1984. Les Camerounais devraient s’indigner contre cet accueil pour le moins irrespectueux. Pour l’avenir, j’exige la réciprocité de la couverture médiatique raisonnable entre les dirigeants politiques Français et les dirigeants politiques Africains, et ce, lors des visites de ces derniers dans les deux continents, ce serait déjà un début de respect envers les Noirs. Certains Noirs de services, les soumis, prétendent qu’en dénonçant des saloperies humaines ou des injustices comme je le fais depuis plus vingt cinq ans dans les médias en France, que « j’aime la polémique ». Ils n’ont pas tout à fait tord, parce que, je suis journaliste d’opinion et un intellectuel dynamique, qui est insatisfait de ces saloperies humaines, trop présentent dans notre société en crise ont un bel avenir, moi aussi, je ne cesserais point à me lever contre elles.

C’est pourquoi, j’affirme que la politique de la coopération de développement « La FrancAfrique Business» entre la France et l’Afrique depuis cinquante ans, est un marché de dupe, qu’il faut impérativement que européens et africains mettent un terme en 2013. Pour connaître le travail d’un intellectuel insatisfait ou d’un sage maudit, qui plaide pour les causes perdues d’avance, je vous propose de le découvrir sur ma page Web « Afrique Actuelle News », et dans ma chronique généreuse « Comment voulez-vous que je me taise », qui sont des tribunes de réflexion dont le principe est le débat d’idées et non les insultes, les Africains ordinaires confondent souvent les deux. Bravo à vous qui n’avez pas peur de dire la vérité.

Mathieu Mbarga-Abega, journaliste politique et écrivain
Mathieu Mbarga Abéga)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut