Société › Kiosque

Liberté de la presse: Un journaliste incarcéré à Ngaoundéré

Lamissia Adolarc, correspondant du quotidien Le Jour dans le Nord Cameroun enquêtait sur des arrestations, il a été retenu et incarcéré à son tour

Selon un communiqué du Réseau des Journalistes du Septentrion (RJS) qui exige la libération de Lamissia Adolarc, correspondant du quotidien Le Jour dans le Nord Cameroun, le journaliste a été interpellé puis gardé à vue dans les locaux du poste de liaison de la Direction générale de la recherche extérieure – la Dgre, de l’Adamaoua depuis mercredi 30 mars 2011 à 11 heures. Comme crime, le journaliste s’y est rendu pour recouper une information suite à l’incarcération dans ces mêmes lieux du responsable de la société de production de l’huile de palme Pamol. En effet, dans la journée du 29 mars 2011, le responsable de la société Pamol embarque en direction du Sud-Ouest Cameroun près de 150 jeunes recrutés pour les besoins de la plantation de palmier à huile. Les éléments de la Dgre insinuent la constitution d’une rébellion contre le pouvoir de Yaoundé. Ils interpellent le responsable Pamol qui est aussitôt gardé au poste de liaison. Mis au parfum de cette information, le reporter du Jour s’empresse de la recouper auprès du gouverneur de l’Adamaoua, qui, occupé, le renvoie chez le secrétaire général des services du gouverneur.

Las de n’avoir pas obtenu des renseignements, il se rend donc dans les locaux de la Dgre et les éléments en poste l’ont aussitôt gardé à vue depuis le mercredi 30 mars 2011 à 11 heures. Aux dernières nouvelles, Adollarc Lamissia aurait été transféré à la prison centrale de la ville de Ngaoundéré selon Denis Nkwebo, rédacteur en chef dudit quotidien. Cette interpellation pour le moins abusive intervient quelques mois seulement après celle du vendredi 10 décembre 2010 où Adollarc Lamissia a été gardé à vue puis relaxé par des éléments de l’antenne de la Sécurité militaire (Semil) de l’Adamaoua. Elle faisait suite à l’article publié dans l’édition du quotidien Le Jour du 10 décembre 2010, lequel révélait la tentative d’assassinat menée par un sergent contre le commandant du 5ème Bataillon d’intervention rapide (BIR). Les responsables de la Sécurité militaire souhaitaient alors que le journaliste révèle les sources qui lui ont fait tenir cette information, ce au mépris des règles déontologiques du journalisme qui assurent le secret des sources.

Face à cette situation, le Réseau des Journalistes du Septentrion (RJS) condamne fermement cette garde à vue irrégulière, ce d’autant qu’elle ne fait l’objet d’aucun acte administratif. Le Réseau s’insurge contre cet acte, caractéristique des régimes policiers et s’étonne de la fébrilité avec laquelle les forces de l’ordre se mobilisent pour une affaire qui n’en est pas une. Le Réseau des Journalistes du Septentrion (RJS) appelle à la libération immédiate et sans condition du journaliste Lamissia Adollarc.

Lamissia Adolarc, correspondant du quotidien Le Jour dans le Nord Cameroun
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé