Transport › Circulation

Libre circulation en zone Cemac : le cri des Camerounais

frontière Cameroun-Guinée équatoriale

A l’occasion du lancement de la 12e journée africaine des frontières jeudi dernier à Abong-Minko’o, les riverains ont demandé une ouverture permanente.

La célébration de la 12e journée africaine des frontières dans la localité d’Abang Minko’o, département de la ville du Ntem, région du Sud, s’est déroulée hier suivant une formule propre aux peuples bantous. Il s’agit précisément de ces consultations publiques (sorte d’arbre à palabre) au cours desquelles, des chefs traditionnels des villages frontaliers du Cameroun, du Gabon et de la Guinée Equatoriale, ont exposé les problèmes auxquels ils font face au quotidien.

Ceux-ci sont globalement relatifs aux entraves qui plombent la libre-circulation des biens et des personnes. Pour Cameroon tribune, il y a par exemple la multitude des points de contrôle installés sur le corridor Ambam Bitam et vice-versa, ou encore sur Ambam-Kye- Ossi-Bitam, lesquels sont sources de conflits entre les populations. A titre d’illustration, sur le linéaire Ambam-Bitam, long de seulement 4 km, on ne recense pas moins de cinq check points.

Et à chacun de ces postes, tout commençant, peu importe sa nationalité, doit débourser 2000 F afin d’obtenir son « laisser passer ».Idem pour les citoyens gabonais qui franchissent les frontières camerounaises avec des cartes d’identités périmées. A ce grief de greffe la fermeture constante des frontières Guinée-Equatoriale-Cameroun-Gabon. Un fait qui n’est pas sans impact sur les échanges commerciaux des différents pays.

Avec des pertes importantes de recettes fiscalo-douanières de part et d’autre. Autre point de friction soulevé par les chefs traditionnels : les multiples agressions dont sont victimes les différentes populations de la part des forces de maintien de l’ordre.  Par ailleurs, du fait de cette pesanteur, il est difficile pour les familles installées de part et d’autre de se rendre à des cérémonies mortuaires organisées chez leurs « frères » que les frontières physiques ont séparé.

D’une seule voix, ces autorités plaident pour la recherche des solutions imminentes, afin que la libre-circulation soit une réalité. Ecoutant attentivement les plaintes posées par ces  populations, le ministre de l’Administration territoriale, Atanga Nji Paul et son collègue gabonais en charge de la Décentralisation, de la Cohésion et du Développement des territoires, Michel Menga M’Essome, ainsi que les délégations de l’Union africaine, de la Ceeac et de la GIZ, qui prenait part à cette activité, ont promis de rendre fidèlement compte à leurs chefs d’Etat respectifs, afin que des solutions idoines soient apportées.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé