Personnalités › Jeunes talents

Ligue 1 française: Qui est Ibrahim Amadou? la nouvelle recrue de Lille

Le Franco-camerounais est la dernière recrue du Losc en date. NĂ© Ă  Douala mais arrivĂ© en France Ă  l’âge de quatre ans, le footballeur de 22 ans est considĂ©rĂ© comme un

Dernière recrue lilloise en date, le Franco-camerounais Ibrahim Amadou a dĂ©couvert le centre d’entraĂ®nment « Domaine de Luchin », jeudi, 16 juin 2015. L’occasion d’en savoir un peu plus sur ce puissant milieu de terrain dĂ©fensif de 22 ans.

Lillois, sans hésitation
«Je suis très heureux d’ĂŞtre enfin un joueur du LOSC. C’est une satisfaction et un gros soulagement, car j’attendais ça depuis des semaines. Quand on m’a annoncĂ© l’intĂ©rĂŞt de Lille, j’Ă©tais Ă  la fois content et surpris. J’avais aussi la possibilitĂ© de partir Ă  l’Ă©tranger, mais Ă  mon âge et n’ayant Ă©voluĂ© qu’en Ligue 2, c’Ă©tait trop tĂ´t. Je n’ai donc pas vraiment hĂ©sitĂ© Ă  m’engager ici, dans un club qui fait confiance aux jeunes. C’est idĂ©al pour progresser. Je suis impatient, j’ai hâte de porter ce maillot.»

Initié en région parisienne, formé en Lorraine
«Je suis nĂ© Ă  Douala au Cameroun (le 06/04/1993), mais je suis arrivĂ© en France Ă  l’âge de 4 ans. J’ai donc toujours vĂ©cu ici, plus prĂ©cisĂ©ment Ă  Colombes (92). En ce qui concerne le foot, j’ai dĂ©butĂ© dans une petite Ă©quipe de quartier, l’AS Cheminots Ouest. J’ai ensuite signĂ© au Racing Club de France. Puis j’ai rejoint le centre de formation de Nancy Ă  l’âge de 15 ans, oĂą j’ai passĂ© sept annĂ©es. Aujourd’hui, je ne possède pas la double-nationalitĂ©, je suis uniquement Français. J’ai mĂŞme dĂ©jĂ  portĂ© le maillot bleu en sĂ©lection U19.»

Fidèle au(x) poste(s)
«J’ai Ă©tĂ© formĂ© comme dĂ©fenseur central, mĂŞme s’il m’arrivait parfois de dĂ©panner dans l’entrejeu. La saison dernière, le coach nancĂ©en, Pablo Correa a dĂ©cidĂ© de me remonter d’un cran, en tant que milieu dĂ©fensif. Il me pensait capable d’ĂŞtre meilleur dans ce registre. Je pense qu’il a eu raison puisque je m’y suis vite bien senti. Je me dĂ©crierais comme un joueur qui harcèle le porteur du ballon, qui essaye d’en rĂ©cupĂ©rer le plus possible et de les bonifier en jouant simple.»

Le petit jeune devenu cadre Ă  Nancy
«Je viens de vivre ma première saison pleine chez les pros (36 matchs de Ligue 2 dont 34 titularisation, ce qui a fait de lui le deuxième NancĂ©en le plus utilisĂ© en 2014-2015). Elle fut assez compliquĂ©e et irrĂ©gulière, avec un gros dĂ©but de championnat. Nous Ă©tions bien partis, puis avons connu un trou en dĂ©cembre et janvier. On s’est ensuite mis Ă  regagner et Ă  retrouver des espoirs de montĂ©e, mais ça n’a pas suffi. Personnellement, j’ai toujours donnĂ© mon maximum. MĂŞme si j’Ă©tais l’un des plus jeunes, j’ai essayĂ© de prendre des responsabilitĂ©s dans l’Ă©quipe.»


Vus à la télé, puis partenaires de vestiaire
«Aujourd’hui, je franchis un nouveau palier dans ma carrière. Mon objectif est de jouer le plus possible, de gagner du temps de jeu. Après, je sais que ce sera très compliquĂ© puisqu’il y a pas mal d’Ă©lĂ©ments d’expĂ©rience Ă  mon poste, comme Rio Mavuba, Florent Balmont ou Mounir Obbadi. Ce sont de grands joueurs que j’Ă©tais habituĂ© Ă  regarder Ă  la tĂ©lĂ©. J’ai très envie d’Ă©voluer Ă  leurs cĂ´tĂ©s. Je suis sĂ»r que leur vĂ©cu va beaucoup me servir dans ma progression.»

Deux ans d’Ă©cart entre sa 1ère et sa 2ème minute de jeu en Ligue 1?
(Ă  propos de son expĂ©rience en Ligue 1) «Il est vrai que j’ai dĂ©jĂ  disputĂ© un match, ou plutĂ´t une seule minute en Ligue 1. Ça ne compte pas (il sourit). C’Ă©tait en 2012-2013, lors de la toute dernière journĂ©e (Brest-ASNL, 1-2). Le coach m’avait fait entrer pour les dernières secondes. Vu qu’on Ă©tait assurĂ©s de descendre, il avait voulu me faire goĂ»ter Ă  l’Ă©lite.»

Un best friend déjà chez les Dogues
«Je suis très ami avec Julian Jeanvier, que je considère mĂŞme comme mon frère. Nous avons un an de diffĂ©rence et sommes arrivĂ©s au centre de formation de Nancy en mĂŞme temps. Lui a suivi son chemin en signant au LOSC, quand moi je suis restĂ© en Lorraine. Et aujourd’hui, on se retrouve ici. Après, je connais les autres de rĂ©putation, bien sĂ»r, ou pour les avoir affrontĂ© en Ligue 2. C’est notamment le cas de Soualiho MeĂŻtĂ© Ă  Auxerre et de Sofiane Boufal Ă  Angers.»

Ibrahim Amadou
sports.orange.fr)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut