International › APA

L’impact de la pandémie sur le tourisme au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce mercredi se focalisent sur les répercussions de la crise sanitaire sur le secteur touristique.+Al Bayane+, qui s’attarde sur l’impact de la fermeture des frontières sur la vie quotidienne des Marocains, écrit que le Maroc a, certes, privilégié une « approche hautement citoyenne » par la fermeture des frontières, mais la pandémie est déjà dans nos murs, d’autant plus qu’Omicron est produit dans le pays et non importé d’ailleurs.

« Pourquoi alors, continuer à cadenasser toutes les issues en assénant des coups durs à l’économie de la nation ? » se demande la publication, soulignant que beaucoup de domaines de la vie au quotidien s’activent avec les flux étrangers, tels le tourisme, le transport, la restauration à vocation touristique, l’artisanat, entre autres.

Des centaines de milliers de familles « endurent le calvaire » par ces fermetures, déplore-t-il, estimant judicieux d’ouvrir les frontières aériennes pour permettre le redressement de l’économie, tout en demeurant attaché aux mesures préventives.

Même son de cloche chez +l’Économiste+, qui écrit que les autorités ont brandi la carte de la préservation des acquis après l’apparition d’Omicron en Afrique du Sud, mais la nouvelle souche a été générée dans le pays et circule activement, ce qui conduit à se demander si l’interdiction de l’accès des touristes et des Marocains, MRE ou pas, bloqués à l’étranger a encore un sens.

Il apparaît vital que le Maroc revienne rapidement sur sa décision de fermeture des frontières, car, plus le temps passe, plus les secteurs impactés ne pourront plus se relever, relève-t-il, craignant que l’entêtement sur certaines décisions risque de porter un coup fatal à l’image du Maroc, à sa crédibilité auprès des compagnies aériennes et des tour-opérateurs internationaux.

+Aujourd’hui le Maroc+ écrit que le plan d’urgence que vient de lancer le gouvernement pour le tourisme s’imposait au vu de l’état de détresse du secteur qui, avec le transport aérien, fait partie des activités qui ont été les plus violemment impactées par la pandémie.

Les experts et opérateurs du secteur à travers le monde prévoyant que l’activité touristique de l’après-crise aura changé de visage, les opérateurs touristiques marocains seront donc confrontés à « une nouvelle réalité, un marché avec de nouvelles spécificités et règles du jeu », souligne le quotidien.

Certes, la ministre de tutelle avait signifié, il y a quelques jours, qu’une stratégie de refonte et de repositionnement de la destination Maroc était en cours de préparation, mais il faut espérer surtout que les opérateurs ont pu mettre à profit les presque deux années de quasi- inactivité pour faire un travail d’introspection en profondeur sur leur métier, leurs pratiques, leur vision, note-t-il.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé