Société › Société

L’importation des produits laitiers chinois à nouveau autorisée

Le ministère de l’industrie le fait savoir dans un communiqué publié le 9 Décembre 2008

Plus de deux mois après la décision de suspension d’importation des produits laitiers d’Asie, pour sauvegarder les consommateurs camerounais contre la menace du lait contaminé à la mélamine, le ministre de l’industrie, des mines et du développement technologique vient de lever « la suspension sur la délivrance des certificats de conformité provisoires pour les produits laitiers en provenance d’Asie ». Le ministre de l’industrie, des mines et du développement technologique Badel Ndanga Ndinga explique cette décision par «l’assurance donnée par le ministre de la Santé publique, de la disponibilité des kits tests pour la recherche de la mélamine au laboratoire nationale de contrôle de qualité des médicaments et d’expertise (lanacome) ».

Par conséquent, les opérations de certification de conformité à la norme et de délivrance des certificats de conformité seront désormais conditionnées par un contrôle systématique du taux de mélamine dans les échantillons desdits produits. En clair, le gouvernement camerounais s’engage à filtrer l’importation des produits laitiers en provenance d’Asie grâce à des contrôles systématiques de mélamine dans lesdits produits.
Le 26 Septembre dernier, le mimdt, par décision de son secrétaire général, Jean Pierre Kedi, décidait de suspendre l’importation des produits laitiers en provenance d’Asie. Une mesure préventive dictée par la crise du lait frelaté chinois ayant occasionné la mort de quatre bébés chinois et l’hospitalisation d’un millier de nourrissons ayant consommé ce lait frelaté.

La décision du mimdt apparaît donc comme opportune mais, ainsi que le préconisait récemment la ligue camerounaise des consommateurs, la vigilance alimentaire doit rester un maître-mot pour les consommateurs. Surtout que l’entrée des produits laitiers chinois par la contrebande n’est toujours pas totalement maîtrisée


lefigaro.fr)/n
À LA UNE
Retour en haut