Sport › Football

Lions indomptables du Cameroun : Georges Kevin Nkoudou à la recherche du temps perdu

Georges Kevin Nkoudou, le jour de la signature avec Besiktas

L’ailier Franco-camerounais de Besiktas a finalement accepté de rejoindre les Lions indomptables. A 27 ans, il n’est jamais trop tard pour réaliser la carrière internationale à laquelle il était destiné.

Georges Kevin Nkoudou Mbida (27 ans) vient d’être convoqué en équipe nationale de football du Cameroun, par son sélectionneur-manager Rigobert Song. Ceci dans le but de préparer les matchs du 4 juin contre le Kenya et celui du 8 juin devant le Burundi, dans le cadre des éliminatoires de la Can 2023. La présélection de ce Franco-Camerounais, intervenant après la qualification du Cameroun pour le Mondial qatari, certains observateurs ont trouvé son changement tardif de nationalité sportive assez opportuniste.

Depuis ses premières apparitions en pro en Nantes, en 2013, son talent prometteur et son patronyme aidant, il a tapé à l’œil des Camerounais. Mais, il a sans cesse repoussé les avances de la fédération, lorgnant une convocation en Equipe fanion de France. Seulement, après avoir été l’un des joueurs les plus prometteurs de sa génération, le talent de Nkoudou n’a cessé de décliner. Pour la saison 2021/2022 qui s’achève, avec son club de Besiktas, en Super Lig turc, il n’a disputé que huit matchs pour deux buts.

Concurrence toujours rude

Né de parents camerounais (le 13 février 1995), Georges-Kévin Nkoudou se familiarise avec l’univers du ballon rond dès son plus jeune âge en intégrant le club « Petits Anges », une structure enracinée dans le 7e arrondissement de Paris. Repéré par le PSG  lors d’une détection aux sélections d’entrée à l’INF Clairefontaine dès sa treizième bougie soufflée, le natif de Versailles rejoint le centre de pré-formation de la capitale parisienne pour parfaire son apprentissage.

Déjà décrit à cette période comme un joueur résolument rapide et capable de faire des énormes différences balle au pied, Georges-Kévin Nkoudou est rapidement promis à un avenir radieux, même si les bases essentielles du football sont encore à assimiler.

Georges Kevin Nkoudou, très peu utilisé à Tottenham

Finalement, après deux années à s’essayer sans relâche, c’est finalement au Fc Nantes  qu’il obtient les faveurs du petit prodige du football français. Un contrat stagiaire en poche, il n’aura pas besoin de prendre son mal en patience bien longtemps. Acté le 8 août 2013, il s’engage pendant trois ans et prend part, sept jours après, à son premier match au sein de l’élite lors d’une rencontre contre Bastia.

Pleinement mis en confiance, il s’inscrit durablement au sein de cette équipe au point de convaincre définitivement l’Olympique de Marseille de miser 1.5 million d’euros à l’été 2015.Titularisé le 17 septembre avec l’OM lors d’une confrontation en Europa League face au FC Groningen, Georges-Kévin Nkoudou découvre la joie des joutes européennes.

En pratiquement un an, Georges-Kévin Nkoudou est propulsé en Une des tabloïds britanniques qui relatent les exploits de cette nouvelle sensation du football français. Pendant l’été 2016, Tottenham met le grappin sur le joueur et débourse 11 millions d’euros pour s’attacher ses services. Malgré 17 petites apparitions lors de son baptême du feu outre-Manche, la mission s’annonce périlleuse voire délicate à appréhender pour ce jeune encore inexpérimenté au plus haut niveau.

Une nième rédemption

Avalé inévitablement par le précipice anglais, l’ex-Nantais disparaît littéralement des radars avant d’être prêté le 9 janvier 2018 à Burnley, toujours en Premier League. Mais à l’image de la saison précédente, l’ex-international Espoirs français est effacé par une concurrence toujours plus rude, seulement huit apparitions. Le scénario british vire au cauchemar.

Afin de se relancer, Georges-Kévin Nkoudou doit à tout prix se faire violence au risque de se heurter à un nouvel échec. L’As Monaco parie sur lui. Raté. Au compteur, les statistiques faméliques : trois matches disputés.

En 2019, il entame une nième rédemption au Besiktas Istanbul. Mal conseillé, il ne sait pas quand choisissant la Super Lig turc il s’est définitivement éloigné des Bleus. Il aurait dû dès ce moment-là choisir les Lions. Hélas !

Le Cameroun, le pays de ses ancêtres, lui offre une bouée de sauvetage pour soulager le mal de mer constant qui gagne les tréfonds de cet esprit torturé par une carrière qui manque le plus souvent de surfer la bonne vague. A lui de saisir cette opportunité, afin de faire rêver les fans des Lions.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé