Sport › Football

Lions indomptables : Hugo Broos est-il encore l’homme de la situation ?

Hugo Broos, sélectionneur du Cameroun. ©Droits réservés

Le match Zambie-Cameroun (2-2), du samedi 11 novembre 2017, pourrait avoir été le dernier de l’ère du technicien belge à la tête de la sélection nationale.  

Samedi dernier à Ndola, en Zambie, le Cameroun a tenu en échec le pays hôte 2-2, dans le cadre de la sixième et dernière journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Ce match, sans grand enjeu, dans une poule où  le Nigeria était déjà qualifié, pourrait être la dernière d’Hugo Broos, sur le banc de touche des Lions indomptables.

En effet, selon nos sources, le 3 novembre dernier, le technicien belge a rencontré Bidoung Mkpatt, le ministre en charge des Sports, qui lui proposait, depuis plusieurs semaines, de signer un nouveau bail de 18 mois, soit jusqu’à la fin de la Can 2019 (que le Cameroun organisera). Hugo Broos, 65 ans, qui avait demandé un temps de réflexion, aurait finalement décidé de ne pas donner suite à cette offre, préférant donner une nouvelle orientation à sa carrière.

Le patron technique des Lions, en bon tacticien, aurait choisi d’anticiper sur son départ. Car, le politicien Bidoung Mkpatt, sur un sujet aussi pointu,  livre rarement en public le fond de sa pensée. En off, le ministre rappelle toujours que Hugo Broos avait pour cahier de charges de qualifier le Cameroun pour la Coupe du Monde 2018 en Russie. Il a échoué. Or, si le bilan du patron technique des Lions est mitigé, il n’en demeure pas moins vrai que le 5 février 2017, le Cameroun était sacré champion d’Afrique à Libreville après une ultime victoire face à l’Égypte (2-1). Ce qui, au vu de la qualité de son effectif, et du scénario, reste  un authentique exploit. Pour preuve, après ce cinquième sacre continental, le Cameroun a été incapable de rééditer les mêmes performances lors de la Coupe des Confédérations et surtout pendant les qualificatifs du Mondial russe.


Lors de la traditionnelle séance de débriefing de lendemain de match, ce lundi 13  novembre au Minsep, les autorités en charge du football camerounais auront-elles le courage de négocier une séparation à l’amiable avec  l’ex-défenseur des Diables Rouges ? En rappel, le contrat qui lie Hugo Broos au Cameroun court jusqu’au 7 février 2018. Selon les clauses de ce contrat, en cas de non reconduction de cette clause, Hugo Broos doit être notifié, trois mois avant, sinon cela signifierait une prolongation implicite.

De l’avis du secrétaire général du Minsep Oumarou Tado, Hugo Broos, qui émarge 47 000 euros (soit prêt de 30 millions de francs CFA), n’accuse pas d’arriérés de salaire, contrairement à ce qui est souvent annoncé par certains médias. Hugo Broos partirait simplement parce qu’il est assez sollicité depuis le titre continental (Ghana, Afrique du Sud, CS Sfax, Zamalek). Il a été récemment proposé à l’AS Saint-Étienne, où l’entraîneur espagnol, Oscar Garcia, est en difficulté depuis la défaite face à Lyon (0-5) le 5 novembre dernier.

S’il a bien entamé la reconstruction de l’équipe fanion, en incorporant de nombreux joueurs des Lions  A’ de Rigobert Song Bahanag, avec qui il entretient d’excellents rapports depuis son passage comme coach à Trapzonspor (2009),  il faut signaler, à sa défaveur, ses relations tendues avec plusieurs joueurs : Nicolas Nkoulou, André Onana, Carl Toko Ekambi, Allan Nyom, Choupo-Moting…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut