Sport › Football

Lions indomptables: le cas des binationaux

Depuis que Volker Finke est à la tête des Lions, le Cameroun peine à récupérer ses binationaux. Pourtant, ce ne sont pas les talents qui manquent

Répondant à une question de journaliste, à la veille de la double confrontation face à la Sierra Leone, sur son incapacité à pouvoir attirer les binationaux Camerounais dans la tanière des Lions, Volker Finke s’est montré, comme d’habitude, flou sur le sujet: «Je suis en contact avec quelques binationaux, mais je garde ça pour moi. C’est très important. Il y a trois ou quatre joueurs qui sont très intéressants, il faut les convaincre, mais ils sont complètement au courant de tout ce qui se passait dans l’équipe du Cameroun durant les quatre dernières années. J’étais très étonné que des jeunes qui seront de très bons joueurs dans l’avenir soient au courant de ce qui se passait ici avec les Lions. C’est pourquoi il faut continuer avec cette reconstruction, il faut vraiment changer les choses. Si on fait ça, on peut vraiment convaincre les binationaux de jouer pour le Cameroun. Mais ça va prendre du temps».

Le patron des Lions a peut-être raison quand il parle de la refonde des mentalités. Dans une attitude pleine d’amateurisme, deux délégations initiées par le Comité de normalisation de la Fecafoot, sans l’avis du sélectionneur, se sont rendues en France pour séduire les binationaux, après la qualification du Cameroun pour le Mondial Brésilien. Les deux missions conduites en France par un nanbudoka au service du foot, David N’Hanack Tonyé, avaient laissé penser que tout était presqu’acquis: «Tous ont donné leur accord de principe. Les documents administratifs sont apprêtés. Nous les avons relancés il y a quelques jours pour avoir le oui qui devrait nous permettre de conclure la procédure. Ils nous ont encore demandé de patienter, qu’ils n’ont pas fini de réfléchir. Nous en sommes là, on attend». Jusqu’à présent, ces joueurs sont toujours en phase de réflexion ?

Breel Embolo
Après avoir pris l’habitude de récupérer un peu facilement ses joueurs binationaux (Franck Songo’o, Gaétan Bong, Sébastien Bassong, Jean Armel Kana Biyik, Eric Maxim Choupo-Moting, Charles Itandje, William Overtoom.), le Cameroun fait désormais face à la difficulté de conquérir les enfants issus de sa communauté immigrée en Europe. Ces derniers prennent, de plus en plus, des chemins déjà empruntés par les Samuel Lobé, Bruno Ngotty, Pascal Nouma et Jean Alain Boumsong. Outre les cas Umtiti (Lyon), Paul-Georges Ntep et Axel Ngando (Rennes), Jean-Christophe Bahebeck (PSG), qui avait été ciblé par le Comité de normalisation de la Fecafoot, sans l’accord de Volke Finke, le Cameroun n’a toujours pas avancé sur le dossier des autres binationaux. Nous pensons notamment à la nouvelle coqueluche du Fc Bâle, Breel Embolo, 17 ans, buteur ce mercredi en Ligue des champions et au jeune portier des Yong Boys de Berne, Mvogo.

Maintenant que l’équipe de France espoirs s’est fait éliminer de l’Euro U23 de 2015 et par conséquent des Jeux de Rio de 2016, avec trois Camerounais d’origine (Bahebeck, Umtiti et Ntep de Madiba), dans ses rangs, il est grand temps pour les autorités en charge du football camerounais d’entamer de nouveau une opération de séduction vers ces joueurs. Car le pays de Roger Milla, sur le plan sportif, peut encore offrir l’opportunité à ces joueurs de disputer les prochains Jeux olympiques. Mieux, ils viendront enrichir une équipe fanion du Cameroun, en route vers la Can 2015, qui a retrouvé une certaine sérénité et surtout le gout de la victoire.
Il faut donc anticiper, mais avec précision et concision dans les négociations, puisque trois de ces binationaux camerounais toquent déjà aux portes des sélections étrangères. C’est déjà trop tard pour François Moubandje de Toulouse, récemment convoqué avec la sélection de Suisse et ce sera bientôt le cas pour Paul-Georges Ntep, que Didier Deschamps va enrôler en équipe A, afin de le rendre non-sélectionnable au Cameroun.

Georges Ntep
Droits réservés)/n

Breel Embolo
Après avoir pris l’habitude de récupérer un peu facilement ses joueurs binationaux (Franck Songo’o, Gaétan Bong, Sébastien Bassong, Jean Armel Kana Biyik, Eric Maxim Choupo-Moting, Charles Itandje, William Overtoom.), le Cameroun fait désormais face à la difficulté de conquérir les enfants issus de sa communauté immigrée en Europe. Ces derniers prennent, de plus en plus, des chemins déjà empruntés par les Samuel Lobé, Bruno Ngotty, Pascal Nouma et Jean Alain Boumsong. Outre les cas Umtiti (Lyon), Paul-Georges Ntep et Axel Ngando (Rennes), Jean-Christophe Bahebeck (PSG), qui avait été ciblé par le Comité de normalisation de la Fecafoot, sans l’accord de Volke Finke, le Cameroun n’a toujours pas avancé sur le dossier des autres binationaux. Nous pensons notamment à la nouvelle coqueluche du Fc Bâle, Breel Embolo, 17 ans, buteur ce mercredi en Ligue des champions et au jeune portier des Yong Boys de Berne, Mvogo.

Maintenant que l’équipe de France espoirs s’est fait éliminer de l’Euro U23 de 2015 et par conséquent des Jeux de Rio de 2016, avec trois Camerounais d’origine (Bahebeck, Umtiti et Ntep de Madiba), dans ses rangs, il est grand temps pour les autorités en charge du football camerounais d’entamer de nouveau une opération de séduction vers ces joueurs. Car le pays de Roger Milla, sur le plan sportif, peut encore offrir l’opportunité à ces joueurs de disputer les prochains Jeux olympiques. Mieux, ils viendront enrichir une équipe fanion du Cameroun, en route vers la Can 2015, qui a retrouvé une certaine sérénité et surtout le gout de la victoire.
Il faut donc anticiper, mais avec précision et concision dans les négociations, puisque trois de ces binationaux camerounais toquent déjà aux portes des sélections étrangères. C’est déjà trop tard pour François Moubandje de Toulouse, récemment convoqué avec la sélection de Suisse et ce sera bientôt le cas pour Paul-Georges Ntep, que Didier Deschamps va enrôler en équipe A, afin de le rendre non-sélectionnable au Cameroun.

Samuel Umtiti
Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé