Sport › Football

Lions indomptables: Vers un renouvellement du staff?

La sélection camerounaise de football est quasi éliminée de la course pour la Can 2012. Bilan et perspectives d’une sélection en crise.

Le dernier match du Cameroun face à Russie aurait pu donner le moral aux troupes de Javier Clemente. Mais le 7 juin 2011 à Salzbourg en Autriche, les Lions indomptables ont terminé leur troisième match d’affilée sans inscrire le moindre but. Comme face au Sénégal à Yaoundé trois jours auparavant, le Cameroun n’a pas eu beaucoup de chance contre la Russie. C’est avec une formation légèrement remaniée par rapport à celle qui a joué contre le Sénégal à Yaoundé, que le Cameroun a débuté la partie face à la Russie. En défense centrale, Javier Clemente avait titularisé Nicolas Nkoulou et Aurélien Chedjou. Sur les couloirs défensifs, Benoît Angbwa était aligné à droite, Henri Bédimo Nsamé à gauche. Au milieu de terrain, Ndamé Ndamé et Stéphane Mbia assuraient à la récupération.

Le même quatuor offensif (Choupo-Moting, Vincent Aboubakar, Benjamin Moukandjo et Samuel Eto’o) dans le onze de départ face au Sénégal a à nouveau été aligné. En deuxième mi-temps, Javier Clemente a fait entrer cinq joueurs: Achille Webo, Ngako Deucha, Thierry Abouna Ndzana, Sébastien Bassong et Enoh Eyong. Avec ces changements, Bassong et Mbia ont été repositionnés dans l’axe de la défense, Aurélien Chedjou est passé au milieu de terrain. Guy Roland Ndy Assembé a gardé la cage durant toute la partie. A Dakar le 26 mars 2010 face au Sénégal, le Cameroun avait essuyé (1-0) sa première défaite de l’ère Clemente. La fiche technique du Cameroun se présentait ce jour là comme suit: Carlos Kameni, Benoît Assou-Ekotto, Benoît Angbwa, Stéphane Mbia, Nicolas Nkoulou, Aurélien Chedjou, Enoh Eyong, Landry Nguémo, Henri Bédimo (Choupo-Moting), Samuel Eto’o (Cap), Achille Webo (Vincent Aboubacar). Après une éclipse de huit mois, pour des motifs non élucidés à ce jour, Idriss Carlos Kameni avait effectué son grand retour lors du match de la troisième journée des éliminatoires de la Can 2012.

Bilan
Avant de se faire battre par les Lions de la Teranga, les Lions indomptables s’étaient refait une petite santé face à la Macédoine en match amical. Le 10 février 2011 à Skopje, la formation camerounaise qui avait battu la Macédoine (1-0) était constituée de: Guy Ndy Assembé, Sébastien Bassong (Somen à Tchoyi 53èmemn), Gaétan Bong, Benoît Angbwa, Nicolas Nkoulou, Stéphane Mbia, Henri Bedimo (Hamann Sadjo ,53ème mn), Enoh Eyong, Landry Nguemo (Joël Matip, 78ème mn), Achille Webo (Adongcho Mbuta, 53ème mn), Samuel Eto’o (Choupo-Moting, 53ème mn). L’unique but de la rencontre fut signé Adongcho Mbuta, qui fêtait sa première sélection chez les Lions.Le 9 octobre 2010 à Garoua, lors de la deuxième journée des éliminatoires de la Can 2012, le Cameroun avait été tenu en échec (1-1) par une valeureuse équipe de la République démocratique du Congo (Rdc). L’égalisation camerounaise a été inscrite sur un but contre son camp par le latéral congolais Eric Nkulukuta. Ce jour là au stade de Roumde Adjia, Javier Clemente avait fait confiance à: Guy Rolland Ndy Assembe, Nicolas Nkoulou, Sébastien Bassong, Augustin Binya, Henri Bédimo, Benoît Assou-Ekotto (Aloys Nong, 70ème mn), Enoh Eyong, Aurélien Chedjou, Marcel Ndjeng (Georges Mandjeck, 83ème mn), Vincent Aboubakar et Samuel Eto’o. En déplacement à l’Ile Maurice pour son baptême du feu à la tête de la sélection du Cameroun, Javier Clemente avait aligné: Guy Roland Ndy Assembe, Nicolas Nkoulou, Sébastien Bassong, Benoît Assou Ekotto, Augustin Binya, Aurélien Chedjou, Jean II Makoun, Henri Bedimo (Enoh Eyong, 72ème mn), Marcel Ndjeng (Vincent Aboubakar, 62ème mn), 13-Choupo Moting (Henri Ntsama, 80ème mn), Samuel Eto’o (cap). Face à la modeste formation mauricienne, le Cameroun remportait la partie (1-3). Les buteurs camerounais avaient pour nom Samuel Eto’o (37ème et 48èmemn) et Choupo-Moting (62ème mn). A l’heure du bilan, en six matches des Lions sous l’ère Clemente, le Cameroun a marqué 5 buts et en a encaissé 3. En matchs officiels, le Cameroun affiche un maigre total de cinq points en quatre rencontres, d’où sa troisième place dans son groupe E des éliminatoires de la Can 2012.

Erreurs
Quand Javier Clemente fut intronisé comme patron technique des Lions indomptables en août 2010 après le désastreux Mondial sud-africain, il avait pour principale mission de construire une équipe conquérante capable, à court terme, de qualifier le Cameroun pour la Can Gabon- Guinée Equatorial 2012. Cet objectif est que plus jamais compromis, pour utiliser un doux euphémisme. Le jour de son installation, Francis Mveng, le vice-président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), précisait: Tous les deux mois, Javier Clemente viendra au Cameroun pour quinze jours pour superviser les amateurs. Il passera le reste de son temps en Europe où évoluent les expatriés camerounais afin de les observer. Ce cahier de charges n’a été jusqu’ici que partiellement respecté. Très peu de joueurs ont été détectés. Et l’on se souvient qu’au lendemain du match face à la Rdc lors de la séance de débriefing, le technicien espagnol a brillé par son absence. Le jour de son installation, le vice-président de la Fécafoot avait ajouté: Javier Clemente est un technicien de forte personnalité, motivé (et) un bon leader. Or, dès sa prise de fonction, les autorités sportives camerounaises, sans raisons apparentes, lui ont indiqué à mots couverts qu’il ne pourrait sélectionner Alexandre Song Bilong, Achille Emana et Idriss Carlos Kameni, s’en qu’ils ne s’en offusquent. Incapable donc de gérer le problème «des bannis» ou d’instaurer la discipline, il a également péché en faisant une confiance trop aveugle à Samuel Eto’o. Bien que ce dernier soit le leader naturel de cette équipe, rien ne peut expliquer qu’il soit la principale personne à définir la stratégie de jeu, comme ont pu le constater, médusés, les téléspectateurs de Canal+ au lendemain du match face à la Rdc. En s’opposant au remplacement de Choupo- Moting le 4 juin 2011 face au Sénégal, Samuel Eto’o a, une fois de plus, montré que le technicien espagnol manque de personnalité.

Samuel Eto’o, capitaine de Lions indomptables du Cameroun
chronofoot.com)/n

Limogeage
A la Fécafoot, pas exempte de tout reproche, pour être allé chercher un coach ayant une méconnaissance totale du football africain et surtout camerounais, Sidiki Tombi à Roko, son secrétaire général, reste optimiste: [u Bien que quasi éliminé de la prochaine Can, les perspectives sont bonnes pour nos Lions. L’équipe actuelle est jeune et la qualité de son jeu augure d’un bel avenir. Nous n’allons pas assurer la transition sans dégâts. Il faudrait que le public camerounais soit patient. La génération 2000 qui a remportée deux Can et une médaille en or aux jeux Olympiques est arrivée en fin de cycle. Il nous a fallu quatre ans pour bâtir cette cuvée. Donnons-nous un peu de temps pour reconstruire]. A la question de savoir si le staff technique actuel des Lions a les clés de la reconstruction, le secrétaire de général de la Fécafoot répond gêné: C’est une question très embarrassante, puisque je ne peux trahir un secret.
Au ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep) où les réunions de crises se tiennent à un rythme effréné (depuis que les Lions sont en mauvaise posture et que Samuel Eto’o a indiqué n’avoir pas perçu ses primes de matches depuis trois ans), Blaise Ongba, le directeur du développement de sport de haut niveau, jette un regard vers l’avenir: Dans un cadre purement absolu, les résultats ne sont pas bons par rapport aux attentes. Mais il faut relativiser, en tenant compte de son statut d’équipe en reconstruction (.) Dans l’immédiat, nous préparons la suite des éliminatoires où nous devons terminer la tête haute. Parallèlement, nous devons avoir un regard sur les éliminatoires de la Can 2013 et du Mondial 2014. Compte tenu de la complexité de qualification de ces compétitions, le Cameroun devrait profiter du temps qui nous sépare de ces événements majeurs pour bâtir une équipe nationale à la hauteur de ses ambitions (.). Il est trop tôt de dire si oui ou non, le staff actuel est à la hauteur du chantier de reconstruction. A la Fécafoot, comme au Minsep, si l’on ne veut pas évoquer le limogeage de Clemente, il se murmure de plus en plus que le prochain staff technique des Lions indomptables sera 100% camerounais. Dans le même temps, certains pensent encore à un expatrié. Les partisans de cette hypothèse, évoquent surtout le nom du technicien français Hervé Renard.

Javie Clemente, sélectionneur des Lions indomptables
www.lechabba.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé