Sport › Football

Lions: La commission Manga Onguéné à pied d’ uvre

Depuis vendredi dernier, un groupe de travail présidé par le DTN de football du Cameroun est chargé de trouver un successeur à Jean Paul Akono

Qui pour remplacer Jean Paul Akono à la tête des Lions indomptables ? Le suspens demeure. La réponse à cette question sera rendue publique dans les prochains jours, si ce n’est déjà pas connu du côté du ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep). L’appel à candidature au poste d’entraîneur-sélectionneur de l’équipe nationale de football fanion du Cameroun, lancé le 22 avril dernier par la Fécafoot a été clôturé jeudi après-midi. Ils sont près d’une centaine, ces entraîneurs de football, camerounais et étrangers, qui ont déposé leurs dossiers au secrétariat général de la Fecafoot, selon nos sources. Du coup, la bataille pour le siège de Jean Paul Akono à la tête de l’encadrement technique des Lions indomptables, s’annonce très rude. Au vu donc du nombre de postulant, la tâche s’annonce ardue. Depuis vendredi dernier, la commission chargée de l’analyse des dossiers est à pied d’ uvre. Présidée par Jean Manga Onguené, Directeur technique national, et son adjoint numéro 2 Etienne Sockeng en est le rapporteur. Deux représentants de la Fécafoot, Luc Koa et le Secrétaire général Sidiki Tombi A Roko, plus deux représentants du Minsep complètent cette commission qui doit sélectionner à l’issue de ses travaux, les trois meilleures candidatures en vue de la désignation du remplaçant de Jean-Paul Akono. Ce dernier, comme il l’avait promis, n’a pas postulé. Tout porte donc à croire que, si le ministre en charge des Sports Adoum Garoua va jusqu’au bout de sa logique, les Lions indomptables connaitront d’ici peu l’arrivée d’un nouveau patron de leur staff technique.

Surtout qu’il y a du beau monde dans la course à la succession de Jean Paul Akono, comme patron technique des Lions indomptables. A l’instar de Luis Fernandez, Claude Le Roy, Marco Simone, Roger Lemerre, Jules Fréderic Nyongha, Michel Kaham. En outre, à côté des anonymes comme le Serbe Danilo Doncic, on y découvre également la présence des techniciens de renom comme les Français Raymond Domenech, Hubert Velud, Hervé Renard, Antoine Kombouaré, l’Ivoirien François Zahoui ou l’Allemand Lothar Matthaus. Au décompte final, la nationalité française est la plus représentée avec 21 dossiers de candidatures en course. Elle est talonnée par les locaux camerounais avec 12 postulants, suivi de l’Espagne (7), l’Allemagne et le Portugal (6 chacun), l’Italie, l’Ukraine, la Suisse (4 chacun), la Suède et la Serbie (3 chacun), l’Argentine et la Grande Bretagne (2 chacun), l’Egypte, les Pays-Bas, l’Uruguay, le Chili, la Croatie, la Côte d’Ivoire, Chypre, la Bulgarie, la Belgique (1 chacun). Henk Ten Cate et Regis Bogaert sont les deux noms qui apparaissent dans la liste sans mention de nationalité. Quelques curiosités toutefois dans la liste des candidats. Le plus surprenant est celui de Richard Towa, l’entraîneur sélectionneur des cadets du Cameroun. Voilà un monsieur qui n’a pas pu qualifier des moins de 17 ans camerounais, deux fois de suite, à une finale de Can, mais qui prétend aujourd’hui vouloir entrainé l’équipe fanion. De grâce, en football plus qu’ailleurs, il faut avoir un peu d’humilité. Pour le reste comme dit l’adage : « peu importe la couleur du chat, l’essentiel est qu’il attrape les rats ». La mission du remplaçant d’Akono est simple : qualifier le Cameroun pour la Coupe du monde 2014. Premier de son groupe I avec 6 points devant le Libye, le Cameroun devra consolider sa position le 9 juin contre le Togo et le 16 du même mois face à la RDC.

Jean Manga Onguéné, DTN

africapresse.com)/n

À LA UNE
Retour en haut