Politique › Institutionnel

Listes électorales: Les inscriptions biométriques débutent en octobre

Le conseil électoral qui a donné l’information fait savoir que l’opération va durer 5 mois avec possibilité d’extension sur un mois supplémentaire

Après le rendez-vous manqué de septembre, le début des premières inscriptions biométriques de l’histoire politique et électorale du Cameroun est finalement annoncé pour le 03 octobre 2012 prochain. Selon une information de la Direction Générale d’Elections Cameroon (ELECAM), Ce processus qui va aboutir à la refonte des listes électorales, se déroulera du 3 octobre 2012 au 28 février 2013. Le communiqué fait savoir que cette période pourrait connaître une extension ne dépassant pas 30 jours maximum. Sur le mode opératoire, les inscriptions s’effectueront grâce à des kits dans les antennes d’ELECAM et à travers des équipes mobiles. Cette opération de refonte concerne au final tout camerounais jouissant de la capacité électorale, qui suppose avoir l’âge de voter (21 ans selon la loi), et avoir un domicile d’origine ou résidant effectivement dans la commune de vote depuis au moins six mois. La loi prévoit aussi que les citoyens qui ne remplissent pas les conditions d’âge ou de résidence requises lors de la révision des listes, peuvent les remplir avant la clôture définitive des inscriptions ou le cas échéant, le jour du scrutin. En raison du caractère spécifique de leurs missions, les militaires et autres membres des forces armées pourront être inscrits sans condition de résidence sur les listes électorales du lieu où se trouve leur unité ou leur port d’attache. Le processus démarre finalement alors qu’ELECAM n’est pas aussi prêt qu’il l’aurait souhaité. Dans la décision signée le jeudi 27 septembre 2012 par le Directeur Général des Elections, le processus sera d’abord lancé au niveau des antennes postées dans les communes des dix principales villes des régions sans que le nombre de communes concernées ne soit donné. Aucune indication n’est donnée sur l’inscription des camerounais de la diaspora, alors que la loi leur reconnaît désormais le droit de vote même partiel.

« Avec l’arrivée annoncée du reste des kits électoraux, Elections Cameroon va étendre les opérations dans les autres antennes communales », fait savoir en substance le communiqué. Selon les responsables de l’organisation, chacune des antennes communales devrait être dotée de 2 kits électoraux. Celles situées dans les grandes villes devraient aller jusqu’à 8 kits électoraux. En cas de besoin, des équipes mobiles pourront être détachées sur le terrain « pour une meilleure conduite de l’opération ». Autre condition de l’inscription, elle sera personnelle. « Chacun devra se présenter devant les équipes mobilisées à cet effet. Les personnes souhaitant s’inscrire devront présenter soit Une carte nationale d’identité, soit le récépissé de cette pièce. Au terme de l’opération qui prendra moins de dix minutes, il sera délivré un récépissé comportant la photo et les informations sur l’état-civil du concerné. Celui-ci doit être présenté au moment du retrait de la carte. Ce document ne remplacera pas la carte d’électeur le jour du vote. Selon le partenaire technique, les premières cartes biométriques seront disponibles dès novembre prochain. Au sein de l’opinion publique, la question suscite peu de débat. Dans la classe politique par contre, des critiques se sont fait entendre. Joshua Osih du Social Democratic Front (SDF), fait savoir sa crainte de voir le processus de refonte ne pas respecter les standards. Hilaire Kamga, acteur de la société civile parle d’une sortie fantaisiste à propos de la rencontre des responsables d’ELECAM avec la presse. Albert Dzongang de La Dynamique reste pour sa part dans la position selon laquelle cette organisation n’a pas la compétence d’organiser des élections au Cameroun. Dans l’ensemble, de nombreux observateurs ne comprennent pas la règle de l’inscription au sein de sa commune de résidence. « C’est une aberration. Si les listes sont informatisées, personne ne pourra voter deux fois puisque tous les noms seront dans une base de données. Autrement dit on partira des cartes en papier à des cartes informatisées, mais pas à des cartes forcément biométrique », explique un expert en fabrication de carte d’accès.

Les inscriptions biométrique débutent en octobre au Cameroun


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé