Sport › Football

L’Italien Piccini pourrait construire le Grand stade de Yaoundé

Ce groupe devrait être désigné dans les prochains jours pour la construction du Grand stade de 60.000 places, dans la perspective de la CAN de football prévue en 2019

Le groupe, italien Piccini devrait être désigné dans les prochains jours pour la construction du Grand stade de 60.000 places dans la capitale camerounaise, Yaoundé, dans la perspective de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football prévue en 2019, selon des sources concordantes.

Cette information, qui circulait déjà dans les milieux du sport depuis quelques jours, a été confirmé vendredi par le quotidien à capitaux privés Le Quotidien de l’Economie, citant le ministre en charge des Marchés publics Abba Sadou, à qui il prête ces propos tenus le 15 décembre, lors de la 5ème session du Comité national de préparation des CAN (COMIPCAN) 2016 (dames) et 2019 (messieurs) présidée par le Premier ministre Philemon Yang.

«Nous venons de recevoir l’accord de la hiérarchie pour l’attribution des travaux de construction du stade de Yaoundé-Olembe», a-t-il ainsi indiqué, révélant que les travaux seront exécutés en mode conception-réalisation.

Abba Sadou a ainsi indiqué, précise le journal, que «le dossier de consultation élaboré en vue de finaliser le marché desdits travaux a déjà été validé et transmis à l’entreprise le 9 décembre. Le projet de marché devra être signé le 23 décembre au plus tard».

Si elle se confirmait, note-t-on, cette annonce viendrait ainsi annuler la convention signée en mi-janvier 2014 entre le gouvernement camerounais et la China Machinery Engineering Corporation (CMEC) pour la construction du Grand stade de Yaoundé et d’une autre infrastructure du même type de 30.000 places à Douala, la métropole économique.

Par ailleurs, en mi-août 2011, le Cameroun et la multinationale américaine Aecom Government Services avaient conclu un protocole d’accord pour le financement et la réalisation d’infrastructures sportives, pour un montant de 500 milliards FCFA, l’entrepreneur s’engageant à construire deux stades omnisports à Douala et Yaoundé, mais aussi une école de football, de stades régionaux, un bâtiment destiné à abriter les sièges de toutes les fédérations sportives ainsi que des aires de sport de maintien.

L’offre américaine intervenait elle-même alors qu’un Programme de développement des infrastructures sportives (PNDIS), amorcé avec la Chine le 23 juin 2008, avait été dissout en avril 2009 par le gouvernement pour des raisons qui n’ont jamais été explicitées.

La première partie des investissements de ce Programme, rappelle-t-on, portait alors sur un montant de 272,450 milliards FCFA et prévoyait, au terme des phases II et III du programme, la dotation d’infrastructures sportives modernes pour les 10 régions du pays.

Stade Omnisport de Yaoundé.
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé