Culture › Livres

Littérature: « L’autre visage, l’Afrique des villages » de Martin Hott Guechot

C’est le titre du nouvel ouvrage que cet auteur franco-camerounais vient de mettre sur le marché

A la découverte du titre « L’autre visage, l’Afrique des villages », l’on a bien envie de se poser la question de savoir : quel est l’autre revers des villages africains souvent connues sous le prisme de la sorcellerie, de la promiscuité, de la pauvreté aussi bien mentale que matérielle et du manque absolu ? Mais à la lecture de cet ouvrage, on est tout de suite transporté par le récit de l’auteur qui pose le problème de développement socio-économique du monde rural. Avec une plume fine et un vocabulaire subtil adapté à tout public, l’auteur nous ballade dans tous les recoins de son village natal Mom-Dibang dévoilant progressivement les difficultés quotidiennes d’un homme vivant au village. Ainsi que les entraves au développement social et économique des villages africains. Pour rendre encore plus authentique son récit, l’auteur n’hésite pas à se servir de sa propre expérience de vie et de sa connaissance des problèmes socio-économiques du monde rural.

Un monde dans lequel il vit depuis plus de vingt ans et dans lequel il déploie des efforts depuis des lustres en mettant sur pied des projets de développement pour venir à bout de la mendicité de l’homme du village et mieux encore améliorer son vécu quotidien. C’est en connaissance de cause que Martin Hott Guechot définit les petits projets et l’action humaine dans le développement socio-économique des villages africains comme des uvres éminemment périssables. « Un parcours de combattant ! Chaque nouvelle théorie effaçant une autre, un problème résolu faisant naître une multitude d’autres plus cruciaux que celui d’avant, un jeu complexe sans fin » pense l’auteur. Dans le but de venir à bout de ce cercle vicieux, Martin Hott Guechot pose la théorie de la particularité d’un travail qui selon lui peut faire accéder à l’universalité du savoir-faire temporel. Les vicissitudes liées à l’entrave du développement économiques des peuples villageoises que l’auteur dénonce sont entre autres la sorcellerie, l’ingratitude, la paresse, et à chaque fois il met l’homme au centre de tout cela. Ne dit-on pas que le développement se fait par l’homme et pour l’homme ? Née à Mom-Dibang une localité de l’arrondissement de Dibang, Martin Hott Guecho est père de trois enfants et de 27 enfants africains adoptés. Après ses études en théologie, en philosophie et en étude internationales des pays en voie de développement en France il rentre à Mom-Dibang en 1985 où il crée un centre de promotion sanitaire et social, se donnant ainsi pour mission de changer le vécu des siens en leur apportant une aide aussi minime qu’elle soit pour leur permettre d’atteindre un certain épanouissement. Il est auteur de plusieurs ouvrages dont « vivre et faire vivre mon village », « le temps de l’espoir », « la liberté villageoise et lutte contre la crise économique » et aujourd’hui, « l’autre visage l’Afrique des villages » qu’il vient de faire connaître au public camerounais à travers une dédicace.

« L’autre visage, l’Afrique des villages » de Martin Hott Guechot
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé