Culture › Livres

Livre: Ketty Sina, «je n’ai pas toujours dansé…»

La camerounaise, danseuse de Claude François, raconte dans ce livre ses nuits parisiennes, la disparition du chanteur, mais aussi ses mariages, sa maltraitance, ses divorces …

A l’occasion du 35ème anniversaire de la disparition de l’idole des jeunes, la Clodette dévoile ses moments de vie avec des anecdotes sur ses rencontres, ses mariages, sa maltraitance, ses divorces, ses privations et sa nouvelle vie. Rédigé avec l’aide de ses amis journalistes, Dominique Tchimbakala et René Jacques Lique, le livre raconte comment la petite fille d’Ebolowa est arrivée à être sur les feux des projecteurs et conviée à la table du Tout-Paris. Mannequin, danseuse au Paradis Latin puis meneuse de revue à l’Alcazar sous la direction de Jean Marie Rivière, sa vie ne fut pas que paillettes et champagne.

Née en 1957 au Gabon de parents camerounais, Ketty de son vrai nom Françoise Sina a passé sa tendre enfance et son adolescence entourée de ses 5 frères et s urs à Ebolowa dans la région du sud du Cameroun. A 16 ans, après un mariage arrangé, Ketty Sina suit son mari en France. Tout en étudiant la couture, elle devient mannequin au salon du prêt à porter, prend des cours de danse, et après son divorce pour cause de maltraitance, elle découvre la vie nocturne parisienne. D’ailleurs, c’est en dansant sur la piste de l’Elysée Matignon qu’à 18 ans, elle rencontre Claude François, qui la convoque dès le lendemain dans son bureau et l’engage. Clodette jusqu’au tragique décès de Claude François le 11 mars 1978 elle a accompagné l’idole des jeunes sur des tubes tels que Alexandrie, Alexandra, Je vais à Rio, C’est comme ça que l’on s’est aimés, Toi et le soleil, Cette année-là et bien d’autres. Au décès de Claude François, Ketty entre dans la troupe de Jean Marie Rivière, le roi du music hall parisien. Pendant dix ans elle sera tour à tour danseuse au Paradis Latin, puis meneuse de revue à L’Alcazar Paris. Après les strass et les paillettes, elle se lance dans l’événementiel comme directrice de casting, et ouvre parallèlement une agence de mannequin ketty Fashion Moving qui engouffre malheureusement toutes ses économies. Mais avec sa force de caractère, cette mère de 4 enfants trouve le courage d’entreprendre. Elle achète son actuel restaurant à la fin années 90: le Kamukera. Celui-ci est un mélange étonnant d’influence africaine et de souvenirs de Claude François, où les fans du aiment se retrouver et voir Ketty reprendre ses pas de Clodette.

Depuis le 17 mai 2013 sa biographie, Ketty Sina « Je n’ai pas toujours dansé… », parue aux éditions YG Publishing est en librairies.

La camerounaise, danseuse de Claude François, raconte dans ce livre sa vie de clodette

YG Publishing)/n

À LA UNE
Retour en haut