Opinions › Tribune

L’oeuvre de Barthélémy Toguo vue par la France

Par Christine Robichon, Ambassadrice de France au Cameroun

Remise des insignes de «Chevalier des arts et des lettres» à Barthélémy Toguo
Discours de Mme Christine Robichon, Ambassadrice de France au Cameroun (Yaoundé, 29 janvier 2015).

Monsieur Barthélémy Toguo,
A l’été 2013, j’étais Ambassadrice de France à Sri Lanka lorsque j’ai appris que les autorités françaises envisageaient de m’envoyer au Cameroun. J’avais alors un adjoint, diplomate français spécialiste de l’Asie et amateur d’art. Son premier commentaire au sujet du Cameroun, quand je l’ai mis dans la confidence, a été: «Il y a là-bas un grand peintre, Barthélémy Toguo». Un peu plus tard, il me donnait deux pages d’un magazine, illustrées de plusieurs de vos estampes et installations. Quand, quatre mois après, je suis arrivée ici, j’ai eu la grande et bonne surprise de reconnaitre quelques-unes de vos uvres sur les murs de cette Résidence. Fière d’être la gardienne de ce patrimoine, le temps de ma mission dans votre pays, j’en ai fait déplacer deux dans ce salon, afin qu’elles puissent être vues des invités de la Résidence de France.

Vous avez découvert la pratique de l’art contemporain à l’Ecole des Beaux-Arts d’Abidjan, puis aux Beaux-Arts de Grenoble et enfin à la prestigieuse Kunst Akademie de Düsseldorf. Dès la fin des années 90, votre travail a été remarqué par des critiques et des conservateurs qui vous ont invité dans de grandes manifestations. Vous avez acquis la maitrise de plusieurs disciplines: estampes, aquarelles, photos, sculptures, installations, vidéos, performances. A travers ces différentes formes d’art, vous vous adressez au monde et vous lui offrez ce que vous inspirent les mouvements de notre société mondialisée et en particulier la circulation des hommes et des marchandises.

Vos uvres ont été exposées sur quatre continents mais vous êtes attaché au votre et vous appelez «les Africains à construire l’Afrique», notamment grâce à la culture. C’est le constat que l’art africain du passé se trouve presqu’en totalité hors du continent et que celui du présent est en train de suivre la même voie, qui a vous a amené à créer Bandjoun Station, croisement d’un projet artistique et d’un projet agricole.

Lieu inédit au Cameroun, ce «chantier culturel» a pour vocation d’accueillir en résidence des artistes, des sociologues, des historiens, des scientifiques pour conduire des projets avec la communauté locale. Vous y exposez aussi, à cette communauté et aux visiteurs venus d’ailleurs, votre collection privée qui témoigne de votre ouverture au monde. Elle rassemble des uvres de vos amis célèbres – Soly Cissé, Franck Lundangi, Louise Bourgeois, David Lynch, Orlan. pour ne citer qu’eux.

Lorsque vous m’avez reçue à Bandjoun Station, vous m’avez parlé avec une même passion de vos projets d’artistes et de vos activités d’agriculteur. Avec les jeunes de Bandjoun, vous faites fructifier une plantation de produits vivriers, destinés à la consommation de ceux qui les cultivent et de café. Vous avez l’ambition de maitriser à la fois la chaine de production d’un café de grande qualité et le prix de vente de ce café.

Avec poésie, humour et parfois provocation, vous interprétez les thèmes de l’exil, de la migration, des échanges Nord/Sud, du racisme, de la violence, de la solitude. «Nous sommes tous en transit permanent. On part d’un lieu pour un autre à l’aide de différents moyens, tout en emportant avec nous, lors de ces voyages, notre culture qui va à la rencontre de l’Autre». Ces mots, qui sont les vôtres, en disent long sur votre sensibilité. Votre oeuvre traduit vos préoccupations face à l’évolution de votre pays, de votre continent, du monde. En réinterprétant les bouleversements de notre temps par votre imagination et votre créativité, en les reliant à de vieux mythes que vous mixez et entrechoquez, vous vous adressez à l’ensemble de l’humanité.

Vous êtes un acteur du dialogue des cultures et c’est un grand plaisir pour moi de vous adresser aujourd’hui les hommages de la République Française.

«Barthélémy TOGUO, au nom du Ministre de la Culture de la République Française, je vous fais Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres».

Barthélémy Toguo
art.chepy.net)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé