International › APA

L’Ouganda ne sera pas une base arrière pour les mouvements hostiles à Khartoum (Museveni)

Pas d'image

Le vice-président soudanais, Hassabo Mohamed Abdel-Rahman s’est entretenu à Kampala avec le Président Yoweri Museveni qui l’a rassuré que son pays ne sera pas une rampe de lancement pour la déstabilisation du Soudan.L’entretien entre les deux hommes a eu lieu en marge de la Conférence des Nations unies sur les réfugiés en Ouganda.

Khartoum et Kampala ont par le passé développé une profonde méfiance mutuelle, chacun accusé son vis-à-vis de soutenir les rebelles hostiles à leurs régimes réciproques.

Dans une déclaration publiée à l’issue de rencontre avec Museveni, le chef de la diplomatie soudanaise a abordé les questions relatives aux relations bilatérales entre les deux pays, ainsi que le processus de paix du Soudan et la situation au Darfour.

L’agence soudanaise de presse (SUNA) a cité Bakhit affirmant que les deux pays ont convenu d’accroître la coopération dans les domaines économique, social, culturel, diplomatique et militaire.

Il a ajouté que Museveni a par ailleurs souligné les efforts déployés par le gouvernement de Khartoum pour assurer la sécurité et la stabilité dans la sous-région.

Apres près d’une décennie relations tendues entre Kampala et Khartoum, Museveni s’était rendu à au Soudan en septembre 2015 où il a convenu avec son homologue Omar El Béchir de mettre fin aux tensions et à la méfiance mutuelle entre leurs deux pays.

En septembre 2016, le gouvernement ougandais a facilité les discussions informelles entre le gouvernement soudanais et les groupes armés du Darfour et les régions du Nil Bleu et du Kordofan du Sud, en vue de la mise en œuvre des recommandations du haut comité de l’Union africaine pour la paix au Soudan (AUHIP).

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé