Santé › Actualité

Lutte contre le sida: plus de 40 millions de préservatifs distribués en 2014

Les chiffres ont été communiqués au cours de la réunion statutaire du Comité national tenu à Yaoundé le mercredi 01 juillet

Première du genre, la réunion statutaire du Comité national de lutte contre le sida (CNLS) s’est tenue mercredi dernier dans la capitale camerounaise, Yaoundé. Il s’est agi pour les membres dudit comité d’apprécier les actions menées en 2014 et le plan d’action de 2015 concernant la lutte contre le VIH/Sida.

De l’évaluation sur le terrain, il ressort qu’en 2014, «la prévention a bien évolué. Nous avons eu une action visible à savoir, plus de 40 millions de préservatifs distribués dans le pays. On peut croire que c’est un chiffre important», a relevé le ministre de la Santé publique (Minsanté), président du CNLS, André Mama Fouda. Cela représente 300 000 préservatifs utilisés dans des délais relativement courts, c’est-à-dire 100 000 par jour selon le Minsanté qui a toutefois reconnu que «quand on connaît la population active, ce n’est pas assez. Il faudrait continuer à promouvoir l’utilisation du préservatif».

«Des indications semblent montrer que le taux de prévalence pourrait actuellement se situer à 4% contre 4,3% en 2011. Le pays va engager en 2016, une nouvelle enquête démographique et de santé qui permettra de connaître exactement le nouveau taux de prévalence et comment ce taux est réparti entre les différents groupes d’âge», a indiqué André Mama Fouda.

Autre point positif, selon le Minsanté, plus de 500 000 personnes ont été dépistées et 145 000 personnes sont sous traitement, même si le CNLS veut davantage améliorer ses résultats. «Il faut savoir que la population est constituée de 600 000 personnes séropositives. Nous sommes donc encore loin du compte dans notre objectif de 90% de personnes qui connaissent leur statut sérologique et sont sous traitement. Nous allons continuer à travailler», a-t-il précisé.

Pour 2015, le CNLS envisage de continuer à mettre plus de personnes infectées sous traitement à hauteur de 200 000 personnes. [i «Nous visons aussi des actions fortes en direction des adolescents. C’est pourquoi nous apprécions le programme All in ! (Tous ensemble !) de certaines agences des Nations unies qui va concerner la tranche d’âge de 10 à 19 ans, car cette tranche reste très exposée et surtout que la féminisation reste poussée à 72% », a déclaré André Mama Fouda.


Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé