International › APA

Lutte contre les pandémies : une approche inclusive prônée

La prévention et la lutte contre les pandémies doivent passer par l’approche « Une Seule Santé » et une collaboration renforcée, selon le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO, sigle anglais), Qu Dongyu.La solidarité doit être de mise pour anticiper les crises sanitaires. Le Directeur général de la FAO, M. Dongyu, en est en tout cas convaincu. A l’en croire, « le monde a la possibilité de renforcer les méthodes collectives et collaboratives visant à prévenir les pandémies en misant sur une approche +Une Seule Santé+ universelle et inclusive ».

S’exprimant lors de la réunion des ministres de la Santé du G20 qui se déroule à Rome (Italie), il a souligné qu’il fallait intensifier la coopération entre les pays, entre les secteurs et entre les disciplines pour mener une action viable et coordonnée contre les pandémies telle que la Covid-19.

Qu Dongyu est intervenu au nom de l’organisation qu’il dirige, mais aussi en sa qualité de président de l’alliance tripartite « Une Seule Santé », qui réunit la FAO, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Celle-ci préconise des solutions fondées sur l’idée d’« Une seule santé », c’est-à-dire sur le lien qui existe entre la santé des personnes, celle des animaux et celle de l’environnement.

Par ailleurs, le Dg de la FAO a fait observer que l’alliance tripartite considérait l’universalité, la légitimité, l’inclusivité, la cohérence et l’obligation de rendre des comptes comme les cinq principes cardinaux qui sous-tendent une gouvernance plus solide et durable et l’investissement dans les capacités de réaction et la riposte face aux pandémies.

« Nous devons profiter de ce tournant historique pour mettre en place les mesures nécessaires pour empêcher l’apparition de nouvelles pandémies », a déclaré le patron de la FAO.

En outre, il a indiqué que l’alliance tripartite avait des propositions quant au financement rapide des objectifs de l’approche « Une Seule Santé » qui pourraient être examinées lors d’une réunion ministérielle conjointe des ministres des finances et des ministres de la santé, en octobre 2021.

Dans son allocution, le Directeur général de la FAO a mis l’accent sur les liens qui existent entre les systèmes de santé et les systèmes agroalimentaires et rappelé que les bouleversements provoqués par la pandémie au sein de ces derniers, qui sont essentiels à la vie et à la santé humaines, auraient des conséquences durables.

Dans le contexte de l’approche « Une Seule Santé », la FAO affirme œuvrer sans relâche pour aider ses membres à prévenir, repérer et maîtriser les maladies et autres menaces pour la santé, où qu’elles se manifestent. Cella en surveillant l’apparition d’une résistance aux antimicrobiens et en exécutant des programmes visant à combattre et à éradiquer les maladies animales et zoonotiques.

L’idée d’« Une seule santé », reconnaissant les liens entre humains, animaux et environnement, s’applique à la lutte contre toutes les menaces pouvant peser sur les systèmes agroalimentaires et les moyens d’existence.

Il s’agit d’un axe particulièrement important dans les communautés agricoles en milieu rural, où les animaux sont utilisés pour le transport, le carburant et les vêtements, mais aussi pour l’alimentation. L’amélioration de la nutrition, par exemple, a des effets bénéfiques évidents sur la santé humaine et peut être liée à la gestion des terres et aux pratiques agricoles.

« Les relations entre les systèmes agroalimentaires et la santé de l’environnement, la crise climatique, la dégradation des écosystèmes et l’appauvrissement de la biodiversité doivent aussi être mises en évidence », a conclu Qu Dongyu.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé