› International

Madagascar: Andry Rajoelina va t-il réussir?

La communauté internationale et une bonne partie de la population s’opposent à son pouvoir

Le nouvel homme fort de Madagascar n’a pas le sommeil tranquille ces derniers jours. Le TGV comme l’appellent affectueusement ses partisans, doit faire face aujourd’hui à la contestation de son pouvoir par les partisans de son prédécesseur, Marc Ravalomanana, tombé le 17 mars 2009 à Antananarivo, la capitale. En effet, à peine le nouveau président de la Haute Autorité de Transition a achevé de s’installer au palais, que des milliers des partisans du TIM, le parti de l’ancien président malgache, qui a trouvé refuge au Swaziland, sont descendus dans la rue pour demander à leur tour, le départ du nouveau président Andry Rajoelina. Le lundi 23 mars dernier ils ont investi la place de la démocratie. La plupart de ces partisans restés fidèles au président déchu, sont ceux là même qui ont tenu à faire rempart de leur corps, pour protéger le président Marc Ravalomanana au palais d’Iavoloha, à une dizaine de kilomètres d’Antananarivo la capitale, où l’ex président s’était retranché avant son départ du pouvoir et du pays.

L’ambiance qui a régné dans la capitale était presque identique à celle vécu deux mois au paravent quand l’ex maire de la capitale menait une lutte acharnée contre son principal rival. Le cortège du nouveau président qui passait par là a été, presque pris à parti par les manifestants qui ont lancé les jets de pierres violents. .ils seront dispersés un temps par les coups de feu tirés en l’air par la sécurité présidentielle. La place du 13 mai est envahie depuis quelques jours par les supporters de marc Ravalomanana qui doivent de temps à autre faire face aux partisans du nouveau président. Andrianantoandro Raharinaivo, le porte parole du TIM, est au devant de la scène secondé par les autres hauts cadres du parti. Le but de leur manifestation est de pousser Andry Rajoelina à la démission car sa prise de pouvoir est disent- ils, illégale et condamnée par une grande partie de la population malgache et la communauté internationale.

En effet, la suspension de l’Assemblée nationale et du Senat par les nouvelles autorités malgaches, le renforcement et la mise sur pied de la Haute Autorité de Transition et le Conseil pour le Redressement Economique et Social, ne militent pas en faveur d’une paix imminente à Madagascar. Le nouveau régime devra donc s’atteler à faire face aux nouvelles sanctions que va subir son pays. La grande île est déjà suspendue des activités de l’Union africaine qui a qualifié la situation à Madagascar de changement institutionnel de gouvernement .En outre, la Communauté pour le Développement de l’Afrique australe SADC, étudie déjà à son tour des sanctions contre le régime d’Andry Rajoelina. Les Etats Unis qui avaient choisi la grande île comme l’un des premiers pays devant bénéficier de son programme de lutte contre la pauvreté ont qualifié de coup d’état l’arrivée au pouvoir de TGV.

Le pays de Barack Obama a déjà suspendu son aide non humanitaire, et a ordonné le rapatriement d’une partie du personnel de son ambassade. Quant au président Nicolas Sarkozy dont le pays est le principal bailleur de fonds de Madagascar, la prise de pouvoir du nouvel homme fort malgache est un coup d’état. Et malgré l’arrivée à Antananarivo du nouvel ambassadeur Français, Jean Marc Châtaigner, l’Union européenne préparerait également des sanctions contre le régime malgache actuel. Mais au cours du premier conseil des ministres, le président de la Haute Autorité de Transition, a déclaré que [b la question n’est pas la reconnaissance, mais la façon

Andry Rajoelina
www.ladepeche.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut